Citibank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis National City Bank)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Citibank
logo de Citibank

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 701 East 60th Street North
Sioux FallsVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Michael Corbat (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires CitigroupVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Secteur financierVoir et modifier les données sur Wikidata
Société mère CitigroupVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales CitiFX Pro (en), Vidacos Nominees (d), Citibank Korea (en), Citibank Singapore (en), Citibank Canada (en), Citibank (China) (en) et Citibank Berhad (en)
Site web online.citibank.com
myifsccodes.com/citi-bank
www.banks-swiftcodes.com/citibank-naVoir et modifier les données sur Wikidata

Citibank est une banque d'importance mondiale, fondée en 1812. Elle portait auparavant le nom de City Bank of New York, puis First National City Bank of New York. Citibank appartient au groupe Citigroup, l'un des plus importants dans le monde. En , Citibank était la plus importante banque des États-Unis.

L'actionnaire majoritaire est Abu Dhabi Investment Authority avec 4,9 % du capital depuis . Son second actionnaire est le prince et homme d'affaires saoudien Al-Waleed bin Talal, qui détient 4,4 % de la société.

« La Plaine », ancien siège de Citibank en Belgique (Montois Partners - 1995).

Historique[modifier | modifier le code]

La banque joue un rôle essentiel dans l'invasion et l'occupation d'Haïti par les États-Unis en 1915. Depuis 1906, le pays est dans le champ d'application de la « diplomatie du dollar » et le département d’État fait pression en 1910-1911 sur Port-au-Prince pour assurer l'entrée de la National City Bank dans le capital de la Banque nationale. Depuis, la National City Bank s’emploie à conquérir de l'intérieur l'institution tout en essayant d'acculer les gouvernements haïtiens, endettés, à accepter le contrôle des douanes. En décembre 1914, des troupes américaines s’emparent de fonds publics contenus dans la banque et les transferts aux États-Unis, malgré les protestations haïtiennes contre un « acte de piraterie internationale »[1].

Le vice-président de la Banque nationale, Roger L. Farnham, définit le plan qui sera adopté par le département d’État. Il s'agit, à la faveur d'une occupation militaire, de contrôler l’ensemble de l’administration et ainsi de favoriser les intérêts économiques américains dans le pays. En dépit d'une forte pénétration par les capitaux américains de l’économie haïtienne (chemins de fer, transports urbains, électricité, etc), la Constitution refusait aux étrangers le droit de propriété immobilière, les tenant éloigner de nombreux secteurs (sucre, café, coton, tabac, bois, etc)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Leslie Manigat, L’Amérique latine au XXe siècle,1889-1929, , p. 373-393

À voir aussi[modifier | modifier le code]

Citibank Tower à Kuala Lumpur (Malaisie).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]