Petre Țuțea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le ton de cet article ou de cette section est trop élogieux, voire hagiographique. (avril 2016)

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre ou discutez-en.

Petre Țuțea
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Lieu de détention
Prison d'Aiud (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Petre Țuțea ( à Boteni en Roumanie - ) est un économiste, un philosophe et un homme politique roumain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père a été prêtre. Il étudie au lycée Neagoe Basarab de Câmpulung-Muscel et au lycée George Barițiu de Cluj-Napoca. Il suit les cours de la Faculté de droit de Cluj et il est nommé docteur en droit administratif en 1929.

En 1932, il fonde la revue La gauche: la ligne générale du temps. En 1933, il est référent dans le ministère du Commerce et de l’Industrie. En 1935, il publie Le manifeste de la révolution nationale, avec Sorin Pavel, Ioan Crăciunel, Gheorghe Tite, Nicolae Tatu et Petre Ercuță. Entre 1936 et 1939, il fait partie du ministère de l'Éducation nationale. Il écrit dans beaucoup de publications, surtout dans Le mot, conduit par Nae Ionescu, dans lequel il a publié des articles d’économie politique. Entre 1940 et 1944, il fait partie du ministère de la Guerre.

Il est arrêté par les autorités communistes et interné sans condamnation pendant cinq ans (1948-1953). Ensuite, il est arrêté, le , pour avoir comploté contre l’ordre social. Il est condamné à dix ans ferme, en 1957. Après avoir été libéré, en 1964, Țuțea est toujours sous l’observation de la sécurité communiste. Ses manuscrits et ses études ont été confisqués.

Petre Țuțea a été surnommé « le Socrate de Roumanie », pour ses préoccupations philosophiques et pour son rôle éducatif. À cause des persécutions, il n’a pas publié beaucoup avant 1989, mais, après la chute du communisme, ses publications ont été diffusées dans tout le pays.

L'œuvre publiée[modifier | modifier le code]

Essais philosophiques[modifier | modifier le code]

  • La vieillesse et d’autres textes philosophiques, Bucarest, 1992
  • Des réflexions religieuses sur la connaissance, Bucarest, 1992
  • Fragments, Bucarest, 2007

Dialogues[modifier | modifier le code]

  • Entre Dieu et mon peuple, Bucarest, 1992
  • Les derniers dialogues avec Petre Țuțea, 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]