Peinture ombre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La "peinture ombre" (Shadow Paint) est une « couleur noire transparente » conçue en 1935 par les animateurs des studios Disney pour réaliser les ombres dans les films d'animation[1]. C'est en réalité une technique d'animation, un effet spécial consistant à doubler l'exposition des cellulos comprenant les ombres[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La nécessité de créer cette peinture est aisément perceptible dans le court métrage L'Arche de Noé (1933) de la série Silly Symphonies. Dans ce film, l'ombre était faite en noir pur mais le rendu n'était pas satisfaisant pour le studio[1].

La peinture ombre n'est pas une véritable peinture, mais en réalité une technique visuelle, un effet spécial d'animation. Elle fut découverte durant les séances de photographie de cellulos pour le court métrage Jazz Band contre Symphony Land (1935)[1]. C'est lors de la scène du prince saxophone enfermé dans une prison-métronome que l'effet fut découvert. Le principe est de photographier les ombres à part en exposition partielle, puis avec la même bande on re-photographie le reste de la scène mais sans les ombres. Les teintes des ombrages sont alors beaucoup plus naturelles. Dans Jazz Band contre Symphony Land, avant d'entrer dans la prison-métronome, le prince était entouré de personnages, de simples ombres noires peintes sur des cellulos. Lors du tournage dans la prison - un lieu sombre -, la couleur du prince est devenue plus sombre en raison des personnages-ombres doublement exposés. Des tests furent donc réalisés et le principe fut généralisé. Certains films, comme Moth and the Flame (1938), contiennent ainsi des scènes avec de multiples expositions[1].

La technique a ensuite été utilisée dans la plupart des productions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Russel Merritt & J.B. Kaufman, Walt Disney's Silly Symphonies p 45
  2. (en) Frank Thomas et Ollie Johnston, Disney Animation : The Illusion of Life, p 252