Musée de la Manufacture de pierres dures de Florence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée de la Manufacture de pierres dures de Florence
Informations générales
Type
municipal
Ouverture
1966
Collections
Collections
artisanat d'art, outillage, collections de minéraux précieux
Genre
Peinture et marqueterie de pierre
Provenance
legs grand-ducal de Ferdinand Ier de Médicis
Époque
Bâtiment
Article dédié
ancienne manufacture de la « mosaïque florentine » et précédent couvent San Niccolò
Localisation
Pays
Commune
Adresse
78, Via degli Alfani
Touret à meuler.

Le musée de la Manufacture de pierres dures de Florence est le musée de l'Opificio delle pietre dure de Florence, office historiquement né de la fabrication de marqueteries de pierres précieuses et semi-précieuses instauré par le grand-duc Ferdinand Ier de Médicis en 1558, pour promouvoir la virtuosité de ses artisans.

La concurrence de produits commerciaux de moindre qualité réorienta la destination de l'office vers la restauration d'œuvres dans ses mêmes ateliers (Opificio delle Pietre Dure ed i laboratori di restauro fiorentini).

L'espace muséal rappelle les origines du lieu, ancien couvent devenu manufacture, en exposant ses traces du métier sur deux étages. Les autres lieux (école de restauration et bibliothèque) ne font pas partie du musée.

Les collections[modifier | modifier le code]

Au rez-de-chaussée plusieurs espaces exposent des exemples typés de travaux en pierre dure, des avant-projets, des plans et de plaquettes diverses marquetées, avec un riche répertoire de décorations, généralement avec des fleurs, des fruits et des animaux, mais aussi avec d'autres scènes pittoresques, entre lesquelles une célèbre vue de la Piazza della Signoria. Quelques œuvres particulières comme une grande cheminée baroque entièrement recouverte de malachite, d'un vert brillant, des copies de cadres exécutés en marqueterie. Dans la dernière salle, sont exposés des vases et des suppellettili décorés en style Liberty du début du XXe siècle, parmi lesquelles le dessus de table avec harpe et guirlandes de Zocchi (1849) et celui orné des fleurs et oiseaux de Niccolò Betti (1855).

Chaque espace est dédié à un sujet particulier en exposant les œuvres adéquates :

  • Le premier grand-duc qui initia l'Office.
  • Les apports du travail de la pierre dure à la Chapelle des Princes de San Lorenzo.
  • Les représentations florales en pierre dure.
  • L'Office pendant la dynastie Lorraine.
  • L'Office après l'unification de l'Italie.
  • Les affinités entre la peinture et la marqueterie.

Quelques espaces sont dédiés à des pierres particulières, comme la pierre paesina, extraite près de Florence, dont les couches de couleurs donnent l'illusion d'un paysage peint si elles ont été orientées opportunément à la taille.

Au premier étage sont exposés les moyens techniques pour la marqueterie et un échantillonnage complet des pierres dures (il campionario di pietre dure) remontant à l'époque des Médicis dans de nombreuses vitrines. Les bancs de travail de découpe et de polissage sont également disposés au centre de la pièce ainsi que des vitrines d'outillage et des étapes de la technique.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (it) Guide officiel du musée, ministère des biens et activités culturels, ed. Sillabe, 2007 (ISBN 978 88 8347 281 7)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Il museo dell'Opificio a Firenze, rinnovato da Adolfo Natalini, Livorno 1995
  • Giusti A., Il nuovo antico museo delle Pietre Dure, "MCM", 29/1995, p. 27–30
  • Marino A., Il museo dell'opificio delle Pietre Dure, "Beni Culturali", 3/1995, p. 36–39
  • Savi V., Adolfo Natalini. Natalini Architetti, nuove architetture raccontate, Milano 1996, p. 166–171

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :