Pic Cristóbal Colón

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pic Cristóbal Colón
Vue du pic Cristóbal Colón (au centre) et du pic Simón Bolívar (arrière-plan à droite) depuis le nord.
Vue du pic Cristóbal Colón (au centre) et du pic Simón Bolívar (arrière-plan à droite) depuis le nord.
Géographie
Altitude 5 775 m[1]
Massif Sierra Nevada de Santa Marta
(cordillère des Andes)
Coordonnées 10° 50′ 18″ nord, 73° 41′ 12″ ouest[1]
Administration
Pays Drapeau de la Colombie Colombie
Département Magdalena
Ascension
Première 1939, par Walter Wood, Anderson Bakerwell et E. Praolini

Géolocalisation sur la carte : Sierra Nevada de Santa Marta

(Voir situation sur carte : Sierra Nevada de Santa Marta)
Pic Cristóbal Colón

Géolocalisation sur la carte : Colombie

(Voir situation sur carte : Colombie)
Pic Cristóbal Colón

Le pic Cristóbal Colón est un sommet de Colombie s'élevant à environ 5 775 mètres d'altitude et constituant le point culminant du pays et de la sierra Nevada de Santa Marta, probablement devant son voisin, le pic Simón Bolívar. C'est le cinquième plus haut sommet au monde par sa hauteur de culminance. Il est nommé en hommage à Christophe Colomb. Sa première ascension a été réussie en 1939. C'est un sommet sans difficulté majeure mais difficile d'accès, sur le territoire traditionnel des Arhuacos. Il est situé dans le parc national de la Sierra Nevada de Santa Marta.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cristóbal Colón, en espagnol, est le nom de Christophe Colomb.

Chez les Arhuacos, le sommet est nommé Chunduake. C'est le seul qui dispose individuellement d'un nom autochtone dans la sierra, les principaux sommets étant identifiés collectivement sous l'appellation Chundua (les « montagnes » ou « demeure des morts »), le trône du dieu Kakarua Viku[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le pic Cristóbal Colón est situé dans le Nord de la Colombie, dans le département de Magdalena. Il se trouve à environ 70 kilomètres au sud-est de Santa Marta, 130 kilomètres à l'est de Barranquilla et 700 kilomètres au nord de Bogota, alors que la frontière avec le Venezuela passe à 100 kilomètres à l'est-sud-est. Les côtes de la mer des Caraïbes sont à moins de 45 kilomètres au nord. L'altitude du sommet est incertaine, comprise entre 5 700[3], 5 730[4] voire 5 775 mètres[1] d'altitude, très proche, mais probablement plus élevée, que celle du pic Simón Bolívar à 670 mètres au sud-ouest, ce qui en ferait le point culminant du pays et de la sierra Nevada de Santa Marta, une des extensions les plus septentrionales de la cordillère des Andes. Sa hauteur de culminance par rapport au Cayambe, à pratiquement 1 300 kilomètres au sud-sud-ouest en Équateur[4], est supérieure à 5 500 mètres[3], ce qui en fait le cinquième plus proéminent au monde[4]. Il abrite un champ de glace en phase de recul prononcé depuis cinquante ans[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première tentative d'ascension du pic Cristóbal Colón, en 1936, se solde par la mort de l'alpiniste Hans Lötscher après une chute dans une crevasse, alors qu'il est accompagné de son compatriote Willy Weber[2],[6],[7]. Selon les sources, ce sont des émigrants d'origine allemande[2],[6], suisse[7] ou autrichienne[2].

En 1939, Walter Wood, Anderson Bakerwell et E. Praolini réussissent, par l'arête orientale, la première ascension du sommet[1],[2], à l'occasion d'une expédition cartographique organisée par la Société américaine de géographie et menée par Thomas D. Cabot[2],[6]. La deuxième ascension est effectuée par les époux suisses Frédéric et Dorly Marmillod en [2],[7].

En , Piero Ghiglione réalise la première ascension de la face sud, en solitaire[6].

Activités[modifier | modifier le code]

Ascension[modifier | modifier le code]

L'approche vers le sommet peut s'effectuer depuis Valledupar, où la délivrance d'un permis est généralement requise, soit par Nabusimake (San Sebastián de Rábago) au sud, soit par Donachui à l'est, en véhicule tout terrain. Ensuite, l'accès jusqu'au camp de Nabobo, à 4 450 mètres d'altitude au bord de lacs glaciaires, au sud-est des pics Cristóbal Colón et Simón Bolívar, se poursuit à l'aide de guides autochtones et de mules. L'ascension vers le sommet se fait d'abord en remontant vers le nord jusqu'à la limite des neiges éternelles, vers 5 000 mètres sur le versant sud-est, pour y installer le camp final. Enfin, après avoir gravi un petit glacier, il faut franchir le col appelé La Horqueta, vers 5 550 mètres, entre les deux pics et terminer par l'ascension de l'épais glacier de la face ouest jusqu'au sommet. Cette dernière étape depuis le camp final nécessite environ cinq heures. Toutefois, depuis 1996, l'accès à la montagne est fréquemment interdit par les Arhuacos[8].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le pic Cristóbal Colón est protégé depuis 1964 dans le parc national de la Sierra Nevada de Santa Marta qui s'étend sur 3 830 km2.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Pico Cristobal Colon, peakware.com.
  2. a, b, c, d, e, f et g (en) C. Evelio Echevarría, « The San Marta Range, Colombia », American Alpine Journal, 1958, pages 212-213 [lire en ligne].
  3. a et b (en) World Top 50 - 50 Most Prominent Peaks on Earth.
  4. a, b et c Pico Cristóbal Colón, Colombia, peakbagger.com.
  5. (en) Fabian Hoyos-Patiño, Sierra Nevada de Santa Marta, Institut d'études géologiques des États-Unis, Département de l'Intérieur des États-Unis, 1998.
  6. a, b, c et d (en) Jill Neate, Colombia, Mountaineering in the Andes, RGS-IBG Expedition Advisory Centre, 2de édition, mai 1994.
  7. a, b et c (de) Max Oechslin, Edmond Pidoux, Die Alpen, Club alpin suisse, vol. 35, Stämpfli & Cie. Bern, 1959, page 38 [lire en ligne].
  8. (en) John Biggar, The Andes: A Guide for Climbers, Andes, 3e édition, 2005 (ISBN 0-9536087-2-7), pages 36-37.