Philippe Thyraud de Vosjoli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Philippe Thyraud de Vosjoli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Philippe Thyraud de Vosjoli, né le à Chalon-sur-Saône et mort le aux États-Unis, est un ancien officier du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE). Installé aux États-Unis en 1951, il a été le chef de poste du SDECE à Washington de 1951 à 1963, devenant notamment correspondant inamovible auprès de la CIA pour finir par être le premier (et vraisemblablement le seul à ce jour) officier de renseignement français à faire défection aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe Thyraud de Vosjoli connaît les geôles franquistes en Espagne ; il rallie la France libre à Alger, en 1943. Sa carrière au SDECE se termine sur un grave conflit avec les autorités de son service d'appartenance, lié à plusieurs incidents :

  • le refus, selon lui, du SDECE de donner crédit aux révélations d'Anatoli Golitsyne, un officier du KGB de très haut rang qui a fait défection aux États-Unis en 1961, sur l'existence d'un réseau d'agents soviétiques nommé Saphir au sein du SDECE et de l'entourage immédiat du président de Gaulle ;
  • la désapprobation d'une partie de ses supérieurs hiérarchiques pour avoir transmis d'initiative à ses homologues américains des renseignements déterminants dans le cadre de la crise des missiles de Cuba[1] ;
  • l'ordre qui lui aurait été donné de constituer un réseau d'espionnage contre les États-Unis[2].

Rappelé à Paris pour consultations en , il choisit de démissionner et de rester aux États-Unis[3],[4],[5].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Thyraud de Vosjoli a écrit sur son expérience le livre Lamia, l'anti-barbouze (ISBN 0-7759-0333-7)

En littérature et au cinéma[modifier | modifier le code]

En 1967, Philippe Thyraud de Vosjoli a fortement inspiré Leon Uris, auteur du roman Topaz qui insinue « que le cœur de l'espionnage soviétique en France battait à l’Élysée » [6]. L'ancien fonctionnaire du SDECE s'identifie au personnage d'André Devereaux[7].

Le roman sera adapté au cinéma par Alfred Hitchcock avec le film L'Étau en 1969.

En 1973, il est aussi considéré[réf. nécessaire] comme à l'origine du personnage de Lucien Berthon, incarné par l'acteur Philippe Noiret dans le film Le Serpent d'Henri Verneuil.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Tom Mangold, Cold Warrior (ISBN 9780671662738)
  • Pierre de Villemarest, L’espionnage soviétique en France 1944-1969, Nouvelles éditions latines, 319 p., 1969.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Faligot, Jean Guisnel et Rémi Kauffer, Histoire politique des services secrets français : de la Seconde guerre mondiale à nos jours, Paris, La Découverte, , 738 p. (ISBN 978-2-7071-7771-1).
  2. (en) « A Head That Holds Some Sinister Secrets », LIFE, vol. 64, no 17,‎ , p. 31 (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2015)
  3. (en) Georges Pâques, French Spy for Soviets, Dies at 79 Sur le site nytimes.com
  4. (en) France : The Sapphire Affair Sur le site time.com
  5. Article du Figaro, le 7 août 2018
  6. Françoise Giroud, « Editorial », L’Express, no 881,‎
  7. Pierre Péan, L'Homme de l'ombre : Éléments d'enquête autour de Jacques Foccart, Fayard, 1990. Chapitre 17, "Topaz". "Quand le livre sort, toute la communauté diplomatique de Washington s'amuse à identifier les personnages de Topaz [...]. Le roman fait des dégâts, car tout un chacun a reconnu Philippe Thyraud de Vosjoli derrière le personnage d'André Devereaux."