Radin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Radin (homonymie).

La radinerie est une forme d'avarice. Le philosophe grec Théophraste distingue avarice (μικρολογία)[1]de radinerie (μικροφιλοτιμία)[2] : la radinerie est un manque de prodigalité ; l'avarice est une épargne excessive.

Définition[modifier | modifier le code]

Historiquement, le terme « radin » désigne d’une manière péjorative une personne avare, c’est-à-dire qui a de l’argent mais refuse de le dépenser, même quand c’est utile. Le personnage a été caricaturé par Molière sous les traits d’Harpagon, dans la pièce de théâtre L’Avare, ou par Balzac dans son roman Eugénie Grandet. Le héros de dessins animés Picsou, créé par Carl Barks pour les studios Walt Disney, a également répandu une image négative du radin, celle d’un homme qui amasse et garde tout son argent.

Aujourd’hui assumés, les radins forment une communauté de nouveaux consommateurs. Ils utilisent notamment Internet pour réaliser des économies et dépenser plus malin[3].

En France, cette tendance a émergé au début des années 2000, dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat et de hausse des prix aggravée par le passage à l’euro[4]. En 2001, Priceminister, un site spécialisé dans la vente de produits culturels d'occasion, a lancé une campagne de publicité autour du slogan « Devenez radins »[5] ; en septembre 2004, Planète Saturn, une chaîne de grandes surfaces d'électroménager et de multimédia, s'appuie sur le slogan « plus radin, plus malin »[6].

Internet a donné naissance à une communauté de « nouveaux radins » qui s'en servent pour comparer les prix, recevoir des échantillons gratuits, profiter de bons d'achat, de réduction et de codes promotionnels, gagner des cadeaux ou des produits gratuits, imprimer des offres de remboursement, profiter de prix dégriffés, bénéficier d'offres gratuites, participer à des ventes privées, à des sondages rémunérés, etc.[7] Face à la vie chère, les radins sont aussi devenus des adeptes des magasins hard-discount et du low cost[8]. Symbole de la culture du gratuit, Internet a amplifié le phénomène traditionnel des « bons plans » et des bonnes affaires autour de sites proposant des astuces pour dépenser moins[9].

Un nouveau mode de consommation[modifier | modifier le code]

Le « nouveau radin » n’a pourtant plus rien d’un Harpagon. Il est désormais responsable, engagé, et paradoxalement, plus généreux. « Consommacteur » avisé, il favorise le recyclage et la récupération, pratique le troc ou l’achat-vente entre particuliers et prône le « système D » comme mode de vie. Il veut donner du sens à ses achats et s’interroge sur la logique de nos sociétés d’hyperconsommation[10]. Ce consommateur d’un nouveau genre défend des valeurs de partage et échange ses bons plans sur Internet, au sein de la communauté des radins, à travers sites et forums spécialisés[11].

Les plus militants d’entre eux, écologistes, altermondialistes, se reconnaissent dans la mouvance des casseurs de pub, des freegan, ou de ceux qui prônent la décroissance, c'est-à-dire la réduction globale de la production et de la consommation des pays riches. Ils se placent ainsi dans la lignée de la simplicité volontaire, un mouvement né au milieu des années 1980, aux États-Unis, et qui incite à travailler, gagner et dépenser moins pour vivre plus heureux.

Remarques[modifier | modifier le code]

Le radin est encore parfois mal perçu en société. D'un point de vue psychologique, l’avarice peut détruire ceux qui souffrent d’une relation trop difficile avec l’argent[12]. On peut aussi s’interroger sur le paradoxe d'une tendance issue de la société de consommation, au moment où ces « nouveaux radins » intéressent de plus en plus les distributeurs et les publicitaires, pour qui ils constituent désormais une véritable cible marketing[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Caractères, X
  2. Les Caractères, XXII
  3. Claire Chantry, « Les Français adoptent la «radin attitude» », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  4. Clara Dufour, « Le nouveau radin aime dépenser malin », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  5. « Publicité OFFline : Comment l'Internet communique "pour de vrai" », sur Le Journal du Net,‎ .
  6. Delphine Masson, « Planète Saturn et Connexion à l'assaut de la citadelle Darty », Stratégies, no 1336,‎ (lire en ligne).
  7. Julie Pacorel, « Au bonheur du radin », Le Nouvel Observateur, no 2166,‎ semaine du 11 mai 2006 (lire en ligne).
  8. Sabine Syfuss-Arnaud, « Le moteur de la conso carbure au low cost », Challenges,‎ (lire en ligne).
  9. « Catégorie « Réduction et promotions » », sur l'ODP.
  10. Alexandre Lévy, « Les nouveaux radins », L'Express,‎ (lire en ligne).
  11. Christophe Alix et Laure Noualhat, « La débrouille des consommateurs », Libération,‎ (lire en ligne).
  12. Catherine Marchi, « Autopsy : Je suis radin(e) », Psychologies magazine,‎ (lire en ligne).
  13. Marie-Joëlle Gros, « Radins et fiers de l'être », Libération,‎ (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]