Nécropole nationale de Sigolsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nécropole nationale de Sigolsheim
Sigolsheim1.jpg
La nécropole nationale de Sigolsheim, lieu de sépulture de nombreux soldats français tombés durant les combats de la poche de Colmar
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Haut-Rhin
voir sur la carte du Haut-Rhin
Red pog.svg

La nécropole nationale de Sigolsheim est un cimetière militaire français de la Seconde Guerre mondiale situé à Sigolsheim en Alsace, dans le département du Haut-Rhin.

La nécropole a été inaugurée le 2 mai 1965 par le ministre des Anciens Combattants et Mme de Lattre de Tassigny.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est le maréchal de Lattre de Tassigny qui est à l'origine de la création de la nécropole de Sigolsheim.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à la suite du souhait exprimé par le maréchal de Lattre et par l’« Association Rhin et Danube »[1], sous la présidence du Général Guillaume, le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, proposa de regrouper les corps des militaires de la 1re armée française en un endroit où les combats avaient été les plus meurtriers. Ainsi, la nécropole fut érigée sur la colline du « Blutberg » (Montagne du sang) en souvenir des combats acharnés de janvier et février 1945, lors de la réduction de la poche de Colmar.

Le conseil municipal sous la présidence de son maire Thierry Speitel a décidé de nommer la route d'accès à la nécropole : « Rue du Maréchal de Lattre de Tassigny ».

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Parmi les 1 589 militaires « morts pour la France » qui reposent dans cette nécropole de 18 285m2, on dénombre 792 tombes de militaires maghrébins et 15 tombes de militaires juifs[2].

« Sur ces pentes des Vosges, dans cette Plaine d’Alsace, par haute neige et vingt degrés sous zéro, des soldats de France, d’Afrique et des États-Unis d’Amérique, amalgamés dans la Première Armée Française sous les ordres du général de Lattre de Tassigny, forcèrent la victoire dans les luttes acharnées de la Bataille de Colmar, 20 janvier au 9 février 1945 »

— Texte rappelant la mémoire des anciens combattants

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’association Rhin et Danube regroupe tous ceux qui ont appartenu avant le 8 mai 1945 à la 1re armée française (ou Armée B)
  2. Cdt Paul Nicolas, Sidi Brahim des neiges, View Design International, p. 126

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]