Pont romain de Céreste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pont romain de Céreste
Image dans Infobox.
Présentation
Type
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
voir sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
Red pog.svg

Le pont romain de la Baou est un pont situé à Céreste, sur l'Encrême, en France[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le pont est situé sur la commune de Céreste, dans le département français des Alpes-de-Haute-Provence.

Historique[modifier | modifier le code]

Le pont n'a rien de romain. Ce terme de romain provient peut-être d'une confusion avec le pont de Céreste sur l'Aiguebelle, sur la RN 100, qui est situé sur l'itinéraire de la voie Domitienne (Via Domitia), entre Apt et Alaunium (Chapelle Notre-Dame-des-Anges de Lurs). Il existe en effet, à côté de ce pont les vestiges d'un pont romain récemment mis au jour.

Le pont romain au début du XXe siècle

En 1739, une délégation est « à Céreste lès Leberons ... sur le bord du torrent dit Lencrême, à l'endroit appelé Labau pour examiner s'il était nécessaire d'y faire construire un pont ; ayant apris que ce chemin qui traverse le dit torrent était fort fréquenté et allait à divers villages circonvoisins et aux marchés de Pertuis, et que les inondations de ses eaux très fréquentes en empêchaient le plus souvent le passage, nous aurions estimé qu'il convenait d'y faire jetter un pont pour la commodité du public ... et tout de suite nous en aurions fait dresser un devis par ledit sieur Vallon (Georges Vallon, ingénieur de la province), montant à la somme de onze cent cinquante livres, ce qui n'excédant pas les contingents de la viguerie et celuy de la communauté dudit Céreste, nous l'aurions mandé aux consuls de Forcalquier, chef de la viguerie, pour le faire mettre aux enchères ... ».

Les travaux sont confiés à « Pierre Terras, maçon de la ville de Reillanne », le . Les fondations sont visitées le . Le pont réalisé sur les plans de Georges Vallon, a dû être terminé en 1740.

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1862[1].

Caractéristiques principales[modifier | modifier le code]

  • longueur : 19 m
  • ouverture de l'arche : 10.26 m
  • hauteur de l'arche : 4.5 m
  • largeur : 3.95 m

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marcel Prade, Les ponts monuments historiques. Inventaire - description - histoire, p. 50, Librairie Brissaud, Poitiers, 1988 (ISBN 2-902170-54-8)
  • Philippe Auran, Guy Barruol, Jacqueline Ursch, D'une rive à l'autre. Les ponts de Haute-Provence de l'Antiquité à nos jours, p. 66, Les Alpes de lumière (no 153), Forcalquier, 2006 (ISBN 2-906162-81-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]