Pierre-Armand Séguier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre-Armand Séguier
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Armand-Pierre Séguier, né le à Montpellier et mort le à Paris, est un avocat français. Il exerce à partir de 1824, puis devient conseiller auditeur à la cour royale en 1826. Il se démet en 1848 et se consacre à la mécanique, membre libre de l'Académie des sciences en 1833.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de la noblesse d'Empire, ce savant, connu comme étant « le baron Séguier » est le fils de Mathieu Séguier (1768-1848), baron de l'Empire, vice-président de la Chambre des pairs (1830).

Pierre-Armand Séguier est un ami de Henri Victor Regnault, ainsi que de Marcellin Jobard, directeur du Musée royal de l'Industrie, à Bruxelles. Il lui rend visite en et avec d'autres savants, se livre au Musée à des expériences sur la présence d'électricité dans les appareils à vapeur, qui peut être la cause d'explosions[1].

Membre de l'Institut de France, il entre le à l'Académie des sciences. Membre de la British Meteorological Society.

Il fait partie le des nombreuses personnalités invitées par Augustin Louis Cauchy et Charles Lenormant à la 1re réunion qui a jeté les bases de la fondation[2] de L'Œuvre des Écoles d'Orient, plus connue actuellement sous le nom de L’Œuvre d’Orient[3]. Il fut même membre de son 1er Conseil général[4] du de la même année.

Inventeur[modifier | modifier le code]

Il invente une chaudière tubulaire à circulation d'eau ainsi qu'un petit bateau à vapeur perfectionné et une balance automatique pour peser et distribuer les monnaies. Il invente en 1839 le premier appareil photographique pliant à soufflet.

Publications[modifier | modifier le code]

  • en 1832 un mémoire "Sur les appareils producteurs de la vapeur"
  • en 1848 "Perfectionnements dans la marine à vapeur"

Hommages[modifier | modifier le code]

1851 : Officier de la Légion d'honneur

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Courrier belge, 17 septembre 1841.
  2. https://www.oeuvre-orient.fr/wp-content/uploads/LE-CINQUANTENAIRE-DE-LŒUVRE-DES-ECOLES-DORIENT.04.07.2017.pdf
  3. https://oeuvre-orient.fr
  4. Voir le 1er fascicule de l’Œuvre des Écoles d’Orient publié à Paris, le 25 avril 1856 mentionnant la composition de son 1er Conseil Général

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, XIV, 1875, p. 484.

Liens externes[modifier | modifier le code]