Occupation milicienne du refuge faunique national de Malheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Occupation milicienne du refuge faunique national de Malheur
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Date - [1]
Lieu Refuge faunique national de Malheur, comté de Harney, Oregon.
Issue 25 militants arrêtés et inculpés
Belligérants
Miliciens du Citizens for Constitutional Freedom[2] : Drapeau des États-Unis États-Unis
Flag of the Federal Bureau of Investigation.svg Federal Bureau of Investigation[3]
Flag of Oregon.svg Oregon State Police (en)[4]
Flag of Oregon.svg Harney County Sheriff's Office[3]
Flag of Oregon.svg Wasco County Sheriff's Office
Flag of Oregon.svg Linn County Sheriff's Office
Coordonnées 43° 15′ 55″ nord, 118° 50′ 39″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Oregon
(Voir situation sur carte : Oregon)
Occupation milicienne du refuge faunique national de Malheur
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Occupation milicienne du refuge faunique national de Malheur

L'occupation milicienne du siège du refuge faunique national de Malheur de l'United States Fish and Wildlife Service, dans le comté de Harney aux États-Unis, par un petit groupe armé[5] a lieu à partir du 2 janvier 2016 pour protester contre l'emprisonnement des éleveurs Dwight et Steve Hammond, condamnés en vertu d'une législation nationale antiterroriste pour avoir mis le feu à des terres fédérales[6]. Le groupe déclare défendre le droit pour les populations locales de contrôler l'utilisation des terres fédérales[5]. Après le début de l'occupation, les occupants annoncent qu'ils s’organisent en un nouveau groupe appelé Citizens for Constitutional Freedom. Ammon Bundy (en), le leader du groupe, affirme qu'il mène cette action après avoir reçu un message divin lui ordonnant de le faire[7]. Ammon Bundy est arrêté lors d’une première intervention policière le 26 janvier 2016. Les derniers occupants se rendent au FBI le 11 février 2016.

Contexte[modifier | modifier le code]

Occupation[modifier | modifier le code]

Le complexe du refuge faunique national de Malheur.

Réponse des autorités[modifier | modifier le code]

Le 26 janvier 2016, le FBI et la police de l'État d'Oregon interviennent sur un contrôle routier qui tourne à l'échange de coup de feu. Le bilan de l'opération est d’un militant mort, un blessé et huit arrestations dont le leader du mouvement, Ammon Bundy, et son frère Ryan. Un autre militant, Jon Rhitzeimer, se rend quelques heures plus tard aux autorités[8].

Cependant, ces arrestations ne mettent pas fin à l'occupation[9]. Tôt mercredi matin, le militant Jason Patrick affirme que les femmes et les enfants ont quitté les lieux, mais que cinq ou six personnes se sont réunies et ont décidé de poursuivre l'occupation[10].

Le 11 février, Sean et Sandy Anderson et Jeff Banta se rendent au FBI sans incident, suivi par David Fry une heure plus tard, mettant fin à l'occupation. La veille, Cliven Bundy le père de Ammon Bundy, leader du mouvement, est lui aussi arrêté pour des événements similaires en 2014[11]. Le 27 octobre 2016, à la suite d'un premier procès, sept inculpés (Neil Wampler, Jeff Banta, Ryan Bundy, Ammon Bundy, Kenneth Medenbach, Shawna Cox and David Fry) sont acquittés par un jury des charges de conspiration en vue de s'opposer à des agents fédéraux et de possession d'armes dans un bâtiment fédéral. Les frères Bundy restent toutefois privés de liberté parce qu'ils sont aussi inculpés d'autres délits antérieurs pour lesquels ils doivent encore comparaître devant la justice[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Oregon standoff: 4 holdouts all in FBI custody as occupation ends », sur oregonlive.com.
  2. (en) Wanda Moore et Barney Lerten, « Militia leader explains takeover, says group has name: Calling selves ‘Citizens for Constitutional Freedom’ », Bend, Oregon, KTVZ, .
  3. a et b (en) Les Zaitz, « Militia continue occupation of Oregon refuge, police keep low profile », The Oregonian, Portland, Oregon,‎ (ISSN 8750-1317, lire en ligne, consulté le 3 janvier 2016).
  4. (en) Liam Stack, « Militiamen Occupy Oregon Wildlife Refuge in Protest of Ranchers' Prison Terms », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2016).
  5. a et b (en) Rebecca Boone, « Armed Group in Oregon Fears Raid; Critics Decry Goals », ABC News,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Bryan Denison, « Controversial Oregon ranchers in court Wednesday, likely headed back to prison in arson case », OregonLive,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2016).
  7. (en) Melissa Binder, « Oregon militants: Why the Bundys' Mormonism matters », The Oregonian,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2016).
  8. « Etats-Unis. Occupation d'un parc naturel : un mort, huit arrestations », sur Ouest-France.fr (consulté le 12 février 2016).
  9. (en) Evan Perez et Holly Yan, « Oregon: Ammon Bundy, others arrested; LaVoy Finicum killed », CNN, (consulté le 27 janvier 2016).
  10. (en) Alastair Jamieson, Alex Johnson, Erin Calabrese, Gisele Lamarre, Pete Williams, Andrew Blankstein et Shamar Walters, « Oregon Occupation Leaders Ammon and Ryan Bundy Arrested, One Dead », NBC, New York,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2016).
  11. (en) Alexander Smith et Ortiz Erik, « Four Remaining Oregon Occupiers, Surrounded by FBI, Surrender », NBC, New York,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2016).
  12. Oregon stand-off: Wildlife refuge occupiers in shock acquittal, BBC News, 28 octobre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « États-Unis : des « miliciens » armés s’emparent d’un bâtiment dans un parc naturel dans l’Oregon », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 4 janvier 2016).
  • Géraldine Woessner, « États-Unis : des milices armées défient le gouvernement fédéral dans l'Oregon », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2016).
  • (en) Brian Clark Howard, « Why Federal Lands Are So Wildly Controversial in the West », sur National Geographic, (consulté le 6 janvier 2016).