Mutinerie de la prison de Saint-Maur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La mutinerie de la prison de Saint Maur désigne une prise d'otage qui a eu lieu les 12 et 13 novembre 1987 à la centrale de Saint-Maur, pendant laquelle 400 des 440 détenus prirent 12 personnes en otage[1] : le directeur de la prison, 9 surveillants et deux enseignants[2].

À la suite de cet évènement, qui fit six blessés et plusieurs dizaines de millions de francs de dégâts, cent cinquante détenus furent transférés vers d'autres établissements pénitentiaires[3]. Quelques semaines plus tard, certains transfuges menèrent une seconde prise d'otage à la maison d'arrêt de Besançon[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les principales prises d'otage dans des prisons françaises », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne)
  2. Régis Guyotat, « Seize heures d'angoisse et de négociations », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Philippe Boggio et Régis Guyotat, « Des dizaines de millions de francs de dégâts après la mutinerie Saint-Maur, prison ivre », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Claude Fabert, « Après la prise d'otages du mois de décembre Cinq mutins de la maison d'arrêt de Besançon condamnés à six mois de prison », Le Monde,‎ (lire en ligne)