Niclaes Jonghelinck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicolaes Jonghelinck
Naissance
Décès
Activité
Fratrie

Niclaes (ou Nicolaes) Jonghelinck (circa 1517 - 1570) est un riche percepteur, banquier et collectionneur d'art d'Anvers, dans les Pays-Bas espagnols. Il est connu en tant que mécène et collectionneur des œuvres de Pieter Bruegel l'Ancien et de Frans Floris. Il est le frère du sculpteur Jacques Jonghelinck (1530-1606)[1] ,[2].

La collection Jonghelinck[modifier | modifier le code]

Carte datant de 1582 nommant l'emplacement de la propriété - Iongelinck

Dans les archives d'Anvers, un acte de cautionnement de Jonghelinck, daté du 15 février 1566 et déclarant 16 000 florins, mentionne pour son ami Daniel de Bruyne : « seize tableaux de Bruegel, dont La Tour de Babel, un tableau portant le titre de Christ portant la Croix, Les Douze mois de l'année et tous les autres, quels qu'ils soient ». Jonghelinck a sans doute commandé ces toiles pour sa propriété de campagne fortifiée située dans les environs d'Anvers, conçue par son frère Jacques en 1547, qui la lui avait vendue en 1554. Une carte datant de 1582 indique l'emplacement de la construction, qui, du reste, fut détruite lors du siège d'Anvers en 1584.

Œuvres de Pieter Bruegel l'Ancien[modifier | modifier le code]

Nicolaes Jonghelinck fut le premier propriétaire en 1566 de plusieurs des tableaux qui ont survécu et appartiennent à la collection impériale autrichienne et se trouvent aujourd'hui au Kunsthistorisches Museum à Vienne ; les registres indiquent en effet son nom pour la provenance.

Le cycle des saisons[modifier | modifier le code]

Bien qu'on sache que Jonghelinck possédait seize tableaux de Bruegel au moment de sa mort, la liste exacte n'est pas connue et les historiens de l'art ont supposé pendant de nombreuses années que cette collection comprenait soit quatre panneaux correspondant aux quatre saisons, soit douze panneaux pour les douze mois. On présume maintenant que le cycle des saisons comportait six paires bimensuelles, dont une est aujourd'hui manquante. Ces tableaux qui continuent une tradition ancienne de peindre des images cycliques des travaux agricoles et des mois ont été accrochés par Jonghelinck dans sa propriété et peuvent donc avoir simplement été commandés pour servir de décor mural.

Les œuvres subsistantes du cycle annuel sont : La Journée sombre (février/mars), La Fenaison (juin/juillet), La Moisson (août/septembre), La Rentrée des troupeaux (octobre/novembre), Chasseurs dans la neige (décembre/janvier).

La Tour de Babel[modifier | modifier le code]

La Tour de Babel de Bruegel est l'une des nombreuses peintures de Jonghelinck entrées dans la collection de la ville d'Anvers et qui ont ensuite trouvé place dans la collection impériale autrichienne de Vienne par l'intermédiaire de l'Archiduc Léopold Wilhelm d'Autriche. Une version plus petite, de la main de Bruegel, se trouve à Rotterdam, elle est datée de la même période, ce qui indique la popularité du sujet à l'époque de Jonghelinck[3],[4].

Le Portement de Croix[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne Le Portement de Croix, Michael Francis Gibson a rédigé un ouvrage d'histoire de l'art intitulé Le Moulin de la croix, qui a servi d'inspiration pour le film Bruegel, le Moulin et la Croix, réalisé par Lech Majewski en 2011. Le film situe les personnages de la peinture et les circonstances de sa création dans leur contexte historique, en Flandre au XVIe siècle. Rutger Hauer interprète Bruegel et Michael York, Jonghelinck[5].

Œuvres de Frans Floris[modifier | modifier le code]

L'autre artiste de la collection de Jonghelinck était Frans Floris, qui a réalisé dix panneaux des Travaux d'Hercule (aujourd'hui perdus et connus uniquement par des gravures postérieures). Floris composa aussi sept compositions sur les arts libéraux pour Jonghelinck, qui furent ensuite exportées à Gênes.[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Nicolaes Jonghelinck » (voir la liste des auteurs) et de la page de Wikipédia en allemand intitulée « Nicolaes Jonghelinck » (voir la liste des auteurs).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]