Parc départemental de la Haute-Île

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Parc de la Haute-Île
Image illustrative de l’article Parc départemental de la Haute-Île
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Île-de-France
Commune Neuilly-sur-Marne
Superficie 65 ha
Cours d'eau Marne
Gestion
Propriétaire Conseil général de la Seine-Saint-Denis
Ouverture au public Oui
Protection Natura 2000
Lien Internet parcsinfo.seine-saint-denis.fr
Accès et transport
Gare (RER)(A) Neuilly-Plaisance
(RER)(E) Chelles - Gournay
Bus (BUS) RATP 113 221 Pointe de Gournay
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 29″ nord, 2° 33′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Parc de la Haute-Île

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc de la Haute-Île

Le Parc départemental de la Haute-Île est un parc urbain situé à Neuilly-sur-Marne de 65 hectares, constituant l'une des 14 entités formant le site Natura 2000 de (Seine-Saint-Denis).

Ce parc de milieu humide est situé sur des terrains inondables bordant la Marne et reconstitue les paysages naturels des zones alluviales.

L'ouverture au public d'une première tranche de 25 hectares est intervenue en février 2008, et six cabanes en bois, dotées d'ouvertures frontales ou latérales, permettent au public d'observer discrètement les oiseaux sans les gêner[1], offrant ainsi aux usagers un nouveau lieu propice à l’évasion et à la découverte de la faune et de la flore.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

Le site est constitué d'un espace laissé en friche depuis la fin des années 1970 par l'hôpital de Ville-Évrard, dans une boucle inondable de la Marne. Cette friche a été aménagé pendant trois années avant d'y être partiellement ouverte au public le 25 février 2008. Le chemin permettant d'effectuer le tour complet de cette friche, appelé "Chemin de la Marne", n'a été ouvert que deux ans plus tard. Enfin, en 2011, certains jours, le "Chemin de la friche" qui la traverse peut-être emprunté.

Description du site[modifier | modifier le code]

Le Parc permet de reconstituer une zone humide constituée par la Marne au gré de l'évolution de son lit, en élargissant les anciens chenaux.

Écologie[modifier | modifier le code]

Le parc est classé Natura 2000[2]. Près de 140 espèces d'oiseaux ont été observées depuis sa création, donc une cinquantaine nicheuses[3]. Parmi les oiseaux d'eau, les nicheurs les plus remarquables sont : Le Grèbe huppé, le Grèbe castagneux, le Cygne tuberculé, et certaines années le Petit Gravelot et la Sterne pierregarin. Les plus communs sont les Foulques macroules, Gallinule Poule d'eau et Canard Colverts.

La friche centrale et les abords des chenaux accueillent la nidification d'une dizaine d'espèces de fauvettes, rousserolles et hypolaïs.

En hiver, les espèces les plus communes sont les Mouettes rieuses, Foulque macroules, Hérons cendrés, Grand cormorans et depuis peu, le Fuligule milouin.

À la fin de l'été, on observe couramment le Martin-Pêcheur qui se reproduit à l'extérieur du Parc.

Ces espèces peuvent être observées discrètement depuis six cabanes d'observation.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Les traces d'un habitat remontant au Néolithique et au Mésolithique, ainsi qu'une sépulture humaine, la plus ancienne du département, remontant à 6500 av. J.-C., ont été mises au jour sur la Haute-Ile[1].

Financement[modifier | modifier le code]

L'aménagement du parc, financé par le département de la Seine-Saint-Denis, la région d'Île-de-France et l'Agence de l'eau Seine-Normandie, est évalué à 11,7 millions d'euros[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Source : Julien Duffé, Le parc de la Haute-Île bientôt ouvert au public, article publié dans le quotidien Le Parisien, édition Seine-Saint-Denis du 11 janvier 2008
  2. Les sites Natura 2000 de la Seine-Saint-Denis
  3. http://www.faune-iledefrance.org
  4. Source : Nathalie Perrier, Un parc entre terre et eau, article publié dans le quotidien Le Parisien édition Seine-Saint-Denis du 25 février 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Le Parc sur le site des Amis naturalistes des coteaux d'Avron (ANCA)
  • Le Blog faune-nature.com contient des comptes rendus naturalistes et photographiques hebdomadaires sur le parc.