Olivier Urman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Olivier Urman
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Artiste contemporainVoir et modifier les données sur Wikidata

Olivier Urman est un artiste français, né à Paris en 1964.

Depuis 25 ans, l'artiste consacre ses recherches artistiques à un seul objectif : Lutter contre la fin des choses.

En 2005, il fonde le groupe de musique électro-punk : Musique Post-Bourgeoise [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

La consommation du décor selon Olivier Urman

En 1998, Olivier Urman présente volontairement son travail plastique en dehors des galeries conventionnelles. Il enchaîne trois évènements artistiques hors du commun : Le Syndrome du docteur Urman, Amour Éternel, Hommage au Meuble Inconnu [2],[3],[4].

Repéré par la galeriste Véronique Maxé, il est présenté aux galeristes Gerald Plitzer et Albert Benamou. Il expose à Art Paris en 2003 puis à la Fiac en 2004.

En 2005, il se détache des arts plastiques pour se consacrer à un mode d'expression plus direct et créé le groupe: Musique Post-Bourgeoise. Ce groupe se fait connaître par leurs fameux « concerts chez l' habitant » ainsi qu'une parodie du clip « Stress » de Justice[5]. En 2006, il est invité par la Nuit Blanche et fait un concert de 6h dans la galerie Anne De Villepoix. En 2008, ils se produisent lors de l'évènement « Démolition Party » au Royal Monceau à Paris [6]. Deux albums ont été édités depuis, et ils se produisent actuellement sur la scène électro européenne.

Entre 2012 et 2017, il expose à plusieurs reprises avec la galerie de Pierre-Alain Challier : Le décoratisme (2012), La matière du décor (2014), Foyer Idéal #3 (2016) [7],[8].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Horloge - Olivier Urman
Karl - Olivier Urman

Dans sa publication, l'artiste énonce « Nous vivons dans un décor de monde, produit de nos désirs abandonnés au passage du temps. Les choses que nous fabriquons deviennent alors des enveloppes vides, les éléments d'un décor. Au cours de notre existence, nous réalisons et fabriquons ce que nous désirons puis nous délaissons  nos réalisations pour d'autres. Il ne reste en fait autour de nous  qu'un amas  de désirs éteints. Ainsi, nous consommons les éléments du décor dans lequel nous évoluons » . C'est ce qu'il nomme la consommation du décor.

Scénographie sauvage sur le périphérique parisien

De plus, pour l'artiste, la totalité de la production humaine et donc également la production contemporaine, appartient au passé. Tout ce que nous créons est projeté dès sa conception dans l'abîme du temps. Notre monde se conjugue au passé. Le monde que nous avons sous nos yeux n'est rien de plus qu'un décor fait de souvenirs, de vestiges et de reliques.

Le schéma, La Consommation Du Décor, est tiré de sa publication, il résume l'ensemble de ses différentes démarches artistiques.

Au cours de ses années de recherches artistiques, Olivier a utilisé les formes et matériaux les plus appropriés dans le cadre de  sa la lutte contre la fin des choses, le plexiglas, la mousse Bultex, la fourrure, la peinture sur toile de canevas de tapissier, le bois, et finit sa recherche par ce qu'il appelle la matière unique.

La matière unique est un travail conceptuel qui fera l'objet d'une présentation ultérieure.

Expositions[modifier | modifier le code]

Janvier 1998 - « Défilé de meubles » Espace Backstage[9]

Mai 1998 - « Le foyer idéal » Galerie Véronique Maxé

Novembre 1998 - « Enterrement de meubles » France 2

Janvier 1999 - « Chasse aux meubles » Paris Première

Mars 1999 - « Hommage au meuble inconnu » Espace Cardin

Juin 1999 - « Foyer idéal 2 » Galerie Véronique Maxé

- « Le syndrome du docteur Urman » Galerie Piltzer 

Juin 2000 - « Narcisse blessé » Collectif Passage de Retz

- « Les peluches du docteur Urman » Hôtel Pierre Cardin

- Exposition collective « Comme à la maison » Galerie Nahon

2002 - « Le Manifeste Cassouliste » Paris Première

2002 - Salon Art Paris Galerie Albert Benamou

- « Merveilleuse mère nature » Galerie Albert Benamou

2004 - Performance  Galerie Anne de Villepoix - Paris Première

- Fiac - Galerie Albert Benamou

Été 2005 - Exposition collective  « meubles d’artistes »  Musée des Cordeliers               

Automne 2005 -« The no music room » Galerie Akar Prakar - Calcutta

« The no music room » Galerie Peter Nagy - New Delhi

- « Nuit blanche »  performance Musique Post-bourgeoise - Galerie Anne de Villepoix

- « Expression de lumière » Galerie Art 208 Studio Harcourt                                  

- Collectif Galerie Ipso Facto - Mégève

- Performance  Musique Post-bourgeoise à Art Paris

- Urman avec Pucci de Rossi - Galerie 208 Paris

Mai  2008 - Luminescences pompeuses - Galerie Marie Alexandrine Yvernault                                        

Déc 2008 - « La Clairière » avec Florian Schneider Galerie 208 Paris

Juin  2011 - « Le baz' art »  avec Stéphanie D'Orglande - Espace nogood paris

- « Le décoratisme » Galerie Pierre-Alain Challier & Art Paris, Grand Palais 

- Art Paris, au Grand Palais avec la Galerie Pierre-Alain Challier

- « Le décoratisme » - Galerie Pierre-Alain Challier, 

- « La matière du décor », 3e exposition à la Galerie Pierre-alain Challier

-« Foyer ideal# 3 » Galerie Pierre-Alain Challier

- Le musée retourné - Porte Maillot, Périphérique de Paris[10].

-  « Baitassova Invite » - Astana, Kazakhstan

- Exposition collective au Donjon De Vez

- Exposition collective Galerie Pierre-Alain Challier

« L'Art vous aime t'il ? » Palais de Tokyo[11].

Intronisation de Sainte Culture Musée national , ministère de la culture[12].

Avril 2020 Vernissage en confinement. reportage de Jacob Khrist [13].

Mai 2020 La mort c’était mieux avant. Cimetière du père La chaise [14],[15],[16]

Oct 2020 Purée. Nuit blanche. Boulevards périphériques [17]

Juin 2021 Monsieur Crispé[18],[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. .« Interview de Musique Post-Bourgeoise - Indiepoprock », sur www.indiepoprock.fr (consulté le )
  2. Olivier Urman, « le syndrome du docteur urman », (consulté le )
  3. Olivier Urman, « Amour étérnel défilé de meubles 1998 /olivier urman », (consulté le )
  4. Olivier Urman, « hommage au meuble inconnu 1999 / olivier urman », (consulté le )
  5. « Musique Post-Bourgeoise : "Je travaille beaucoup mes textes pour réussir à ne rien dire" », TRYANGLE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Musique post-bourgeoise: «On ne peut pas dire les choses, alors les écrire...» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. BSH, « Olivier Urman », sur www.pacea.fr, (consulté le )
  8. « Olivier Urman à la galerie Pierre-Alain Challier », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Amour étérnel défilé de meubles 1998 /olivier urman », sur youtube
  10. Streetpress, « Un artiste a organisé la première expo d'art contemporain sur le périphérique », https://www.streetpress.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Causeur.fr, « L'art contemporain vous aime-t-il? - Causeur », Causeur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « sainte culture », sur levadrouilleururbain,
  13. hanslucas.com, « Performance artistique d'Olivier Urman, Vernissage en confinement devant son atelier à St-Ouen-Sur-Seine (Jacob Khrist) », sur hanslucas.com (consulté le )
  14. Clarisse Pillard pour MisèRecords., « "LA MORT C'ETAIT MIEUX AVANT" - Making-of d'une installation en blitz d'Olivier Urman au cimetière du Père Lachaise et de la Mère Latable, mise en musique par Musique POST Bourgeoise et en image par Clarisse Pillard pour MisèRecords. », sur youtube
  15. richard gaitet, « Demain, nous ne mourrons plus », sur nova
  16. JACOB KHRIST, « INSTALLATION SAUVAGE D'UNE OEUVRE D'ART D'OLIVIER URMAN, DEVANT LE CIMETIERE DU PERE-LACHAISE »
  17. jacob khrist, « INSTALLATION D'UNE OEUVRE D'ART D'OLIVIER URMAN, NUIT BLANCHE », sur hans lucas,
  18. leopold Legros, « olivier urman - le-dernier-dada », la règle du jeu,‎ (lire en ligne)
  19. miserecord, « Inauguration monsieur Crispé - Olivier Urman », sur youtube,