Musée juif de Turquie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'arche sainte de la synagogue Zülfaris

Le musée juif de Turquie est un centre culturel à Istanbul créé afin d'informer sur les traditions et l'histoire de la communauté Juive turque. Il a été inauguré le 25 novembre 2001. Le musée est l'initiative de la Quincentennial Fondation, créée en 1989 par 113 turc citoyens Juifs et Musulmans pour célébrer le cinq centième anniversaire de l'arrivée des Séfarades dans l'Empire Ottoman[1]

Bâtiment[modifier | modifier le code]

En septembre 1856, une cérémonie est organisée à la Synagogue Zülfaris commémorant les soldats Juifs de l'armée française qui ont combattu et sont tombés aux côtés des Ottomans contre les Russes pendant la guerre de Crimée. Une unité de l'armée sous le commandement du Colonel Garbi Bey était présent à cette cérémonie.

Le bâtiment du musée était anciennement la synagogue Zülfaris. Il a été est restauré et modernisé afin d'être transformé en musée. Cette synagogue existait déjà en 1671 et ses fondations suggérer qu'une autre structure été construite pendant la période de la République de Gênes[2]. On pense que son nom "Zulfaris" est dérivé du persan "Zülf-ü Arus" qui signifie "la frange de la mariée". Cependant l'immeuble est reconstruit sur ses fondations d'origine vraisemblablement au début du XIXe siècle, probablement en 1823[3].

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1882 - Le marbre qui entoure l'arche sainte est une donation de Samuel Malki.
  • 1890 - travaux de Réparation effectués avec l'aide financière de la famille Camondo.
  • 1904 - les travaux de restauration menés par la communauté Juive de Galata présidée par Jak Bey de Leon.
  • 1968 - Restaurations importantes.
  • 1979 - La synagogue est dédié au rite des juifs originaires de Thrace.
  • 1983 - Dernier mariage dans la synagogue Zülfaris.
  • 1985 - le bâtiment cesse de servir de synagogue en raison de l'absence d'une communauté. Il est alloué à la Quincentennial Fondation.
  • 2001 - Avec l'appui financier de la famille Kamhi le musée juif de Turquie est inauguré[2].

Musée[modifier | modifier le code]

Le musée juif de Turquie expose des éléments sur le brassage des cultures Juive et Musulmane.

Pièces exposées au musée.

L'entrée de l'immeuble se fait via une grille de fer dans une cour. On peut y trouver une sculpture en métal de Nadia Arditti intitulée la "Statue of the Rising Fire" à la mémoire des Juifs turcs qui sont morts en combattant pour la patrie lors des guerres dans les Balkans, la guerre de Morée, la campagne du Caucase, la campagne du Sinaï et de la Palestine, la Guerre italo-turque, la bataille des Dardanelles, la guerre de Corée et guerre d'indépendance turque[2].

L'exposition au rez-de-chaussée est organisée de façon chronologique et commence avec l'odyssée d'Espagne à la Turquie. Elle est organisée telle une section ethnographique avec des photos, des peintures et des objets relatifs à la naissance, circoncision, mariage, vêtements, bijoux, etc.

On peut y voir des panneaux d'information relatifs à l'histoire de la synagogue Zülfaris, les HaHakham Bachi, la vie quotidienne des Juifs vivant à Istanbul et en Anatolie, ainsi que des souvenirs tels que des lettres, des cartes, des tallits et décrets impériaux.

L'arche sainte contient deux rouleaux de la Torah qui peuvent être consultés. Sur un autre panneau des informations sur les académiciens juifs qui ont fui d'Europe vers la Turquie pendant la seconde Guerre Mondiale et de diplomates turcs qui ont aidé les Juifs à s'échapper de l'Holocauste, dont certains sont Justes Parmi les Nations.

Au premier étage, qui était la section où les femmes priaient, sont exposées des tableaux représentants la vie quotidienne de la communauté juive locale[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « Chief Rabbinate of Turkey (Türkiye Hahambaşılığı) » (consulté le 20 avril 2007)
  2. a b c et d (en) Naim Güleryüz, « The Quincentennial Foundation Museum of Turkish Jews », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ , p. 50–56
  3. (en) « The Zülfaris Synagogue », Ayasofya Hotel (consulté le 4 août 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]