Routier (instructions nautiques)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Routier, Routier (Aude), Routier (scoutisme) et Relais Routiers.
Le grand routier de Pierre Garcie
Description de cette image, également commentée ci-après
1520

Un routier est le nom utilisé autrefois pour désigner un manuel d’instructions nautiques à l'usage des navigateurs. Il contient tous les renseignements généraux, nautiques et réglementaires qui peuvent être utiles aux navigateurs en complément des informations portées sur les cartes marines, en précisant les particularités de la navigation et les pratiques locales dans la région couverte. La Grande ordonnance de la marine de 1681, dite ordonnance de Colbert, mentionne les routiers : "Routier en termes de Mer est un Livre qui par le moyen de ses Cartes Marines donne des instructions pour la route des Vaisseaux, & dans lequel on trouve la description des Côtes, & on y voit les aspects, les vues ou profils des terres, & on y connait la nature des divers parages"[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dénommé périple dans l'antiquité phénicienne, grecque et romaine, le routier est un document manuscrit utilisé par les marins.

Les navigateurs italiens utilisent plutôt le mot portulan (portolani), les navigateurs portugais le mot roteiro. Les navigateurs anglais utilisent rutter, dérivé du français routier (ou routier-pilote) qui est utilisé en France dès le XVe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle.

En 1720, un service de la Marine (le Dépôt des cartes et plans de la Marine) est créé pour réunir des plans, cartes, journaux et mémoires concernant la Marine.

Il est l'ancêtre direct de l’actuel service hydrographique et océanographique de la Marine (SHOM[2]), établissement public placé sous la tutelle du ministère de la Défense, qui publie ces documents sous le nom d'instructions nautiques.

Les principaux routiers[modifier | modifier le code]

Angleterre & Écosse[modifier | modifier le code]

  • Alexander Lindsay publie autour de 1540 A Rutter of the Scottish Seas qui sera traduit au XVIe siècle par le français Nicolas de Nicolay.
  • John Sellers, The English Pilot, 6 tomes, publiés à partir de 1671

États-Unis[modifier | modifier le code]

  • John Norman & Osgood Carleton: The American Pilot. 1791: premier atlas maritime publié aux États-Unis
  • Capitaine Furlong, The American Coast Pilot, éditeur et libraire Edmund March Blunt, 1796: premier routier pour les côtes américaines, de la frontière canadienne à la rivière Mississippi
  • Nathaniel Bowditch, The New American Practical Navigator, 1802.

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Alonso de Contreras remet à Philibert de Savoie, autour de 1614, un routier manuscrit, retrouvé au début du XXe siècle[3] : * Alonso de Contreras, Derrotero universal desde el Cabo de San Vicente, en el Mar Océano, costeando Cartagena, Cataluña, Francia, Nápoles, Golfo de Venecia, Archipiélago de Levante, Caramania, Natolia, Suria, Egipto, Nilo, volviendo por Berbería hasta Cabo Cantín, Islas de Sicilia, Cerdeña, M allorca, Candía, Chipre. Le manuscrit original de son Derrotero, écrit autour de 1614, a été retrouvé. Il est conservé à la Bibliothèque nationale de Madrid.

France[modifier | modifier le code]

  • Pierre Garcie dit Ferrande rédige à la fin du XVe siècle (écrit avant 1483 et imprimé en 1520) le premier routier connu sous le titre Le Grand Routier de la mer[4]. Il décrit les côtes depuis les Flandres jusqu'au sud de l'Espagne : Pierre Garcie dit-Ferrande, Le Grant routier et pilotage et enseignement pour ancrer tant ès ports, havres que autres lieux de la mer, (lire en ligne) dans une belle édition de 1531. L'édition de 1520, Le Grant Routtier, est en ligne sur le site de la médiathèque de Niort[5].
  • Jan Alfonce, Voyages avantureux du capitaine Jan Alfonce, Sainctongeois, Poitiers, impr. Marneffe et Bouchet, (lire en ligne), ouvrage posthume publié en 1559.
  • Martin de Hoyarçabal publie en 1579 un routier pilote pour les bateaux navigant à Terre Neuve : Martin de Hoyarçabal, Les voyages avantvrevx dv capitaine Martin de Hoyarsabal, habitant de Cubiburu : contenant les reigles & enseignements necessaires à la bonne & seure nauigation, Bordeaux, imprimerie de Jean Chouin, (lire en ligne)[6].
  • R. Bougard, maître de navire au Havre, lieutenant de vaisseau du roi, est l'auteur du routier le plus célèbre de la fin du XVIIe siècle Le Petit Flambeau de la mer (1684)[7]. Ce manuel de cabotage, souvent réédité, servit de manuel d’instruction dans les écoles d’hydrographie. Il décrit les côtes de France, d’Angleterre, d’Irlande, d’Espagne, du Portugal et de la Méditerranée, d’Afrique, de Madère, des Canaries et des iles du Cap-Vert, jusqu'à l’océan Indien : R. Bougard, Le petit flambeau de la mer, ou Le véritable guide des pilotes côtiers , où il est clairement enseigné la manière de naviguer le long de toutes les côtes de France, d'Angleterre, d'Irlande, d'Espagne,de Porungal, d'Italie, de Sicile, de Malte, de Corse et de Sardaigne, et autres isles du Détroit et des côtes de Barbarie, depuis le Cap Bon jusqu'au Cap Verd, St Malo, L. Hovius, (lire en ligne)[8].
  • Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d'Après de Mannevillette publie, en 1745, le Le Neptune Oriental ou Routier Général des Cotes des Indes Orientales et de la Chine qui donne des instructions sur l'itinéraire allant des côtes d’Éthiopie à celles de Canton: Jean-Baptiste-Nicolas-Denis d'Après de Mannevillette, Le Neptune Oriental ou Routier Général des Cotes des Indes Orientales et de la Chine enrichi de cartes hydrographiques, Paris, Jean François Routel, (lire en ligne)
  • Jacques-Nicolas Bellin publie en 1764 Le Petit Atlas maritime qui, avec ses nombreux plans, s’apparente à la tradition des routiers de navigation, et connait un grand succès auprès des marins[9].
  • Alexandre Pierre Givry, ingénieur hydrographe du début du XIXe siècle, publie de 1842 à 1851 Le Pilote Français qui synthétise et systématise les informations orales ou écrites relatives aux côtes françaises de Dunkerque à l'ile de Bréhat.

Portugal[modifier | modifier le code]

  • L'un des premiers routiers date de 1485. Il est portugais et connu sous le nom de livro de rotear[10], premier mots d'une collection de voyages appelés Manuscrito Valentim Fernandes [11].
  • Jean Alfonse, explorateur portugais, décrit dans la première moitié du XVIe siècle, les cotes du Canada, du Groenland et du Labrador.
  • Marin-Michel Franzini, Routier des côtes de Portugal, ou Instructions nautiques pour servir à l'intelligence et à l'usage de la carte qu'on a faite et des plans particuliers des ports les plus remarquables de ce royaume (traduit de la langue portugaise par G. d'Urban). 2e édition, Paris, Imprimerie royale, , 87 p. (lire en ligne)
  • Gabriel Ferrand, Instructions nautiques et routiers arabes et portugais des XVe et XVIe siècles, vol. 1-2-3-4, (lire en ligne)

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • Le pilote Lucas Janszoon Waghenaer publie en 1584 le Speculum nauticum super navigatione maris occidentalis, traduit en français par Miroir de la navigation, conçu pour le pilotage en Europe du Nord [12] [13].
  • Le navigateur hollandais Jan Huygen van Linschoten dévoile en 1595 (Reysgheschrift van de Navigatien der Portugaloysers in Orienten) les indications nécessaires pour suivre la Route de Indes, itinéraire tenu secret par les Portugais depuis un siècle.
  • Johannes van Keulen & Jan Luyken, Nieuwe Lichtende Zee-Fakkel (Nouveau et Grand Illuminant Flambeau), 1681-1684, lire en ligne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Com'Nougue : Les nouvelles méthodes de navigation durant le Moyen Age, Thèse, Conservatoire national des arts et métiers - CNAM, 2012 lire en ligne
  • Manomani Filiozat: Les routiers de navigation et instructions nautiques, Communication orale et enregistrée ( 15 novembre 2002, 25:32) dans le cadre du colloque: Le Livre maritime, 1750-1850 (CRLV Centre de Recherche sur la Littérature des Voyages) écouter ici
  • « Le routier de Ferrande », Chasse-Marée, no 281,‎
  • John B. Hattendorf, Le livre maritime dans le monde anglophone, 1750-1850, Centre de recherche sur la littérature des voyages, lire en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordonnance de la marine, du mois d'aoust 1681 . Commentée & conférée avec les anciennes ordonnances, & le droit écrit, avec les nouveaux règlemens concernans la marine, G. Cavelier (Paris), (lire en ligne), Titre VIII Du Professeur d'Hydrographie, art. III , p.67
  2. http://diffusion.shom.fr/produits/maree/predictions-de-maree.html
  3. Pelorson, Jean-Marc, « Le routier du capitaine Alonso de Contreras », Bulletin hispanique, vol. 68, no 1,‎ , pp. 30-48 (lire en ligne)
  4. Bernard de Maisonneuve, Pierre Garcie dit Ferrande ; le routier de la mer, v-1490, 1502, 1520, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, CRHIP, , 468 p. (ISBN 978-2-7466-8417-1)
  5. « Portail général du réseau des médiathèques de Niort », sur cantalogue.agglo-niort.fr
  6. Ch. De La Ronciere, « Le premier routier-pilote de Terre-Neuve (1579) », Bibliothèque de l'école des chartes,‎ , p. 116-125 (lire en ligne)
  7. Édition originale parue au Havre de Grace, Chez Jacques Gruchet, 1684, lire en ligne. La liste des éditions successives est consultable ici
  8. « Le routier le plus célèbre de la fin du XVIIe siècle », sur camillesourget.com
  9. « Présentation détaillée des atlas - Mémoire des hommes », sur www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr (consulté le 20 septembre 2016)
  10. Ilda dos Santos, « L'usage du Monde. Ecritures portugaises du voyage à la Renaissance. », Modèles et innovations: études de littérature portugaise et brésilienne,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  11. Anne-Marie Quint (sous la direction de), Modèles et innovations: études de littérature portugaise et brésilienne, Presses de la Sorbonne nouvelle, (ISBN 2878540999, lire en ligne), p. 16
  12. « Atlas nautique, Speculum nauticum super navigatione maris occidentalis, L. J. Waghenaer, 1586. », sur BNF
  13. Voir Lucas Janszoon WAGHENAER, Speculi Marini [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]