Pont ferroviaire sur la Têt (Perpignan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont sur la Têt.

Pont sur la Têt
Le pont en 1873.
Le pont en 1873.
Géographie
Pays France
Commune Perpignan
Coordonnées géographiques 42° 42′ 01″ N, 2° 52′ 39″ E
Fonction
Franchit La Têt
Fonction ferroviaire
Itinéraire ligne de Narbonne à Port-Bou (frontière)
Caractéristiques techniques
Longueur 179 m
Construction
Mise en service
Concepteur Compagnie du Midi
Gestion
Concessionnaire SNCF

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont sur la Têt

Géolocalisation sur la carte : Occitanie (région culturelle)

(Voir situation sur carte : Occitanie (région culturelle))
Pont sur la Têt

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Orientales)
Pont sur la Têt

Le pont ferroviaire sur la Têt est un ouvrage d'art de la ligne de Narbonne à Port-Bou (frontière). Il permet de franchir la Têt sur le territoire de la commune de Perpignan dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.

Mis en service en 1858 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne, il est géré par la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Le pont sur la Têt est situé entre le point kilométrique (PK) 466,952 et le PK 467,131 de la ligne de Narbonne à Port-Bou (frontière), entre les gares de Rivesaltes et de Perpignan[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La concession pour un chemin de fer de Narbonne à Perpignan, aboutissant sur la rive gauche de la Têt, est accordée à le à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne. Dans un premier temps, une gare terminus provisoire est établie au Vernet sur la rive gauche. Elle est mise en service le [2].

Le génie militaire acceptant finalement que la gare soit édifiée sur la rive droite à 500 mètres de partie ouest de la ville, un décret du autorise la Compagnie à prolonger la ligne sur la rive droite. Un pont ferroviaire est construit en amont des ponts routers avec un débouché à proximité de la gare définitive. Le , le court tronçon du Vernet à Perpignan est mis en exploitation. Le chantier du pont et celui de la gare sont achevés[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Pont en maçonnerie qui comporte sept travées[4] pour une longueur de 179 mètres[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), p. 60.
  2. François et Maguy Palau, 2001, p. 10
  3. François et Maguy Palau, 2001, p. 35
  4. Adolphe Joanne, De Bordeaux à Toulouse, à Cette et à Perpignan, Paris, Librairie Hachette et Cie, coll. « Guides Joanne », (lire en ligne), p. 300.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le second Empire, t. 2 : 1858-1863, Paris, Palau, , 223 p. (ISBN 2-950-94212-1, notice BnF no FRBNF37658881), « 3.4. Narbonne-Le Vernet et 3.18. Le Vernet-Perpignan », p. 10 et 35.

Articles connexes[modifier | modifier le code]