Portrait de femme (Dosso Dossi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Portrait de femme (Dosso Dossi)
Dosso Dossi 013.JPG
Artiste
Date
Entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Dimensions (H × L)
82 × 67 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Numéro d’inventaire
PE 43Voir et modifier les données sur Wikidata

Le Portrait de femme est un tableau peint par Dosso Dossi vers 1530-1535. Il provient de la collection Farnèse à Parme et a été la propriété du roi de Naples avant d'être acquis pas le duc d'Aumale. Il est actuellement conservé au Musée Condé.

Historique[modifier | modifier le code]

Cabinet du Giotto, où est conservé le tableau au musée Condé.

Le tableau est pour la première fois signalé de manière précise dans l'inventaire des collections du Palazzo della Pilotta à Parme en 1708. Il provient de la collection Farnèse, conservée dans cette même ville depuis au moins 1680 au sein du Palazzo del Giardino (it). Il a été acquis par cette famille probablement à la suite de confiscations au début du XVIIe siècle. L'ensemble de cette collection est envoyée à Naples en 1734, après l'avènement de Charles de Bourbon en tant que roi de Naples. Il l'a hérité de sa mère Élisabeth Farnèse, mariée à Philippe V d'Espagne. Par héritage, il entre dans les collections de Léopold de Bourbon-Siciles, prince de Salerne, fils de Ferdinand Ier. En 1854, sa collection est mise en vente et acquise en bloc par son neveu, Henri d'Orléans, duc d'Aumale, alors en exil en Angleterre. Le tableau en rapatrié en France en 1871 et installé dans son château de Chantilly. Il est actuellement conservé au sein du musée Condé dans les mêmes lieux depuis sa donation à l'Institut de France et son ouverture en 1897, au sein du cabinet dit « du Giotto » dans le Logis[1].

Attribution[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il est mentionné pour la première fois en 1680 sous l'attribution à Giulio Clovio. Les inventaires suivant le donnent à Giulio Romano. C'est sous ce nom qu'il est acquis par le duc d'Aumale. Bernard Berenson en 1932 l'attribue pour la première fois à Dosso Dossi[2]. Felton Gibbons dans sa monographie consacrée au peintre préfère y voir une copie d'atelier d'après un original perdu. Il s'agissait selon lui d'un pendant du Portrait d'homme conservé au Fitzwilliam Museum de Cambridge. La restauration du tableau en 1984, qui a supprimé de nombreux repeints et a permis de lui redonner ses couleurs d'origine, a conforté l'attribution au maître lui-même. On y observe un œil très linéaire, caractéristique du peintre, qui se retrouve dans d'autres portraits attestés comme le Portrait d'homme au cinq bagues (Hampton Court) et le Portrait d'un guerrier (Fogg Art Museum). Le traitement des détails du costume rappellent ceux des femmes présentes dans l'Allégorie d'Hercule (Musée des Offices), ainsi le Portrait d'homme du Musée du Louvre[1].

Analyses et identification[modifier | modifier le code]

Le modèle n'est pas identifié formellement. Il porte une coiffure très élaborée qui était à la mode à Mantoue. Elle se retrouve dans le Portrait de Margherita Paleologo peint par Giulio Romano (Château de Windsor) et Dosso Dossi a été fortement influencé par ce dernier pour son tableau. Le tableau pourrait avoir été peint en Émilie, peut-être à Ferrare ou Parme, vers 1530-1535[1].

Alessandro Ballarin voit aussi l'influence de Raphaël et notamment du Portrait de femme de Strasbourg et a proposé de comparer aussi ce tableau avec le portrait de Laura Dianti réalisé par Titien vers 1523 (collection Kisters, Kreuzlingen). D'après lui, il s'agirait du même modèle[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elisabeth de Boissard et Valérie Lavergne, Chantilly, musée Condé. Peintures de l'École italienne, Réunion des musées nationaux, coll. « Inventaire des collections publiques de France » (no 34), , 212 p. (ISBN 2-7118-2163-3), p. 79-80
  • (en) Felton Gibbons, Dosso and Battista Dossi. Court painters at Ferrara, Princeton University Press, Princeton NJ 1968, (Princeton monographs in art and archaeology 39), p.171
  • Nicole Garnier-Pelle (dir), Les Peintures italiennes du musée Condé à Chantilly, Trieste, Generali / Institut de France, , 320 p. (ISBN 978-88-7412-007-9, LCCN 2004476843), notice 30
  • (it) Alessandro Ballarin (dir), Dosso Dossi : la pittura a Ferrara negli anni del ducato di Alfonso I, Cittadella, Padova, 1994-1995, p.107 et 350 (notice 457)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Boissard et Lavergne 1988, p. 79-80
  2. (en) Bernard Berenson, Italian pictures of the Renaissance : a list of the principal artists and their works, with an index of place, Oxford : Clarendon Press, 1932, p. 173.
  3. Michel Laclotte (dir.), Le siècle de Titien : L'âge d'or de la peinture à Venise, RMN, 1993, p.474 (notice 81 par Ballarin)