Karl Leisner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Karl Leisner
Image illustrative de l’article Karl Leisner
Karl Leisner, timbre-poste allemand (2015); inscription: Bénis aussi, ô Très-Haut, mes ennemis.
Bienheureux, martyr de la foi
Naissance
Rees en Rhénanie-du-Nord-Westphalie Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Décès   (à 30 ans)
Planegg en Bavière Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemande
Vénéré à diocèse de Münster
Béatification  Berlin
par Jean-Paul II
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 12 août
Attributs Martyr

Karl Leisner, né à Rees (en province de Rhénanie), le , mort le à Planegg près de Munich, était un prêtre allemand.

Interné le , il fut clandestinement ordonné prêtre au camp de Dachau le .

Il mourut peu après la libération du camp par les forces américaines.

Béatifié en 1996, son procès en canonisation a été ouvert en 2007.

Il est fêté le 12 août.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fervent chrétien, Karl Leisner s'engage rapidement dans le mouvement de jeunesse catholique de Clèves, dont il devient responsable à l'âge de 18 ans en 1933.

L'évêque de son diocèse, Mgr von Galen, lui confie alors la charge de responsable de la jeunesse dans l'ensemble du diocèse de Münster, en Westphalie. La Gestapo commence alors à surveiller ce jeune militant, dont le journal intime, qu'il tient depuis l'âge de douze ans, témoigne de son aversion pour le régime nazi.

En 1934, alors que les partisans du Führer scandent « Heil Hitler », Leisner écrit dans son journal :

« Le Christ est ma passion, Heil. »

Il rencontre le Mouvement de Schönstatt dès le lycée, mouvement qui deviendra la source principale de sa spiritualité, faisant partie d'un groupe de séminaristes.

Karl Leisner est ordonné diacre le . Mais il découvre peu après qu'il est atteint de tuberculose pulmonaire et part en convalescence en Forêt-Noire. C'est là qu'il est arrêté par la Gestapo le , à la suite d'une remarque concernant l'attentat manqué de Georg Elser contre Hitler le [1].

D'abord emprisonné à Fribourg-en-Brisgau, il est transféré au camp de concentration de Sachsenhausen, puis à celui de Dachau en Bavière en .

Premier clerc lié à Schönstatt interné à Dachau, il fut suivi par plusieurs autres, dont le fondateur Joseph Kentenich lui-même. En 1941, le père Josef Fischer crée un groupe de prêtres de Schönstatt dans le camp, groupe que rejoint Karl. En , il y a trois groupes, dont celui de Karl. Ce groupe choisit pendant l’automne 1944 une devise commune : « Victor in vinculis » (« Vainqueur dans les chaînes »).

Le , le dimanche de l'Avent dit « Gaudete », dans le bloc 26 du camp de concentration, Mgr Gabriel Piguet, évêque de Clermont, déporté lui aussi, ordonne Karl Leisner prêtre. Celui-ci est alors presque mourant. Il ne célèbrera de fait qu'une seule messe, pour la fête de saint Étienne, premier martyr du christianisme, le .

Le camp de Dachau est libéré par l'armée américaine le . Karl peut en sortir malgré la mise en quarantaine du camp le . Il part au sanatorium de Planegg (près de Munich) où il meurt le . Il écrit dans les dernières lignes de son journal :

« Bénis aussi, Seigneur, mes ennemis ! »

Il est enterré dans la crypte de la cathédrale de Xanten.

Faits marquants[modifier | modifier le code]

À propos de l'ordination sacerdotale[modifier | modifier le code]

Mgr Gabriel Piguet écrivit plus tard dans un livre[2] que cette ordination fut le jour le plus beau de sa vie, mais il insista surtout sur le fait que, malgré les conditions exceptionnelles, cette ordination célébrée dans la clandestinité respecta intégralement le rituel catholique : « Aucun rite prévu, si petit soit-il, ne fut supprimé. […] Rien, absolument rien ne fit défaut dans la grandeur religieuse de cette ordination sacerdotale qui est probablement unique dans les annales de l’histoire. »

La principale difficulté, pour que l'ordination soit valable, fut d'obtenir l'approbation écrite de Mgr Clemens August von Galen, évêque du diocèse d'origine de Leisner, ainsi que celle du cardinal Michael von Faulhaber, évêque de Munich (dans le diocèse duquel se trouve Dachau). Les détenus réussirent toutefois à introduire ces approbations dans le camp, ainsi que le saint chrême et le Pontifical romain (le livre qui contient le rite de l’ordination), grâce à l'aide d'une jeune fille de 20 ans nommée Josefa Maria Imma Mack (de), aspirant à la vie religieuse, qui avait accès à la plantation où travaillaient une partie des détenus et qui risqua sa vie pour faire passer les éléments nécessaires à l'ordination.

Béatification[modifier | modifier le code]

Un procès en béatification est engagé en 1975. Le , Jean-Paul II donne son accord pour l'ouverture du procès de béatification et, le célèbre au stade olympique de Berlin la béatification de Karl Leisner et de Bernhard Lichtenberg. Le pape utilise à cette occasion la crosse épiscopale que Mgr Piguet avait utilisée en 1944 pour ordonner Karl. Dans la courbure de cette crosse est sculpté autour d'une croix la formule « Victor in vinculis » (« Vainqueur dans les chaînes »). Lire l'homélie de béatification en allemand[3]. La fête liturgique du bienheureux Karl est fixée au .

Canonisation[modifier | modifier le code]

Son procès de canonisation est ouvert le .

Un modèle pour la jeunesse d'Europe[modifier | modifier le code]

Lors d'une rencontre à Strasbourg le avec des jeunes Européens, le pape Jean-Paul II a donné Karl Leisner comme modèle à la jeunesse d'Europe (avec le Français jociste arrêté au STO Marcel Callo). Européen convaincu dès sa jeunesse, celui-ci écrivait dans son journal le , peu de temps avant sa mort : « Une seule chose : pauvre Europe ! Retourne à ton Seigneur Jésus-Christ ! Là est ta Source pour tout ce que tu portes de plus beau. Retourne aux sources vives de la véritable force divine ! Oh Seigneur, permets-moi de te servir un peu comme instrument pour cela, je t’en supplie ! »

Stiftung Internationaler Karl Leisner Kreis[modifier | modifier le code]

En 2010, fut fondé la Fondation du Cercle International Karl Leisner avec un capital de 51 000 euros. Cette fondation est dédiée à la mémoire et à l'inspiration de la vie de Karl Leisner. Elle organise des pèlerinages à Saint-Jacques-de-Compostelle[4].

Karl-Leisner-Jugend[modifier | modifier le code]

La Karl-Leisner-Jugend est une organisation de jeunesse catholique[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Lejeune, Comme l’or passé au feu. Carl Leisner 1915-1945, Éditions du Parvis, Hauteville / Suisse, 1989, 285 p. [une traduction en allemand a été publiée en 1991]. Une nouvelle version simplifiée a été éditée sous le titre Le prisonnier du Bloc 26. Bx Carl Leisner martyr du nazisme, Téqui, Paris, 2002.
  • (de) Hermann Gebert, Geschichte einer Berufung. Karl Leisner (1915-1945), Vallendar, Patris Verlag, 2001. En français: Histoire d'une vocation : Karl Leisner (1915-1945) Éditions Sainte-Madeleine, 2010.
  • Joachim Schmiedl, Bienheureux Karl Leisner. Jusqu’au bout de l’amour, Téqui, Paris, 2004 [traduit de l’allemand 1999].
  • Arnaud Join-Lambert, Karl Leisner, Bruyères-le-Chatel : Nouvelle Cité, 2009 (collection Prier 15 jours avec, no 132) 128 p. (ISBN 978-2-85313-582-5).
  • Arnaud Join-Lambert, « Karl Leisner : le prêtre d’une seule eucharistie », Prêtres diocésains no 1472 (2010) p. 546-553.
  • (de) Hans-Karl Seeger, Karl Leisners letztes Tagebuch. In Handschrift, in Druckschrift und kommentiert. “Segne auch, Höchster, meine Feinde !”, Dialogverlag, Münster, 2000 [la reproduction et le commentaire du 27e et dernier cahier du Journal spirituel, commencé le ].
  • Marie Malcurat & Didier Chardez, Karl Leisner : Victor in Vinculis, Éditions Coccinelle BD, Durbuy / Belgique, 2011, 48 p. (ISBN 978-2-93027-356-3). Album disponible en français, allemand, anglais, néerlandais, polonais et espagnol.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Hugo Distler

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Georg Elser, proche du Parti communiste allemand, avait placé une bombe dans la brasserie de Munich où les membres du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (le parti nazi) commémoraient tous les 8 novembre le putsch manqué de 1923. Adolf Hitler, pressé, avait quitté le lieu 13 minutes auparavant. Karl Leisner, apprenant la nouvelle à la radio, dit « Dommage qu'il fût déjà parti. » Un témoin rapporte cette parole aux autorités ce qui entraîne l'arrestation de Karl Leisner.
  2. Gabriel Piguet, Prison et déportation, Paris, 1949.
  3. (de) « Pastoralbesuch in Deutschland : 23. Juni 1996, Seligsprechung im Olympiastadion von Berlin (Deutschland) / Johannes Paul II. », sur vatican.va (consulté le ).
  4. http://www.karl-leisner.de/blog/1214/%E2%80%9Estiftung-internationaler-karl-leisner-kreis%E2%80%9C-gegrundet/#more-418.
  5. http://49447.guestbooks.motigo.com/.