Mort aux ténors (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mort aux ténors
Auteur Georgius sous le pseudonyme de Jo Barnais
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman policier
Éditeur Gallimard
Collection Série noire no 295
Date de parution 1956
Nombre de pages 247
Chronologie

Mort aux ténors est un roman policier écrit par l’écrivain français Georgius, publié sous le pseudonyme de Jo Barnais en 1956. En 1987 il a servi de base à une adaptation pour la télévision par Serge Moati. C'est le premier roman publié par l'auteur, et le seul où il reste caché sous ce pseudonyme.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le ténor Camille Manola est abattu sur scène, en pleine représentation de l'opérette dont il est la vedette. Témoin du meurtre, comme tous les spectateurs, Jo Barnais est entraîné dans l'enquête par l'inspecteur Lambert, qui veut profiter de sa connaissance de ce milieu artistique. Elle sera effectivement très utile, car d'autres ténors sont tour à tour exécutés de diverses manières.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Joseph Beauharnais, dit Jo Barnais, dit Jo le Baryton : artiste de music-hall.
  • Inspecteur Lambert : enquêteur à la Brigade Criminelle de la P. J.
  • Inspecteur Chadal : bras droit de Lambert.
  • Henri Bourgade : chef des chœurs au Châtelet.
  • Camille Manola : ténor au Châtelet.
  • Antoine Manola : frère de Camille.
  • Margellin : secrétaire de Camille Manola.
  • Evelyne Verjois : maîtresse d'Antoine Manola.
  • Pedro Gominez : artiste de music-hall.
  • Rudolph Francis : ténor à la Gaîté-lyrique.
  • Jacques Dossegor : ténor au Théâtre Mogador.
  • Henri Martinière : ténor à la Porte-Saint-Martin.
  • Tonin Godard : secrétaire d'un syndicat d'artistes.
  • Manuel Canelli : photographe.

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Série noire no 295, 1956, réédition dans la même collection et avec le même numéro en 1987

Commentaire[modifier | modifier le code]

Le récit est à la première personne et le narrateur, Jo Barnais, use d'une langue argotique qui fait parfois penser à Albert Simonin, avec toutefois un lexique spécifique au milieu du music-hall et du théâtre.

Autour du livre[modifier | modifier le code]

  • Sur le rabat de la jaquette, l'éditeur insiste sur l'anonymat de l'auteur :

Qui est-ce, Jo Barnais [...] ? Un spécialiste du théâtre, du music-hall?... sans doute. Mais est-il directeur, artiste, critique, manager? Nous n'en savons rien. L'auteur refuse de se dévoiler.