Noël-Antoine Pluche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie « Pluche » redirige ici. Pour l’article homophone, voir Peluche.
Noël-Antoine Pluche
Abbé pluche.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Activités

Noël-Antoine Pluche, plus connu sous l'appellation l'abbé Pluche, né le à Reims, paroisse Saint-Hilaire et mort le à La Varenne-Saint-Maur, près de Paris, est un prêtre français, célèbre pour son Spectacle de la nature, référence d'histoire naturelle.

Vie[modifier | modifier le code]

Il serait né dans la rue qui porte aujourd’hui son nom, était fils d’un boulanger. Sa maison natale, dont il reste quelques vestiges, occupait l’angle des rues Pluche et du Marc, emplacement actuel du square Charles Sarazin.

Il devint en 1710 professeur de rhétorique à Reims. L'évêque de Laon le nomma directeur du collège de la ville, poste qu'il accepta pour échapper aux poursuites judiciaires du fait de son opposition à la bulle Unigenitus de 1713.

Il est cependant obligé de démissionner de ce poste et se réfugie à Rouen. Il y devient précepteur du fils de l'intendant de Normandie, M. de Gasville. Les cours de physique qu'il conçoit à cette époque sont le germe de son ouvrage sur Le Spectacle de la nature.

Il reçut une gratification de la part du cardinal Fleury pour le travail qu'il lui avait envoyé. Refusant la charge d'un prieuré, le cardinal le gratifiait d'un pécule qui lui permit de s'installer à Paris avant de se retirer, en 1749, à la Varenne-Saint-Maur et mourut des suites d'une crise d'apoplexie en 1761.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son Spectacle de la nature, ou Entretiens sur les particularités de l'histoire naturelle qui ont paru les plus propres à rendre les jeunes gens curieux et à leur former l'esprit paraît pour la première fois en 1732, est rapidement traduit dans toutes les langues européennes et connaît un très grand nombre d'adaptations plus ou moins abrégées. Le retentissement de ce livre est considérable et on peut, à juste titre, parler de best-seller. Il suscitera un grand nombre de vocations de naturaliste.

Pourtant, il ne s'agit pas à proprement parler d'un livre scientifique mais d'une vulgarisation traitant sur un ton alerte et facile de sujets sérieux. Cependant, il participe activement à la diffusion du goût pour l'étude scientifique au XVIIIe siècle. Il est pourtant loin de refléter "l'esprit des Lumières" qui régnera sur "La grande Encyclopédie" de Diderot et d'Alembert : l'abbé Pluche, sur les sujets qu'il connaît mal, se réfère à la Bible et ricane en évoquant les théories de Newton ; pour lui, la Terre a 6000 ans, et Dieu a créé Adam et Ève... Si ce n'était cela, on pourrait presque en faire un prédécesseur de Louis Figuier, dont il a la curiosité d'esprit pour ce qui touche aux sciences et aux techniques.

Ses autres publications montrent la diversité de ses intérêts. Il publie en 1739, une Histoire du ciel considéré selon les idées des poètes, des philosophes et de Moïse, où l'on fait voir : 1° l'origine du ciel poétique, 2° la méprise des philosophes sur la fabrique du ciel et de la terre, 3° la conformité de l'expérience avec la seule physique de Moïse et en 1751, un ouvrage sur La Mécanique des langues, traduit la même année en latin (De Linguarum artificio et doctrina). En 1764 paraît de manière posthume Concorde de la géographie des différents âges.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Spectacle de la nature, ou Entretiens sur les particularités de l'histoire naturelle qui ont paru les plus propres à rendre les jeunes gens curieux et à leur former l'esprit, 9 vols., 1732-1742. (Nombreuses rééditions.)
  • Histoire du ciel considéré selon les idées des poètes, des philosophes et de Moïse, où l'on fait voir : 1° l'origine du ciel poétique, 2° la méprise des philosophes sur la fabrique du ciel et de la terre, 3° la conformité de l'expérience avec la seule physique de Moïse, Paris : Vve Estienne, 1739.
  • La Mécanique des langues et l'art de les enseigner, Paris : Vve Estienne et fils, 1751. (Traduit la même année en latin sous le titre De Linguarum artificio et doctrina).
  • Concorde de la géographie des différents âges, Paris, Frères Estienne, 1764 (posth.).
  • Étude sur la Sainte Ampoule et sur le sacre de nos Rois à Reims. (D'abord publiée sous forme de lettres, en 1719, à l'occasion du sacre de Louis XV. Rééditions en 1775 et 1825.)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ch. Loriquet, « Rapport sur la vie et les ouvrages de l'abbé Pluche », dans : Travaux de l'académie de Reims, tome XXI, p. 202-213.
  • A. Viale, « Les idées de Pluche sur la société », dans : La Régence, éd. par le Centre aixois d'études du dix-huitième siècle, Paris : Colin, 1970.
  • De Baere, Benoît. Trois introductions à l'Abbé Pluche : sa vie, son monde, ses livres. Genève : Droz, 2001.
  • Écrire la nature au XVIIIe siècle : autour de l'abbé Pluche. Sous la dir. de Françoise Gevrey, Julie Boch, Jean-Louis Haquette. Paris : Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2006.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Article « Pluche (abbé Noël-Antoine) » du Dictionnaire des lettres françaises : le XVIIIe siècle, édition revue et mise au jour par François Moureau, Paris : La Pochothèque, 1995, p. 1042.

Liens externes[modifier | modifier le code]