Orostachys japonica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orostachys japonica est une espèce de plantes de la famille des Crassulaceae et du genre des Orostachys.

Répartition[modifier | modifier le code]

Son habitat principal est à la surface des roches de montagne en Corée et au Japon[2] et des roches des basses montagnes le long des ruisseaux en Chine[3].

Description[modifier | modifier le code]

Orostachys japonica est une plante bisannuelle ou vivace d'une dizaine de centimètres. Sa floraison a lieu de septembre à octobre. Les fleurs sont hermaphrodites. La rosette se forme comme une spatule[3].

En raison de sa forme croissante qui ressemble à un cône de pin, et son habitude de croître sur des roches de montagne, il est également appelé en anglais « rock pine », pin de roche[2]. Les fleurs sont blanches et chaque fleur a cinq pétales coniques. La fleur n'a pas de pédoncule. Son calice est divisé en 5 parties. Quand les fleurs fleurissent et produisent des graines, elles s'assèchent.

Culture[modifier | modifier le code]

Orostachys japonica convient aux sols sableux et limoneux clairs, préfère les sols bien drainés et peut pousser dans des sols pauvres en nutriments.

Médecine[modifier | modifier le code]

Les feuilles et les tiges contiennent plusieurs constituants actifs sur le plan médical, comme des esters d'acides gras, de la friedéline et des flavonoïdes[2]. Elles sont antispasmodiques et cytotoxiques.

La plante renforce le système immunitaire du corps humain pour produire des anticorps spécialisés, empêchant certaines maladies. Elle a un effet anti-cancer, supprimant la propagation des cellules cancéreuses. C'est pourquoi on l'utilise dans le traitement de la tumeur et d'autres maladies.

En Corée, elle sert pour le traitement du cancer, de la gingivite, de la coagulation et de la métrite[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Tropicos.org. Missouri Botanical Garden., consulté le 1 août 2020
  2. a b c et d Medicinal Plants In the Republic of Korea, Natural Products research institute (Seoul National University), p. 187
  3. a et b (en) « Flora of China on-line », sur Flora of China on-line (consulté le 8 octobre 2013)

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :