Peitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Peitz
Blason de Peitz
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Brandebourg Brandebourg
Arrondissement
(Landkreis)
Spree-Neisse
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Jörg Krakow
Code postal 03185
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
12071304
Indicatif téléphonique 035601
Immatriculation SPN, FOR, GUB, SPB
Démographie
Population 4 400 hab. (31 décembre 2016)
Densité 326 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 51′ 30″ nord, 14° 24′ 41″ est
Altitude 64 m
Superficie 1 349 ha = 13,49 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Peitz
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Peitz
Liens
Site web www.peitz.de

Peitz est une commune allemande de l'arrondissement de Spree-Neisse, Land de Brandebourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

Peitz se situe dans la Basse-Lusace[1] à l'extrémité orientale de la forêt de la Sprée, dans un paysage riche en eau[1] de la vallée proglaciaire de Głogów-Baruth, avec la rivière Malxe et le Hammergraben, une branche créée artificiellement de la Sprée, et un grand bassin.

Communes limitrophes de Peitz
Turnow-Preilack Tauer
Peitz Jänschwalde
Cottbus Teichland

Peitz se trouve sur la Bundesstraße 168[2]. La gare de Peitz Est se trouve sur la ligne de Cottbus à Guben.

Histoire[modifier | modifier le code]

Peitz se situe dans la zone de peuplement sorabe[3]. Il est mentionné pour la première fois en 1301 sous le nom de Pitzne. Il est le siège de divers seigneurs féodaux. À la suite des conflits guerriers en Lusace au XVe siècle, la domination change plusieurs fois entre le Brandebourg et la Bohême. Dans le traité de paix de Guben en 1462, Cottbus et sa ceinture sont une un exclave du Brandenbourg. Pour protéger la ville,Jean II Georges de Brandebourg commence la construction d'une forteresse[1]. 5 000 acres de grands étangs et le Hammergraben sont créés en 1556 en face de la ville. De 1559 à 1562 la citadelle et de 1590 à 1595 la forteresse en dehors de la ville sont construites. Pendant la guerre de Trente Ans, de nombreux dignitaires nobles et ecclésiastiques cherchent protection à Peitz. En 1636 et 1637, Peitz est un temps la résidence de l'électeur de Brandebourg Georges-Guillaume dans sa fuite devant les troupes suédoises. La forteresse est également utilisée comme centre de détention. Le plus important prisonnier de la forteresse est le ministre Eberhard von Danckelman, emprisonné de 1698 à 1708. Lors de la guerre de Sept Ans, les troupes autrichiennes prennent la forteresse en 1758 et 1759. Par ordre du roi de Prusse Frédéric II en 1767, la forteresse est en grande partie démolie.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, deux hommes courageux de la ville, Hans Rabe et Hans Messner, hissent des drapeaux blancs de la tour de la forteresse pour faciliter la reddition non violente de la ville à l'Armée rouge. Hans Rabe, abattu par une patrouille SS, est décédé le 24 avril 1945[4].

Ottendorf fusionne en juillet 1950 avec Peitz.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c William Guthrie, Nouvelle géographie universelle, descriptive, historique, industrielle et commerciale des quatre parties du monde, Hyacinthe Langlois, , 212 p. (lire en ligne), p. 174
  2. (de) « B 168: Fahrbahnerneuerung zw. Turnow und Peitz », sur ls.brandenburg.de, (consulté le 26 juillet 2018)
  3. Anatole Danto, « La Lusace, pays d'étangs : usages traditionnels de l'eau et nouvelles pratiques en territoires sorabes (Länder de Brandebourg et Saxe, Allemagne) », Revue géographique de l'Est, vol. 56, nos 1-2,‎ (lire en ligne)
  4. Ursula Höntsch et Hannes Hüttner, Die Stunde Null, , p. 64

Source[modifier | modifier le code]