Pseudo-Jacquemart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pseudo-Jacquemart
Période d'activité
Nom de naissance
Jean Petit (?)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de travail
Mécène
Œuvres principales

Le Pseudo-Jacquemart est un maître anonyme enlumineur actif à Paris et à Bourges entre 1380 et 1415. Il doit son nom à sa collaboration étroite avec le peintre Jacquemart de Hesdin.

Éléments biographiques et stylistiques[modifier | modifier le code]

L'artiste désigné sous le nom de Pseudo-Jacquemart est un peintre français peut-être d'origine flamande. C'est Millard Meiss qui distingue pour la première fois son travail des œuvres de Jacquemart de Hesdin. Il travaille essentiellement au service de Jean Ier de Berry, à l'ombre des grands enlumineurs que le duc de Berry emploie : outre Jacquemart, Jean Le Noir ou les frères de Limbourg à la fin de sa carrière, dont il emprunte le style. Il réalise en général pour eux les décorations annexes aux miniatures : scènes marginales, petites miniatures de calendrier ou lettrines[1],[2]. Il travaille aussi en parallèle pour d'autres commanditaires anonymes pour qui il réalise des livres d'heures, en collaborant avec d'autres peintres parisiens[3].

Pour Meiss, le style du maître anonyme est une imitation purement servile des grands peintres dont il est au service. D'autres historiens d'art ont distingué depuis un sens de la composition plus théâtral que chez son maître, un trait plus assuré et une palette de couleurs plus intense[2].

Il est parfois identifié à Jean Petit, beau-frère de Jacquemart de Hesdin lui-même. Dans les textes, les deux peintres sont mentionnés dans la décoration du palais de Poitiers à la demande de Jean de Berry. À cette occasion, en janvier 1398, un autre peintre nommé Jean de Hollande les accusent de lui avoir volé des pigments et des modèles dans son coffre. Le peintre est finalement tué et les deux peintres se réfugient à l'abbaye de Montierneuf à Poitiers où ils obtiennent le droit d'asile. Le duc de Berry finit par leur obtenir une lettre de rémission en mai 1398[4].

Manuscrits attribués[modifier | modifier le code]

Mois de décembre du calendrier des Grandes Heures du duc de Berry, f.6v

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Grove Dictionnary
  2. a et b Notice Getty
  3. 'Paris 1400, p. 276.
  4. François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier (dir.), Les Enluminures du Louvre, Moyen Âge et Renaissance, Hazan - Louvre éditions, , 384 p. (ISBN 978-2-75410-569-9), p. 157
  5. Notice de la BL
  6. Notice du catalogue de la BNF
  7. Catalogue des manuscrits de la Bible historiale (2/3), dans L’Atelier du Centre de recherches historiques, Revue électronique du CRH
  8. Notice sur le site du Getty