Philippe-Claude Montigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe-Claude Montigny
Biographie
Naissance
Décès

Philippe-Claude Montigny, fils de l'ébéniste Louis Montigny est un ébéniste français né en 1734, décédé en 1800. En 1778, l'Almanach Dauphin le cite comme: "l'un des plus renommés pour les meubles en écaille et argent, ou ébène et cuivre, dans le genre des ouvrages du célèbre Boulle"[1].

L'Administration Royale le charge de la restauration des médaillers de Louis XIV. Dix d'entre eux, rescapés de l'incendie des tuileries se trouvent au Louvre, dans la galerie Apollon. On retrouve l'estampille de Montigny sur l'un.
Il excelle dans la production de bureaux plats, certains avec un cartonnier comme celui conservé à Paris, à la Banque de France ou un autre conservé dans les collections du Duc de Bedford, Wooburn Abbey. Ceux-ci sont souvent plaqués souvent d'ébène, et décoré d'une frise en bronze doré. On citera un secrétaire en armoire conservé au J. Paul Getty Museum et un secrétaire en laque namban, commerce d'art, Paris, et un autre secrétaire conservé au musée Jacquemart-André.
C'est le beau-frère de Fidelis Schey, ébéniste qui prend la maîtrise à Paris en 1777, et dont les ateliers sont voisins, tous deux au faubourg Saint-Antoine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Quéré, «L'ébéniste Philippe-Claude Montigny», L'Estampille-L'Objet d'art, no 423, avril 2007, pages 60-73
  • Guillaume Janneau, les ateliers parisiens d'ébénistes et de menuisiers au XVIIe et XVIIIe siècle (SERG, 1975), p. 224

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Janneau, les ateliers parisiens d'ébénistes et de menuisiers au XVIIe et XVIIIe siècle (SERG, 1975), p. 224