Phenix (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le groupe de pop rock, voir Phoenix (groupe).
Phenix
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Heavy metal, power metal[1]
Années actives 20002012, depuis 2014
Labels Brennus Music, Socadisc
Influences Iron Maiden[2]
Composition du groupe
Membres Sébastien Trève
Bertrand Gramond
Olivier Garnier
Anthony Phelippeau
Eric Brézard-Oudot
Anciens membres Voir anciens membres

Phenix est un groupe de heavy metal français, originaire de Désandans, en Franche-Comté. Composé de cinq membres, le groupe pratique un heavy metal mélodique et varié aux accents progressifs sur certains morceaux. Après une pause en 2012, le groupe reprend son activité en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation (2000)[modifier | modifier le code]

L’histoire de Phenix commence réellement en l'an 2000[2] à Bavans, en Franche-Comté[3], même si Sébastien Trève et Bertrand Gramond projetaient depuis 1993 de former un groupe de heavy metal, à la suite de leur rencontre via une annonce dans un magasin de musique. Composé de cinq musiciens (Sébastien Trève et Bertrand Gramond, Olivier Garnier, Anthony Phelippeau et Julien Giraud), le groupe décide à l'unanimité de son nom le après quelques répétitions[4]. Dès lors, le quintette s'oriente vers une musique puisant son inspiration parmi les plus illustres groupes du genre des années 1970 et surtout 1980. Les membres ayant des cultures musicales différentes, Phenix crée progressivement son propre style.

Débuts (2001–2005)[modifier | modifier le code]

Après avoir enchaîné les concerts dès octobre 2000 en jouant d'abord une majorité de reprises, le groupe s'applique à composer ses propres chansons, et ainsi, le groupe publie son premier album studio, Sacred Fire, au label Brennus Music en 2002[5]. Ce premier album se présente comme la synthèse du travail de composition et des concerts donnés durant la première année d'existence du groupe. Julien Giraud quitte le groupe fin 2001 après avoir enregistré Sacred Fire, et intronisé son successeur Eric Brézard-Oudot. Phenix se produit alors fréquemment en public, seul ou avec des groupes de la scène locale, mais aussi aux côtés de groupes célèbres de la scène nationale et internationale.

Galvanisé par la sortie de ce premier album, le groupe travaille pendant deux ans à composer douze nouveaux titres qui composeront l’album Wings of Fire, publié au label Brennus Music le [2],[6],[7],[8]. Phenix repart alors sur les routes pour promouvoir ce nouvel opus. Courant 2005, après une série de concerts et festivals remarqués, Olivier Garnier quitte cependant le groupe.

Immortal Flame (2006–2009)[modifier | modifier le code]

2006 devient une période sombre pour le groupe qui perd un membre, et dont certains musiciens connaissent également des crises personnelles. Cependant, Phenix continue les concerts d'abord à quatre, puis recrute un nouveau guitariste en la personne de Laurent Obermeyer en 2006, jusqu'à enfin fouler l'Allemagne. Après avoir rodé sa nouvelle formation, le groupe se remet à composer, et Phenix prépare alors son troisième album.

En 2007, le groupe enregistre durant l’été quinze titres de l’album Immortal Flame, pendant cinq semaines au studio Psychosound à Cracovie, en Pologne[4]. Au retour, le bassiste et le batteur quittent coup sur coup le groupe mais le groupe continue une fois de plus dans sa lancée. En novembre 2007, Phenix est à nouveau un quintette et redonne même des concerts avant la fin d'année. En 2008, c'est la sixième formation de Phenix qui présente son nouvel opus, Immortal Flame, à nouveau distribué par Brennus Music dès le mois d'avril[1]. Ce sont Yannick Borner à la basse (après un passage de quelques mois de Vincent Generet) et Cédric Mells à la batterie qui forment la section rythmique.

Le début 2009 voit le groupe poursuivre ses concerts et, avec la fin d'année, revient le temps de la composition et l'écriture du quatrième album. S'il n'a pas encore de titre officiel, plusieurs chansons ont déjà été écrites dont une dans la « tradition » du groupe depuis ses débuts. La mini-tournée amènera le groupe à de nouveau fouler le sol polonais fin octobre.

Changements et séparation (2010–2012)[modifier | modifier le code]

En 2010, Phenix fête ses dix ans, et prévoit d'enregistrer son quatrième album studio. Mais l'objectif initial de sortir le disque à l'automne de cette même année pour partir le promouvoir, notamment dans les Pays de l'Est, est compromis par un nouveau changement de line-up, Yannick Borner et Cédric Mells quittant coup sur coup le groupe en début d'année. Le groupe recherche alors activement de nouveaux membres. En mars, le groupe recrute Sylvain Tourteau, ex-membre du groupe montbéliardais Kromozom, qui rejoint le groupe après des années d'absence pour construire la nouvelle section rythmique de Phenix. Quant à Cédric Mells, il est de retour en avril pour continuer l'aventure un temps avec le groupe. Mais force est de constater que l'histoire n'est pas faite pour durer et après la fête de la musique, Cédric quitte définitivement le groupe. Aucun des membres ne songe à abandonner, et c'est en la personne de Jérôme Heiniger que la bande trouve son nouveau batteur.

C'est avec cette formation que le groupe aurait dû enregistrer le quatrième opus. Phenix repart en Pologne en octobre 2010 pour plusieurs dates de concert mais cette nouvelle tournée ne suffit pas à sceller définitivement la nouvelle formation car à l'été 2011, à l'aube d'entamer l'enregistrement de leur quatrième album, Ignition, Sylvain Tourteau quitte à son tour le groupe. L'abattement gagne un moment le quartette (une fois de plus) mais il intègre Brice Andreani au poste de bassiste à l'automne 2011. Début 2012, le groupe envisage de faire plusieurs concerts pour renforcer les liens musicaux et humains avant d'enregistrer les dix titres du prochain album. De nombreux facteurs viennent néanmoins à bout des efforts du quintette qui se sépare en mai 2012. Sébastien Trève conserve le nom du groupe bien qu'en réalité, il soit en stand-by, et cela jusqu'en 2014.

Réunion (depuis 2014)[modifier | modifier le code]

Après une pause forcée, alors que Laurent Obermeyer, Jérôme Heiniger et Brice Andréani poursuient leur chemin vers d'autres horizons, les deux compères et fondateurs de Phenix se retrouvent début 2014, décidés à ressusciter une fois de plus le groupe au nom prédestiné. Le quatrième album, toujours en pause (depuis près de sept ans pour les titres les plus anciens qui ont évolué avec le temps), le groupe recherche des musiciens mais la tâche est délicate.

En 2016, les choses s'accélèrent et un concours de circonstances amène de vieux compères longtemps séparés à se retrouver. Ainsi, le groupe annonce le 9 avril 2016 que le Phenix Mark II est à nouveau réuni. Début 2017, le groupe entre au Rockbox(red) Studio pour enregistrer un quatrième album dont certains titres avaient été ébauchés en Pologne lors de l'enregistrement d'Immortal Flame, il y a près de dix ans. Ignition devraient voir le jour en 2018[réf. nécessaire].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Sébastien Trève - guitare (depuis 2000)
  • Bertrand Gramond - chant (depuis 2000)
  • Olivier Garnier - guitare (2000-2005, depuis 2016)
  • Anthony Phelippeau - basse (2000-2007, depuis 2016)
  • Eric Brézard-Oudot - batterie (2001-2007, depuis 2016)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Julien Giraud - batterie (2000-2001)
  • Laurent Obermeyer - guitare (2006-2012)
  • Vincent Generet - basse (2007-2008)
  • Yannick Borner - basse (2008-2010)
  • Sylvain Tourteau - basse (2010-2011)
  • Jérôme Heiniger - batterie (2010-2012)
  • Brice Andreani - basse (2011-2012)

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « PHENIX (FRA) - Immortal Flame (2008) », sur Metal Impact (consulté le 30 août 2016).
  2. a, b et c « Interviews CD », sur site=Pavillon 666 Webzine (consulté le 30 août 2016).
  3. (en) « Phenix », sur Encyclopaedia Metallum (consulté le 30 août 2016).
  4. a et b « Phenix - Propos tenus par Bertrand Gramond (chant) », sur Metal Sickness, (consulté le 30 août 2016).
  5. (en) « Sacred Fire Review », sur Metal Crypt (consulté le 30 août 2016).
  6. « PHENIX- Wings of fire (Brennus Music/Socadisc) - 13/10/2004 @ 10h47 », sur VS-Webzine, (consulté le 30 août 2016).
  7. « Wings of Fire chronique », sur Pavillon 666 Webzine (consulté le 30 août 2016).
  8. « PHENIX (FRA) - Wings Of Fire (2004) », sur Metal Impact (consulté le 30 août 2016).