Mouvement de Schoenstatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mouvement de Schönstatt)
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Mouvement Apostolique de Schoenstatt
Image illustrative de l'article Mouvement de Schoenstatt
Ordre religieux
Type Association de fidèles
Spiritualité Mariale
Structure et histoire
Fondation 18 octobre 1914
Fondateur Père Joseph Kentenich
Site web schoenstatt.org
Liste des ordres religieux

Le Mouvement de Schoenstatt est une communauté catholique regroupant des laïcs et des personnes consacrées (prêtres, religieuses, célibataires consacrés). Son nom a comme origine le village de Schoenstatt (en allemand « beau lieu »), appartenant à la ville de Vallendar, proche de Coblence (Allemagne).

Il compte environ 100 000 membres distribués en 42 pays dans le monde[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Mouvement Apostolique de Schoenstatt naît de l’intuition du jeune prêtre pallottin Joseph Kentenich (1885-1968), qui se voit confier, en 1912, le soin pastoral d’une maison d’étudiants à Schoenstatt. Dans l’accomplissement de sa tâche, le Père Kentenich ressent bien vite le besoin de conjuguer les vérités de la foi avec les exigences des temps et la nécessité, pour les jeunes qui lui sont confiés, d’un nouveau type d’éducation qui naisse du plus intime de l’homme et rende les personnes libres et capables de choix responsables.

L’acte de fondation du Mouvement est l'Alliance d’amour que, le 18 octobre 1914, le Père Kentenich et ses étudiants scellent avec Marie et avec le Dieu un et trine dans une petite chapelle - le sanctuaire - consacrée à Marie. Dans ce sanctuaire, les étudiants confient leur vie à Notre Dame en lui demandant de faire de la Chapelle un foyer pour obtenir la grâce de l’accueil, la grâce de la transformation intérieure et la grâce de l’envoi ou de la fécondité apostolique.

Cette expérience deviendra le cœur de la spiritualité du Mouvement et la Chapelle un lieu de pèlerinages mariaux pour des millions de personnes venant du monde entier. L’œuvre, approuvée par l’autorité ecclésiastique en 1964, est aujourd’hui formée de 20 branches qui, sous diverses formes d’engagement, réunissent sur tous les continents des hommes, des femmes, des familles, des jeunes, des prêtres et des laïcs consacrés[1].

Spiritualité[modifier | modifier le code]

L'icône de la Mater Ter Admirabilis dans un Sanctuaire de Schoenstatt

Sa spiritualité est fortement ancrée dans la dévotion à la Vierge Marie, qui est spécialement vénérée sous le titre « Mère, Reine et Triomphatrice Trois fois Admirable de Schoenstatt ». Elle est représentée par l'icône de la Mater Ter Admirabilis.

Dans la fidélité aux enseignements de son Fondateur, le Mouvement Apostolique de Schoenstatt tend à la formation de personnalités et de communautés chrétiennes capables d’adhérer librement au dessein de Dieu dans le monde où ils vivent.

Le processus de formation proposé par le Mouvement naît de sa spiritualité et se fonde sur l’auto-éducation, sur la foi en la Providence, sur la poursuite de la sainteté dans la vie quotidienne, sur la prompte et libre disponibilité à être des instruments de Dieu.

La finalité particulière du Mouvement est le renouveau spirituel des chrétiens, objectif auquel on tend à travers la promotion d’activités éducatives et religieuses et de projets sociaux, réalisés notamment en collaboration avec d’autres mouvements ecclésiaux[1].

La devise du mouvement est dédiée à la Sainte Vierge et dit « Rien sans vous. Rien sans nous. »

Structure[modifier | modifier le code]

Un des plus de 200 Sanctuaires de Schoenstatt construits dans le monde

Le Mouvement Apostolique de Schoenstatt, dont le centre spirituel est représenté par les liens avec Marie, le Fondateur et le Sanctuaire, est institutionnellement subdivisé en :

  • Mouvement des pèlerins ;
  • Ligues apostoliques sans obligation de communauté ;
  • Fédérations (ou Unions) apostoliques avec une forme obligatoire non juridique de communauté ;
  • Instituts séculiers, avec obligation juridique de communauté. Ils constituent le cœur du Mouvement et ses membres vivent le radicalisme des conseils évangéliques (pauvreté, chasteté, obéissance), sans toutefois prononcer de vœux.

Chacune de ces branches est juridiquement autonome. Le rôle de coordination revient au Praesidium général, constitué des principaux représentants des Instituts et des Fédérations, ainsi que d’un représentant des Ligues apostoliques[1].

Diffusion[modifier | modifier le code]

« Le Mouvement Apostolique de Schoenstatt compte quelque 96.000 membres, dont 4.400 appartiennent aux Instituts et 2.000 aux Fédérations. Il est présent dans 42 pays ainsi répartis: Afrique (6), Amérique du Nord (5), Amérique du Sud (9), Asie (5), Europe (17). Environ 10.000 personnes se rendent chaque jour en pèlerinage dans un des Sanctuaires du Mouvement dispersés dans le monde entier[1]. »

Dans les pays francophones, on peut retrouver des Sanctuaires de Schoenstatt au Burundi, en France[2] et en Suisse[3]. En outre, des membres et des projets du Mouvement sont présents en : Belgique[4], Bénin, Congo, Gabon, Haïti, Luxembourg, Monaco, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Rwanda et Sénégal[5].

Apostolat[modifier | modifier le code]

Les Instituts séculiers du Mouvement de Schoenstatt sont actifs dans la direction d'établissements en plusieurs domaines :

  • éducationnel et pédagogique: une trentaine d'écoles[6], une université[7] et des centre pédagogiques dans douze pays en Europe et Amérique ;
  • famille et mariage: plusieurs associations ou organisations d'aide et soutien à la famille[8],[9],[10],[11] ;
  • hospitalier: trois hôpitaux et une école de formation d'aide-enfermiers au Brésil[12] et un groupe de visiteurs de malades dans 25 hôpitaux en Argentine[13];
  • jeunesse[14] ;
  • prière: avec le projet « Mère Pèlerine », présent dans 94 pays dans le monde[5] parmi les six continents (une icône de Notre Dame de Schoenstatt est présente dans une station de recherches scientifiques en Antarctique[15]) ;
  • social: des projets d'aide sociale dans plus de 20 pays dans le monde[16].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Associations Internationales de Fidèles, Répertoire - Conseil Pontifical pour les Laïcs » (consulté le 15 octobre 2015)
  2. http://www.paroissesdecambrai.com/page-160057.html
  3. « Mouvement Schoenstatt à Fribourg » [PDF]
  4. http://www.schoenstatt.be
  5. a et b « Tabor MTA », sur www.tabormta.org (consulté le 16 octobre 2015)
  6. (en) « Schools where Kentenich pedagogy is applied », sur Schoenstatt.org (consulté le 20 octobre 2015)
  7. « Universidad Invenio », sur invenio.org (consulté le 20 octobre 2015)
  8. (en) « Family », sur Schoenstatt.org (consulté le 20 octobre 2015)
  9. (en) « Marriage Enrichment - Mexico, Costa Rica, Italy », sur Schoenstatt.org (consulté le 20 octobre 2015)
  10. « Akademie für Ehe und Familie | Damit die Zukunft ein Zuhause hat. », sur akademie-ehe-familie.de (consulté le 20 octobre 2015)
  11. « Akademie für Familienpädagogik :: Home », sur www.akademie-fuer-familien.de (consulté le 20 octobre 2015)
  12. « ISCAL - Irmandade Santa Casa de Londrina », sur www.iscal.com.br (consulté le 20 octobre 2015)
  13. (es) « El Voluntariado de María del Movimiento de Schoenstatt de Argentina: Servir a los enfermos », sur Schoenstatt.org (consulté le 20 octobre 2015)
  14. (en) « Youth », sur Schoenstatt.org (consulté le 20 octobre 2015)
  15. (pt) « A MTA está na Antártida », sur Campanha da Mãe Peregrina de Schoenstatt (consulté le 20 octobre 2015)
  16. (en) « New social order », sur Schoenstatt.org (consulté le 20 octobre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Lejeune, Schönstatt chemin d'alliance : Joseph Kentenich, 1885-1968. Coauteur Adélaïde Lejeune ; préface de René Laurentin. Paris : Saint-Paul, 1985.
  • René Lejeune, L'alliance, une spiritualité prodigieuse née dans le cœur d'un prophète. Hauteville : Parvis, [s.d.].
  • Gertrud Pollak, Père Joseph Kentenich. Regard sur un charisme. Profilskizzen n. 2. Vallendar : Schönstatt Verlag, [s.d.].

Liens externes[modifier | modifier le code]