Pietro Koch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pietro Koch

Description de cette image, également commentée ci-après

Pietro Koch en 1945

Naissance 18 août 1918
Bénévent
Décès 4 juin 1945 (à 26 ans)
Rome
Nationalité italien
Profession Militaire fasciste
Activité principale leader de la « Banda Koch

Pietro Koch (né le 18 août 1918 à Bénévent et mort le 4 juin 1945 (à 26 ans) à Rome) est un militaire italien et leader de la « Banda Koch » un groupe connu pour son activité anti-partisane dans la République de Salò.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pietro Koch et le fils d'un officier de la Marine impériale allemande[1]. Il sert comme lieutenant dans les Grenadiers, très impopulaire auprès de ses compagnons d'armes il est renvoyé de l'armée en 1939 pour avoir insulté un officier supérieur.

Rappelé sous les armes à la veille de la Seconde Guerre mondiale, il sert jusqu'à l'armistice de Cassibile (8 septembre 1943), après quoi, il s'installe à Florence[1].

À la création de la République sociale italienne, il s'installe dans le nord de l'Italie et rejoint le « Service spécial de la police républicaine» dirigé par Tullio Tamburini[1].

En janvier 1944, il forme la dite « Banda Koch  », une équipe spéciale chargée à Rome de traquer les partisans et de les livrer aux Allemands[1]. Protégé par Herbert Kappler, Koch a toute liberté pour utiliser tout moyen, le terme « Banda Koch » devenant synonyme de cruauté et de violence.

Koch possède ses propres prisons et chambres de torture et après la prise de Rome pat les alliés, il continue son activité à Florence, puis à Milan. Craint même par Benito Mussolini pour sa violance extrême, celui-ci mandate en octobre 1944 Renzo Montagna afin de l'arrêter[1].

Le 17 décembre 1944 est arrêté et enfermé dans la prison de San Vittore.

Pendant l’insurrection de Milan du 25 avril 1945, Koch s'évade et fuit à Florence, mais le 1er juin il est arrêté avec sa compagne Tamara Cerri. Jugé, il est reconnu coupable de six chefs d'accusation devant la Haute Cour et condamné à mort[1].

Il est exécuté à Rome à Forte Bravetta le 4 juin 1945 à l'âge de 26 ans.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Giovanni Memo, La banda Koch a Milano. Tra i reclusi di Villa Trieste, Tipografia Editoriale Luigi Memo, Milan, 1945 link a pdf
  • Pietro Secchia et Filippo Frassati, Storia della Resistenza, la guerra di Liberazione in Italia 1943-45, 2 vol., Rome, Editori Riuniti, 1965
  • Massimiliano Griner, La «banda Koch». Il reparto speciale di polizia 1943-44, Turin, Bollati Boringhieri, 2000 ISBN 8833912833
  • Gianni Oliva, L'ombra nera, Le stragi nazifasciste che non ricordiamo più, Milano, Arnoldo Mondadori Editore, 2007 ISBN 9788804580874
  • Andrea Jelardi, Sanniti nel ventennio tra fascismo e antifascismo, Bénévent, Realtà Sannita 2006
  • Diego Meldi, La Repubblica di Salò, Santarcangelo di Romagna, Casini Editore, 2008 ISBN 978-88-6410-001-2
  • Emilio Zucchi, Le midolla del male, Bagno a Ripoli, Passigli Editori, 2010 ISBN 9788836812387
  • Zara Algardi, Furor di popolo, Padoue, Edizioni di Ar, 2012.
  • Philip Rees, Biographical Dictionary of the Extreme Right Since 1890, 1990, p.  212

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Philip Rees, Biographical Dictionary of the Extreme Right Since 1890,‎ 1990, p. 212