Poni Hoax

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Poni Hoax
Description de cette image, également commentée ci-après
Poni Hoax en 2016.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Rock électronique
Années actives Depuis 2001
Labels Tigersushi, Pan European Recording
Composition du groupe
Membres Laurent Bardainne
Nicolas Villebrun
Arnaud Roulin
Vincent Taeger
Anciens membres Nicolas Ker

Poni Hoax est un groupe de rock électronique français formé en 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé en 2001 à l'initiative de Laurent Bardainne[1], saxophoniste, clavieriste et compositeur, le groupe Poni Hoax (connu à ses débuts comme Le crépuscule des Dinosaures[2]) se fait repérer en 2006 avec son premier album. Ce disque est produit par Joakim et publié sur son label Tigersushi. Il inclut notamment, les singles She’s on the Radio et Budapest[3]. Ce dernier sera classé en 2006 dans le « Top 100 » de Pitchfork[4] et leur vaut un succès d'estime[5].

Nicolas Ker assure le chant, accompagné d'Arnaud Roulin et Laurent Bardainne aux claviers, de Nicolas Villebrun à la guitare et de Vincent Taeger à la batterie et aux percussions.

Revendiquant toujours cet univers hybride entre le rock et la disco, Poni Hoax sort en 2008 un nouvel album, intitulé Images of Sigrid[6],[7],[8]. Pour Les Inrockuptibles la musique du groupe sur ce disque est du rock contaminé à l’electro mélangeant disco new-yorkais, la cold-wave des années 1980 avec des évocations des Talking Heads ou de Bowie[9], le spectre couvert par Images of Sigrid est extrêmement large[10]. Quant à cette Sigrid à laquelle l'album rend hommage, il s’agit d’une jeune femme bien réelle dont la silhouette plane sur les treize titres[1].

Le single Antibodies, tiré de l’album, devient un tube[11] et fait l’objet d’un clip remarqué, réalisé par Cyrille de Vignemont alias Danakil et primé à de nombreuses reprises[12],[13]. Le titre est présent dans le troisième volet du jeu Rockband[14]. De 2008 à 2010, le groupe jouera près de 200 concerts dans les festivals et salles de plusieurs grandes villes (New York, Montréal, Londres, Oslo, Moscou), dont un concert à guichet fermé à l’Élysée-Montmartre à Paris et une première partie de Franz Ferdinand à Londres[15].

En 2013, le groupe publie l'album A State of War chez Pan European Recording[16],[17].

Le 4e album du groupe enregistre enregistré entre Le Cap, São Paulo et Bangkok s'intitule Tropical Suite et sort le chez Pan European Recording[18],[19],[20] (avec la participation de la chanteuse thaïlandaise de Molam Rasmee Wayrana sur deux chansons).

Soutenus par Agnès B., adorés de Vianney et chéris par Étienne Daho, l’intérêt de Poni Hoax n’a cessé de croître auprès d’artistes comme Charlotte Gainsbourg qui s’entoure du batteur Vincent Taeger pour son album Rest ; Camélia Jordana qui fonde Lost, un projet autour de la paix et de la tolérance avec Laurent Bardainne ; Alain Souchon qui collabore avec le claviériste Arnaud Roulin, ou Arielle Dombasle qui voit en Nicolas Ker un musicien dans la « grande lignée des rockeurs »[5].

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Singles & 45 Tours[modifier | modifier le code]

  • Budapest EP (2005, Tigersushi)
  • Involutive Star EP (2007, Tigersushi)
  • Antibodies (2007, Tigersushi)
  • Hypercommunication (2008, Tigersushi)
  • The Bride Is on Fire (2008, Tigersushi)
  • We Are the Bankers (2010, Abracada Records)
  • Down on Serpent Street (2012, Pan European Recording)
  • All The Girls (2016, Pan European Recording)

Remixes[modifier | modifier le code]

Année Artiste Titre
2007 Jack Arel New York Assault
2008 Principles of Geometry Prophet
2010 Plugs All Them Witches
2010 Mohini Geisweiller Milk Teeth

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles Dufresne, « Poni Hoax: « On ne fera jamais aucun compromis » », sur 20 Minutes, .
  2. François Moreau et Franck Vergeade, « Se souvenir de Nicolas Ker : “Il avait la fureur de vivre” », Les Inrockuptibles, 21 mai 2021.
  3. Delphine Osmont, « Premier album de Poni Hoax », sur Les Inrockuptibles, .
  4. (en) « The Top 100 Tracks of 2006  », sur Pitchfork, .
  5. a et b Florine Delcourt, « Poni Hoax, le groupe culte que (presque) personne ne connaît », sur Slate.fr, .
  6. (en) Roque Strew, « Poni Hoax Images of Sigrid », sur Pitchfork, .
  7. (en) François Couture, « Poni Hoax Images of Sigrid », sur AllMusic.
  8. Julien Bordier, « Poni Hoax / Images of Sigrid », sur L'Express, .
  9. Pascal Bertin, « Poni soit qui mal y pense », sur Les Inrockuptibles, .
  10. Julien Bordier, « Poni Hoax / Images of Sigrid », L'Express, 24 juin 2008.
  11. Carole Boinnet, « Nicolas Ker, poète aux plaies à vif de Poni Hoax, est décédé », sur Les Inrockuptibles, .
  12. Vanessa Schneider, « Cyrille de Vignemont, petit génie aux mille vies », sur Le Monde, .
  13. Gwenola Gabellec, « Un jour, un tube : les brillants "Antibodies" de Poni Hoax », sur La Provence, .
  14. Jérôme Vermelin, « Nicolas Ker, chanteur de Poni Hoax et complice d'Arielle Dombasle, est mort à l’âge de 50 ans », sur LCI, .
  15. Odile De Plas, « Poni Hoax promène sa pop sombre dans les salles françaises », sur Le Monde, .
  16. Maxime de Abreu, « Poni Hoax : ça se réchauffe », sur Les Inrockuptibles, .
  17. Marie Le Douaran et Pascale Leray, « Poni Hoax: "La guerre c'est psychédélique" », sur L'Express.
  18. « Éléments de langage pour briller en société », sur lesinrocks.com, Les inrockuptibles,
  19. « Poni Hoax : le nouvel album en février 2017 », Goûte Mes Disques,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Pierre Siankowski, « Poni Hoax : orage électrique sous les tropiques », sur Les Inrockuptibles, .

Liens externes[modifier | modifier le code]