Pierre Garcie-Ferrande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre Garcie dit Ferrande
Description de cette image, également commentée ci-après
allegorie de Pierre Garcie par Olteanu, 1992, Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Nom de naissance Pierre Garcie
Alias
Pierre Farcie Ferrande
Naissance
Décès
Saint-Gilles-Croix-de-Vie
Profession
Marin, cartographe, hydrographe
Signature de Pierre Garcie dit Ferrande

Pierre Garcie dit Ferrande, de son nom Pierre Garcie, fils de Ferrande, né en 1441 et mort aux alentours de 1502 à Saint-Gilles-sur-Vie[1](Saint-Gilles-Croix-de-Vie), est un marin français du Bas-Poitou, considéré comme le premier hydrographe français[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fuyant les persécutions envers les juifs (inquisition espagnole), sa famille d'origine espagnole arrive en France vers 1417, à Rouen, et s'installe à Saint-Gilles-sur-Vie en 1421[1]. Fils de marin astronome, Pierre Garcie s'engage dans la navigation dès son enfance. Il est appelé "maître de barque" en 1463, à 22 ans[3]. Il voyagea tout au long de sa vie le long des côtes européennes, du sud Portugal à l'Irlande, la Mer du Nord, mais aussi en Méditerranée. Il est fait état de sa présence, en 1463, comme membre de l'équipage de La Caravelle de Saint-Gilles-sur-Vie, armé en guerre, lors de l'interception au large de Guérande d'une flottille de cinq navires anglais[4].

Il rassemble son savoir pratique dans un ouvrage intitulé Le Grand Routier de la mer, rédigé à la fin du XVe siècle[5].

À cette époque apparaissent d'autres routiers ou portulans, ceux du Portugais Jean Alfonse (1544) et du Basque Martin de Hoyarçabal [6] (1579)[7].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Première page du Grant Routtier, 1520 - Médiathèque de Niort

Pierre Garcie consigne son expérience nautique dans un livre rédigé en partie avant le 31 mai 1483, date à laquelle il dédicace son travail, le Grant Routtier et pilotage de la mer[1],[8], à son filleul, Pierre Ymbert, ce qui donne un ton familier à ses instructions par l'emploi du tutoiement («J'ay voulu pour toy subvenir et aider à congnoistre la manière et façon comment tu pourras éviter les grans et misérables périls de la mer véhémente...»). Des compléments ont été apportés, au moins jusqu'au 24 juin 1484[9]. Puis de 1520 à 1643 sous le titre Le grant routtier. Le titre complet de l'édition de 1531[10] est : Le Grant routier et pilotage et enseignement pour ancrer tant ès ports, havres que autres lieux de la mer : fait par Pierre Gracie [sic], dit Ferrande, tant des parties de France, Bretaigne, Angleterre, Espaigne, Flandres et haultes Alemaignes, avec les dangers des ports, hanses, rivières et chenals des parties & régions dessus dictes, avec ung kalendrier et compost à la fin dudit livre très nécessaire à tous compaignons. Et les jugemens d'Oléron touchant le fait des navires. La transcription du texte de Pierre Garcie v. 1490, celui de 1502 et celui de 1520 sont reproduite par Annick Englebert.[1]

Contenu du Grant Routtier[modifier | modifier le code]

Pierre Garcie est un savant, il décrit les côtes européennes en les répertoriant par zone et en décrivant, avec logique, les courants, les amers dessinés, les écueils, les atterrages, les profondeurs et nature du fond. Toutes ces données de vents, de repérage, d ' allure, de fonds, de courants et de dangers, sont rassemblées dans un document appelé d ' abord « périple » puis « compasso » et enfin « routier ». L ' orientation géographique permet de formaliser les routes qui sont désormais répertoriées sur un routier, ouvrage qui garde la mémoire des principaux « périples » pour aller de port à port. Cet ouvrage, le routier, prend parfois le nom de portolano ou de compasso da navegare, lorsqu ' il s ' agit de navigation au large.

Il apporte un instrument de navigation, le nocturlabe, qui a été étudié par les savants portugais. Cet instrument de marine permet de calculer l'heure la nuit et de se positionner en latitude. A partir de là, il donne la méthode pour calculer l'établissement de port, en tenant compte de la marée. Le temps et l'espace sont ainsi repérés. La navigation au cabotage, à l'estime, peut devenir une navigation hauturière[11].

Son ouvrage constitue les premières instructions nautiques, de toutes les côtes européennes. Il devient une référence pendant près de trois siècles, avec trente-deux éditions en français et huit en anglais[1],[12].

routes maritimes décrites par Pierre Garcie, 1520

Rôles d'Oléron[modifier | modifier le code]

Les Rôles d'Oleron (Rolle dolleron) se présentent comme une compilation de sentences d'arbitrages réglant des conflits en matière de commerce maritime. Ce code d'Oleron fut rédigé en gascon et destiné uniquement à la réglementation de l'exportation des vins depuis le port de Bordeaux vers l'Angleterre. Il a ensuite été revu par Richard Ier Cœur de Lion, roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine. C'est dans l'édition des Coustumes de Bretaigne, imprimée à Lantreguef, (aujourd'hui Tréguier), en 1485, que parurent pour la première fois les vingt-quatre premiers articles des Rôles d'Oleron, sous le titre de Jugemens de la mer. Ils y sont précédés de deux chapitres sur les Noblesses et coustumes de Bretaigne et l'Ordonnance relative au vicomte de Léon. Ces trois chapitres se retrouvent aussi dans le routier de la mer (1502). Les rôles (rouleaux facilement transportables, avec les cartes, à bord d'un navire) ont été appliqués sur les côtes d'Europe et de Méditerranée. La plus ancienne copie qui nous soit parvenue date de 1266. Elle reprend les 24 articles primitifs que nous trouvons dans le Routier de la mer de Pierre Garcie, de 1502. Par la suite, Le Grant Routtier de 1520 redonnera les 24 articles, augmentés des 21 suivants[1].

Informations complémentaires[modifier | modifier le code]

Une plaque[13] apposée en 1930 rue Torterue à Saint-Gilles-Croix-de-Vie identifie la maison de Pierre Garcie dit Ferrande, et indique l'année 1502 comme celle de son décès[14].

À Saint-Gilles-Croix-de-Vie, un collège[15] porte le nom de Pierre Garcie Ferrande

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Routier de la mer jusques au fleuve de Jourdain disponible sur Gallica, imprimé à Rouen en 1502.
  • Le Grant Routtier et pilotage de la mer, lire en ligne [2] 1520, disponible sur Médiathèque de Niort.
  • (en) Waters, D. W., The Rutters of the Sea, the sailing Directions of Pierre Garcie, a Study of the first English and French printed sailing Directions with facsimile reproductions, Londres,
  • Prix de l'Académie de marine, 2016 pour l'ouvrage de Bernard de Maisonneuve, Pierre Garcie dit Ferrande ; le routier de la mer, v-1490, 1502, 1520, CRHIP, (ISBN 978-2-7466-8417-1, lire en ligne)
  • Bochaca, Michel et Arízaga Bolumburu, Beatriz, « Savoir nautique et navigation dans le golfe de Gascogne à la fin du Moyen Âge d'après le Grant routtier, pylottage et encrage de la mer de Pierre Garcie dit Ferrande », Cuadernos del CEMYR, no 15,‎ , p. 91-107 (lire en ligne)
  • Bernard de Maisonneuve, « Le Routier de la mer de Pierre Garcie », Chasse-Marée, no 281,‎ octobre-novembre 2016, p. 32 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Bernard de Maisonneuve, Pierre Garcie dit Ferrande ; le routier de la mer, v-1490, 1502, 1520, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, CRHIP, , page 13-27 (bio), 28-56 (édition), 57-315 (pilote des zones Ouest Atlantique, Manche, Celtique, Nord), 351-438 (transcription du texte de Pierre Garcie), 439-468 (index et glossaire) p. (ISBN 978-2-7466-8417-1), p. 468, Prix de l'Académie de marine, 2016
  2. (fr) « Le premier océanographe de l'Histoire : Pierre Garcie-Ferrande », le Journal de la Vendée, Conseil général de Vendée, octobre 2007
  3. « Pierre Garcie dit Ferrande Le Grand Routier de la Mer, par B. de Maisonneuve », sur Association Vie Vendée,
  4. Alain Gallicé, « Le Croisic et les étrangers à la fin du Moyen Âge : les attirer, s'en protéger », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, nos 117-1,‎ , p. 61-74 (voir :Les réseaux, n° 15) (lire en ligne)
  5. « Garcie FERRANDE marin-cartographe »
  6. « Les Voyages aventureux du capitaine Martin de Hoyarsabal, habitant de Cubiburu, contenant les règles et enseignements nécessaires à la bonne et sure navigation », sur Gallica,
  7. Raymonde Litalien, Jean-François Palomino, Denis Vaugeois, La mesure d'un continent: atlas historique de l'Amérique du Nord, 1492-1814, Presses de l'Université Paris Sorbonne -Septentrion, (lire en ligne), p. 71
  8. (fr) Le grand routtier et pyllotage et encrage de la mer sur Gallica
  9. « Savoir nautique et navigation dans le golfe de Gascogne à la fin du Moyen Âge d'après LE GRANT ROUTTIER ET PYLLOTAGE ET ENCRAGE DE LA MER de Pierre Garcie dit Ferrande »
  10. accessible en ligne sur Gallica et reproduit en frontispice.
  11. « La navigation à vue », sur BNF
  12. (en) D.W. Waters, The Rutters of the Sea : the Sailing Directions of Pierre Garcie. A Study of the First English and French Printed Sailing Directions with Facsimile Reproductions, New Haven and London,
  13. « Pose d'une plaque commémorative sur la maison où est mort (1502) à Saint-Gilles-sur-Vie, Pierre Garcie, dit Ferrande / Dr M. Baudouin. - Les Sables d'Olonne : Impr. T. Doré, [1931 », sur Les Archives de la Vendée
  14. « Rubrique locale Saint Gilles Croix de Vie », Ouest France,‎
  15. « Collège Pierre Garcie Ferrande - Saint-Gilles-Croix-de-Vie »