Outarde houbara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Chlamydotis undulata

Chlamydotis undulata
Description de cette image, également commentée ci-après

Outarde houbara

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Aves
Ordre Otidiformes
Famille Otididae
Genre Chlamydotis

Nom binominal

Chlamydotis undulata
(Jacquin, 1784)

Répartition géographique

Description de l'image Houbara map.svg.

Statut de conservation UICN

( VU )
VU A2cd+3cd+4cd : Vulnérable

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 28/06/1979

L'Outarde houbara ou Outarde houbara d'Afrique (Chlamydotis undulata) est un grand oiseau de la famille des Otididae (outardes). Il vit dans les Îles Canaries, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. La race asiatique a été récemment reconnue comme une espèce à part : l'Outarde houbara d'Asie, ou Outarde de Macqueen, (Chlamydotis maqueenii). Il est le symbole animal de l'île de Fuerteventura[1].

Description[modifier | modifier le code]

L'outarde houbara est une outarde de taille petite à moyenne. Elle mesure 55 à 65 cm de longueur et a une envergure de 135 à 170 cm. Elle est brune dessus et blanche dessous, avec une raie noire sur les côtés du cou. En vol, les ailes montrent de vastes zones noires et brunes sur les rémiges. Elle est légèrement plus petite et plus sombre que l'outarde de Macqueen. Les deux sexes sont semblables, mais la femelle est plus petite et plus grise sur le dessus. La masse corporelle est 1,15 à 2,4 kg pour les mâles et de 1 à 1,7 kg chez les femelles.

La ligne de séparation entre les deux espèces est la péninsule du Sinaï. L'Outarde houbara est très majoritairement sédentaire, mais l'Outarde de Macqueen est davantage portée à l'errance.

Ces espèces ont été chassées par les fauconniers arabes, jusqu'à provoquer leur quasi-disparition. Elles sont l'objet d'élevage et de réintroduction au Maroc[2] ainsi qu'en Algérie[3],[4]. Alors que l'espèce est protégée, l'outarde houbara est encore chassée au Maroc, en Algérie[5] et en Tunisie par les Emirs qataris qui viennent chasser en toute impunité, dans le désert tunisien[6].

Protection et conservation[modifier | modifier le code]

Les Émirats arabes unis ont créé en 2006 à Abou Dhabi The International Found For Houbara Conservation l'IFHC dans le but de contrôler une filière de programme de conservation de l’outarde de houbara. L'objectif est de restaurer des populations d’outardes sur l'ensemble de l'aire de répartition. La stratégie d'Abou Dhabi est basé sur trois piliers :

  • Des élevages pour la propagation et le renforcement des populations ;
  • l'aide au développement humain ;
  • et la connaissance scientifique.

Après des années d'études et de recherches, les techniques d'élevages et de relâchés, tiennent aujourd'hui de référence dans le domaine. Elles ont permis de restaurer grand nombre de populations d'houbara et permet de regarder avec optimisme le futur de l'espèce.

l'IFHC supervise quatre centres de reproduction de l'outarde dans trois pays ; l'outarde houbara d'Asie est élevé ans trois centres, deux à Abou Dhabi, un au Kazakhstan et l'outarde houbara d'Afrique au Maroc :

La sous-espèce Chlamydotis undulata fuerteventurae ( (Rothschild & Hartert, 1894) endémique des Canaries s'observe principalement à Fuerteventura, où une cinquantaine de couples étaient signalés en 1991, avec quelques individus à Lanzarote ; elle est intégralement protégée en raison de la forte menace d'extinction qui pèse sur elle[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références externes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Ley 7/1991, de 30 de abril, de símbolos de la naturaleza para las Islas Canarias
  2. http://houbara.com/english/about-ifcdw/
  3. http://www.tsa-algerie.com/divers/une-generosite-environnementale-bien-calculee_17526.html/
  4. Un oiseau devenu précieux comme le diamant. Article du site internet du journal El Watan du 9/01/2012
  5. Des émirs du Golfe chassent l’outarde en Algérie. Article du site internet du journal El Watan du 9/01/2012.
  6. Tuniscope.com.
  7. (es) Manuel Alamo Tavio, Pedro Martin Gomez et Antonio Cardona Sosa, Asociación Canaria para Defensa de la Naturaleza, « Aves de Lanzarote en Peligro de Extincion », dans Nicolas De Paiz Pereyra, Aves y plantas de Lanzarote en Peligro de Extincion, Lanzarote, EXCMO - Cabildo Insular, , 53 p., p. 17