Noël Burdeyron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Noël Burdeyron
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Noël Burdeyron fut, pendant la Seconde Guerre mondiale, un agent secret français du Special Operations Executive.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : Norman F. Burley
  • Comme agent du SOE, section F :
    • Nom de guerre (field name) : « Gaston »
    • Nom de code opérationnel : AUTOGIRO[1]
    • Alias : Cavali

Parcours militaire : SOE, section F ; grade : captain.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Noël Burdeyron naît le .

Il exerce la profession de second maître d'hôtel au Dorchester.

Après cinq tentatives infructueuses d’infiltration par mer, Noël Burdeyron est parachuté le avec son radio, le lieutenant Ernest Bernard « Xavier », près de Mortain (Manche)[2]. Il doit organiser un réseau dans la région de Caen-Avranches. Malheureusement, « Xavier » est reconnu quelques jours plus tard par un policier, qui l'arrête pour qu'il finisse de purger une peine d'avant-guerre pour viol, interrompue par sa fuite à l'arrivée des Allemands. Privé de communication, Noël Burdeyron se replie à Deauville.

Empruntant sa tenue de travail à un sympathisant qui travaille comme manœuvre à la base aérienne de Carpiquet, il réussit, pendant deux jours, à observer la base de l'intérieur. Un jour, à Caen, il rencontre par hasard Pierre de Vomécourt, qu'il avait connu à l'entraînement à Wanborough ; et grâce à lui, les informations qu'il a glanées à Carpiquet peuvent parvenir à Londres.

Pierre de Vomécourt le recrute dans son réseau AUTOGIRO. Avec l’aide de cheminots, Burdeyron organise une série de petits sabotages, ainsi que, début 1942, le déraillement d’un train sur la ligne Paris-Cherbourg, près de Mézidon.

Noël Burdeyron est arrêté le . Il est interné à Fresnes puis envoyé au château de Colditz, où il reste détenu jusqu’à la libération du camp, en avril 1945.

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Décoration reçue par Noël Burdeyron :

Notes, sources et liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. David Harrison donne le nom de code opérationnel AUTOGIRO à Roger Cottin et à Noël Burdeyron, alors que c'est le nom du réseau de Pierre de Vomécourt. À élucider.
  2. Gérard Fournier et André Heintz, p. 199. Selon Foot, p. 258, le parachutage a lieu « à l'est d'Avranches ».

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche Noël Burdeyron sur le site Special Forces Roll of Honour
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / EAN 13 : 9782847343298. Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France. Une référence essentielle sur le sujet du SOE en France.
  • Gérard Fournier et André Heintz, Opération AQUATINT 12-13 septembre 1942, coll. Des Souvenirs et des Hommes, éditions OREP, 2005, (ISBN 2-912925-64-9)