Promethee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prométhée (homonymie).
Promethee
Pays d'origine Drapeau de la Suisse Suisse
Genre musical Heavy metal, metalcore, metal progressif, punk hardcore
Instruments Voix, guitare, basse, batterie
Années actives Depuis 2008
Labels Lifeforce Records, Bad Mood Records (ancien)
Site officiel www.prometheemusic.com
Composition du groupe
Membres Joshua Orsi
Ludovic Lacroix
Elric Doswald
Mathieu Tappolet
Nils Haldi

Promethee est un groupe de heavy metal et punk hardcore suisse, originaire de Genève, en Romandie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (2008–2011)[modifier | modifier le code]

Promethee est formé au début de 2008 lorsque Ludovic Lacroix, Nils Haldi et Elric Doswald qui jouaient déjà de la musique ensemble depuis quelques années sont rejoint par Mathieu Tappolet et Joshua Orsi. Débutant avec un premier concert le 3 mai 2008, le groupe fit rapidement parler de lui et joua de plus en plus de concerts en Suisse et dans la région Rhône-Alpes. Bien qu'encore jeune, le groupe s'est démarqué grâce a un touche artistique propre, une grande maitrise technique et des concerts débordants d'énergie. En été 2009 Promethee enregistre son premier EP au Conatus Studio à Montreux avec Vladimir Cochet.

Le 10 mars 2010, Promethee publie son premier enregistrement studio[1], un EP éponyme de cinq chansons sur le label genevois Bad Mood Records. Cet EP va rencontrer un grand succès, principalement en Suisse et en France, et va réellement placer Promethee sur la scène métal européenne. En juin de cette année, Promethee gagne le concours national[2] et jouera l'ouverture du Greenfield Festival 2010. Ce concours amènera le groupe a publier sa première vidéo[3] réalisée avec Julien Donzé. L'année à suivre verra les débuts du groupe à l'international avec des concerts en France, Belgique, Allemagne, Autriche, Hongrie et outre-atlantique au Canada et à Cuba[4]. En été 2011, le groupe retourne en studio pour enregistrer 10 chansons à paraitre sur le premier album.

Premier album (2012–2013)[modifier | modifier le code]

Nothing Happens. Nobody Comes, Nobody Goes. est publié le en coproduction avec Bad Mood Records et sera largement plébiscité par le presse et les fans du groupe. Pour la première fois, des médias d'envergure international tels que Kerrang!, Metal Hammer, Legacy Magazine et VS-Webzine parlent de Promethee avec de très bonnes critiques quant à ce premier album. Le groupe reprendra les concerts à travers le continent pour défendre son nouveau titre mais va également développer son image et sa présence sur les réseaux sociaux au travers de nombreuses photos et vidéos de toutes sortes (présentation, vidéoclip, mash-up de concerts, performance instrumentale, vidéo lyrique, etc.). Le groupe va notamment collaborer avec RenaudK pour la quasi totalité de ses vidéos, apportant au groupe une touche visuelle distincte[5],[6],[7].

Dark Souls (2014)[modifier | modifier le code]

Le , alors que le groupe est au milieu de la composition de son second album, Promethee publie Dark Souls, un vinyle 7 pouces en édition limitée avec deux chansons tirées du prochain album[8]. Une année et demi après Nothing Happens. Nobody Comes, Nobody Goes. cette sortie va dévoiler au aux fans la nouvelle direction du groupe et marque le début de la campagne de l'album à venir.

Le groupe va fortement promouvoir ces deux titres avec un tirage physique collector limité à 250 exemplaires, une lyrics vidéo pour la chanson Dark Souls et la mise en téléchargement libre des deux titres[9]. En parallèle, le groupe va interrompre temporairement son processus de composition pour reprendre la route et réaliser une tournée européenne et divers festivals pour l'occasion.

Deuxième album (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

En juin 2015, Promethee signe avec le label allemand Lifeforce Records[10] et sort Unrest, son deuxième album studio, le 4 septembre suivant en Europe et le 2 octobre aux États-Unis et dans le reste du monde. La couverture médiatique est importante avec de nombreuses revues[11],[12] et des partenariats pour les avant-premières des nouvelles vidéos du groupe[13]. Pour défendre cette sortie, le groupe réalisera une longue tournée européenne fractionnée en plusieurs parties. Promethee jouera ainsi des séries de concerts sur le continent mais aussi au Royaume-Uni avec des groupe tels que Betraying the Martyrs, The Word Alive, Eluveitie et No Consequences.

En 2016, Promethee continuera d'enchainer concerts et tournées, notamment avec More than A Thousand et Wolfdown. En été 2016, Promethee joue dans plusieurs festivals de renommée tels que le Greenfield Festival pour la second fois, le Rockaltitude, l'Euroblast et le Paléo Festival ou sa performance sera intégralement filmée et diffusée par Arte TV[14]. Après une année 2016 mouvementée, Promethee entame une nouvelle période de composition en vue d'un 3e album studio prévu pour l'année suivante.

Style musical[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le style musical de Promethee a considérablement évolué[réf. nécessaire] depuis sa création. Le groupe pioche ainsi dans de nombreux courants musicaux[réf. nécessaire] tout en gardant sa propre signature[réf. nécessaire] artistique et sa touche musicale[réf. nécessaire].

Le premier EP se rapproche le plus du metalcore classique voire du deathcore[15].

Nothing Happens. Nobody Comes, Nobody Goes. propose un style plus mature et travaillé[réf. nécessaire] se distançant du metalcore des débuts et adoptant une approche plus progressive. Des chansons comme Oblivion et Thus Spoke amènent également une touche symphonique tandis que Of Loss and Disgust montre des influences mathcore[16]. The Great Deception, Banner of Lies et The New Face of Mankind sont les chansons les plus proches des origines metalcore / hardcore du groupe[17]. La construction générale de l'album est également très travaillée avec des enchainements entre quasiment toutes les chansons pouvant amener à considérer le disque comme une pièce intégrale.

Avec Dark Souls, le groupe continue sa progression[réf. nécessaire]. Dark Souls aillant annoncé la couleur[réf. nécessaire], les chansons d'Unrest proposent des structures allégées[réf. nécessaire] et une place plus importante aux harmonies et accords. L'album mélange également plusieurs styles[réf. nécessaire] avec des influences djent[18] et groove metal sur Our Common Fall et Broken Structures, nu-metal avec Frostbite[19] tout en conservant ses classique hardcore avec The Sour Taste, Dark Souls[20] et Lost Body ainsi que deathcore pour Unspoken.

Membres[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « :: Chronique de "Promethee" - "S/T" sorti en 2010 sur le label Bad Mood Records :: », sur www.skartnak.com (consulté le 8 janvier 2017)
  2. « PROMETHEE sind die Gewinner des grossen... - Greenfield Festival | Facebook », sur www.facebook.com (consulté le 8 janvier 2017)
  3. Prometheemusic, « Promethee - Greenfield 2010 Band Contest », (consulté le 7 décembre 2016)
  4. « Cuba aime le metal suisse », LeCourrier,‎ (lire en ligne)
  5. Renaud K, « PROMETHEE - "The Great Deception" (2012 Official Music Video) », (consulté le 7 décembre 2016)
  6. Renaud K, « PROMETHEE - "Sickness unto death" (NEW SONG 2012 Official Music Video) », (consulté le 7 décembre 2016)
  7. Renaud K, « PROMETHEE - Life/Less (2013 Official Music Video) », (consulté le 7 décembre 2016)
  8. « Promethee - “Dark Souls” (lyric video premiere) - APTV - Alternative Press », sur Alternative Press (consulté le 8 janvier 2017)
  9. (en) « Promethee Release Lyric Video For 'Dark Souls' - New Noise Magazine », New Noise Magazine,‎ (lire en ligne)
  10. « Lifeforce Records signs Promethee | Comments | Lambgoat », sur lambgoat.com (consulté le 8 décembre 2016)
  11. (de) « Promethee - Unrest Review • metal.de », metal.de,‎ (lire en ligne)
  12. « Review: Promethee – Unrest | RAWK.CH », sur rawk.ch (consulté le 8 décembre 2016)
  13. (de) « Promethee: Video-Premiere ‘Broken Structures’ », Metal Hammer,‎ (lire en ligne)
  14. ARTE, « Promethee au Paléo » (consulté le 8 décembre 2016)
  15. « Review: Promethee (Self-Titled EP) – Heavy Blog Is Heavy », sur www.heavyblogisheavy.com (consulté le 8 janvier 2017)
  16. « Promethee - 'Nothing Happens, Nobody Comes, Nobody Goes' Album Review | Sonic Abuse », Sonic Abuse,‎ (lire en ligne)
  17. « PROMETHEE - Nothing Happens. Nobody Comes, Nobody Goes (Bad Moon) note : 18/20 - Chronique du disque sur VS-webzine.com - Premier sur le METAL », sur www.vs-webzine.com (consulté le 8 janvier 2017)
  18. « REVIEW: Promethee - "Unrest" - It Djents », sur www.itdjents.com (consulté le 8 janvier 2017)
  19. (de) « Promethee - Unrest Review • metal.de », metal.de,‎ (lire en ligne)
  20. « Promethee - Unrest : le track by track - Daily-Rock », Daily-Rock,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]