Philippe Fretz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Fretz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (47 ans)
GenèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Philippe Fretz, né le 9 octobre 1969 à Genève, est un artiste peintre, graveur et plasticien suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à la Haute École d'art et de design Genève dans les années 1990, Philippe Fretz est un peintre qui mêle narration, références à l'histoire de l'art et détails autobiographiques[1].

Il est également éditeur et collaborateur des éditions art&fiction, il enseigne la « narrative painting » au Gordon College à Orvieto, en Italie. Il publie un périodique, In medias res, qui confronte ses peintures à une vaste iconographie personnelle[2]. Il est aussi musicien (saxophone, voix) au sein de de différents groupes (Pamela's Parade, Cap'n Crunch)[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Livres d'artistes, livres illustrés
  • Philippe Fretz, Seuil, Genève, art&fiction, coll. « Sonar », , 32 p.
  • Philippe Fretz et Christian Girard, Comme un lieu / Plantes sidérales, Lausanne, art&fiction, , 12 p.
  • Philippe Fretz, Le vestibule des lâches, Lausanne, art&fiction, coll. « Re:Pacific », , 80 p. (ISBN 978-2-940570-01-0)
Catalogues
  • Caroline Nicod et Stefan Baumann, Philippe Fretz, Lausanne, art&fiction, coll. « Document », , 64 p. (ISBN 2-9700398-8-5)
  • Catherine Othenin-Girard, BCV-ART, Lausanne, BCV,

Expositions personnelles (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2013 In medias res, idiots et moines, Espace Cheminée Nord, Genève
  • 2011 Seuil, Galerie du Château, Avenches
  • 2010 Galerie Selz, art contemporain, Perrefitte
  • 2010 Kugler 3600, Espace Cheminée Nord, Genève
  • 2008 SJ-C,FdD,a.pdm,p., Galerie Athanor, Marseille
  • 2007 Comme un lieu, Art en île, Genève
  • 2005 Rivages , Ancienne Abbatiale, Bellelay
  • 2001 Quelques joies dans le désordre, Galerie ESF, Lausanne
  • 2001 Die 7 Freuden des Malers , Konsumbäckerei, Soleure
  • 2000 Gaudium et Spes II, Barrington Center for the Arts, Wenham, MA, USA
  • 1998 Galerie Aparté, Lausanne
  • 1998 Galerie Alain Paire, Aix-en-Provence
  • 1997 Galerie du Tableau, Marseille
  • 1996 Galerie Aparté, Lausanne
  • 1993 Galerie Corinne Kramer, Pully
  • 1993 Galerie Aparté, Lausanne

Expositions collectives (sélection)[modifier | modifier le code]

  • 2013 En progrès 1.0, 1.1, CH9, Genève
  • 2012 (avec Sonja Bauters, Marc Elsener et Stéphane Zaech), Local d’art contemporain, Vevey
  • 2010 (avec Jérôme Stettler et Eric Winarto), Espace culturel, Assens
  • 2009 (avec Stéphane Fretz), Le Cube, Estavayer-le-lac
  • 2007 I-diocy, Nachtgalerie, Zurich
  • 2007 Beautiful, Espace Arlaud, Lausanne
  • 2007 Grandes tailles, Galerie de l’Hôtel-de-Ville, Yverdon-les-Bains
  • 2007, 05, 02, 00, 97, 96 Jahresausstellung, Aargauer Kunsthaus, Aarau
  • 2005 Paysage avec don Quichotte, Le Manoir de la Ville, Martigny
  • 2005 La collection de Bertram Rothe, UAC, Dorigny

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2014 Bourse du Canton d'Argovie (Aargauer Kuratorium Werkbeitrag)
  • 2002 Bourse Alice Bailly
  • 1999, 98, 96 Bourse Kiefer-Hablitzel
  • 1992 Prix Stravinsky

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Scrutateur des temps passés (mais pas seulement) Philippe Fretz crée des tableaux qui mêlent à la fois des souvenirs intimes et personnels à de nombreuses références. Elles traversent l’histoire de l’art de Giotto et Mantegna à Garouste et Balthus. » Jean-Paul Gavard-Perret, De l'art helvétique contemporain
  2. « La spécificité de cette entreprise iconographique tient dans le dialogue établi entre les images retenues – le Gilles de Watteau côtoyant une image enfantine de Oui-Oui ou un portrait végétalisé d’Arcimboldo, une photographie montrant Alberto Giacometti peignant et une séquence révélant un moine, bras levé – et des détails imaginés par Philippe Fretz lui-même. Dont la peinture figurative, ou non figurative par moments, s’inscrit donc malicieusement au cœur même de l’histoire de l’art. » Laurence Chauvy, Le Temps, 13 août 2013
  3. « Darksite », sur www.darksite.ch (consulté le 26 janvier 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]