Nitrammite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nitrammite
Catégorie V : carbonates et nitrates[1]
Général
Numéro CAS 6484-52-2 Dana 18.01.02.02
Classe de Strunz 05.NA.15
Formule chimique H4N2O3 NH4NO3
Identification
Masse formulaire[2] 80,0434 ± 0,0016 uma
H 5,04 %, N 35 %, O 59,97 %,
Couleur incolore, blanc, blanc neige, blanchâtre, gris, etc., parfois teinté par des impuretés
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidale mmm - groupe d'espace Pmmn
Système cristallin Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais a = 4,93 Å
b = 5,44 Å
c = 5,73 Å
Z = 2
volume de maille = 153,67 Å3
Clivage excellent sur {001}
Cassure inégale, cassure irrégulière ou sub-conchoïdale très fragile
Habitus cristaux aciculaires, mais rarement de taille appréciable, masses granulaires, terreuses, efflorescences avec des cristaux aciculaires assemblés en aiguilles, encroûtements salins, poudre hygroscopique incolore à blanche
Échelle de Mohs 2
Trait blanc, incolore
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα = 1,458
nβ = 1,52
nγ = 1,59
Pléochroïsme non
Biréfringence Biaxial (-) δ = 0,14
Dispersion 2 vz ~ aucune
Transparence transparente à translucide
Propriétés chimiques
Densité 1,7 (parfois 1,72, calculé 1,721)
Température de fusion 170 °C
Solubilité très soluble dans l'eau : 1 900 g·l-1 (20 °C)
Comportement chimique typique du nitrate d'ammonium
Propriétés physiques
Radioactivité parfois non négligeable
Précautions
SIMDUT
Matière comburante, source d'oxygène lors de sa décomposition, ce qui favorise la combustion des matières réductrices présentes ou déjà en combustion

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La nitrammite est le plus souvent considérée comme une ancienne espèce minéralogique anhydre, correspondant au nitrate d'ammonium naturel de formule chimique NH4NO3. Le topotype était pourtant bien localisé dans la caverne Nicajack (Nicojack ou Nicajack Cave) remplie de guano de chauve-souris, comté de Marion, Tennessee, États-Unis[3].

Cette espèce rare est aujourd'hui couramment assimilée à la gwihabaïte, un nitrate intermédiaire, majoritaire en cation ammonium et minoritaire en cation potassium, en proportion 3/4 1/4.

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

Caractéristique de l'allotropie du nitrate d'ammonium, il existe cinq morphologies connues à pression normale ou basse, et une à haute pression. Une des formes orthorhombiques la plus connue est stable entre −18 à 32,2 °C.

Gisements[modifier | modifier le code]

Même si certains minéralogistes doutent de son existence en postulant des traces latentes de cations potassium, ce corps minéral a été également trouvé :

  • en Afrique du Sud ;
  • au Tadjikistan dans les anciennes mines de charbon autrefois en combustion naturelle du district de Ravat près de la rivière Yagnob dans la chaîne montagneuse du Zeravshan ;
  • au Venezuela dans la partie supérieure de la longue grotte-galerie de roches siliceuses de plus de 2 km du réseau Sima Aonda , Ayan Tepu, province de Bolivar. Apparaît parfois avec du gypse et des formations siliceuses SiO2 · nH2O type opales.

Elle est associée à des minéraux nitrates, par exemple au nitre, à la nitrocalcite, à la nitromagnésite, à la nitronatrite, la gwihabaïte, la nitrobarite, mais aussi au salmiac, au gypse, aux roches calcaires et dolomitiques, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. American Journal Science 24:124,(1857)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri-Jean Schubnel, Jean-François Poullen, Jacques Skrok et Gérard Germain (coordonnateur), Larousse des minéraux, Paris, Larousse, , 363 p. (ISBN 978-2-035-18201-2, OCLC 8629543), p. 243 entrée Nitrammite.
  • (ru) Belakovski D.I., Moskalev I.V., Natural ammonium nitrate from the products of selffiring coal layers in Kukhi-Malik valley (Central Tadjikistan), Novye dannye o mineralakh, 1988, vol. 35, p. 191-194.

Liens externes[modifier | modifier le code]