Montée du Grand Ballon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Montée du Grand Ballon
Description de cette image, également commentée ci-après
Montée du Grand Ballon, à mi-parcours de la course masculine
Généralités
Sport Course à pied
Création 1981
Catégorie Course de montagne
Périodicité Annuelle (mai ou juin)
Lieu(x) Willer-sur-Thur (Haut-Rhin)
Statut des participants Amateurs et professionnels
Site web officiel montee-grandballon.com

La Montée du Grand Ballon est une course à pied en montagne se déroulant dans les Vosges en France.

Historique[modifier | modifier le code]

La Montée du Grand Ballon est la plus importante épreuve de course en montagne en France[réf. souhaitée]. Créée en 1981, elle a d'ailleurs reçu en 2006 le Bipède d'or de la course en montagne française de l'année. L'idée de gravir en courant le plus haut sommet des Vosges et ses 1 424 m d'altitude est partie d'un groupe d'amis au sein de l'US Thann Athlétisme. Parmi eux Édouard Bott, Étienne Monami, Jean-Marie Bellicini et un certain Pierre Weiss aujourd'hui directeur de l'IAAF. La course est rapidement devenue incontournable dans la région avant d'être une étape du championnat d'Europe CIME avec des courses comme le cross du Mont-Blanc à Chamonix ou Kitzbuhel ou Arosa et la présence des meilleurs coureurs du moment. Au départ le parcours était de 16 km et 1 000 m de dénivelé. Il est modifié en 2000 à l'occasion de la réception des Championnats de France.

Dans les années 1990 marquées notamment par les deux doublés de François Mauffray et Jean-Paul Limon, la course est retombée au niveau régional. L'arrivée aux commandes en 1996 de Jean-Alain Haan et de son équipe va la relancer avec notamment la venue des meilleurs spécialistes de la course en montagne. Parmi eux Jean-Paul Payet de l'équipe de France et double vice-champion du monde est un des premiers à venir au Grand-Ballon. Il l'emporte en 1997.

En 2000, la course accueille les championnats de France de course en montagne et un millier de coureurs (victoire d'Arnaud Fourdin) sur un nouveau parcours de 13,2 km et 1 231 m de dénivelé. La course continuera de se développer et d'accueillir les meilleurs spécialistes. L'une des originalités de la montée du Grand Ballon est de proposer une course pour les féminines indépendante de la course masculine, plus courte et dont le départ est donné trente minutes avant celui des hommes depuis le village de Goldbach.

Jonathan Wyatt le premier sous l'heure[modifier | modifier le code]

  • Pierre André (Serre Chevalier) établit un record en 1985 sur les 16 km du parcours et ses 1 000 m de dénivelé qui tient quinze ans et n'est jamais battu puisque le parcours est ensuite modifié en 2000 à l'occasion de la réception des Championnats de France.
  • En 2004, c'est le sextuple champion du monde de course en montagne, le Néo-Zélandais Jonathan Wyatt qui écrit une des pages les plus marquantes de l'histoire de la course. Il s'impose au sommet du Grand Ballon en 58 min 17 s et devient le premier coureur a passer sous l'heure sur ce parcours. Mais l'Érythréen Petro Mamu explose le record le 15 juin 2014, en 57 min 36 s[1].
  • Sur les 8,5 km féminins, c'est la Suissesse Martina Strähl qui détient le record en 46 min 42 s.

Le doublé de Julien Rancon[modifier | modifier le code]

En 2003, la course sert de sélection de l'équipe de France pour les championnats d'Europe de Trento et Raymond Fontaine, le champion de France, l'emporte.

Isabelle Guillot, véritable légende de la course en montagne, championne de France et championne du monde, la belge Catherine Lallemand, la suissesse Martina Strähl (record en 46 min 42 s) et la championne de France et championne d'Europe Marie-Laure Dumergues l'ont notamment emporté au Grand Ballon. Les meilleurs tricolores l'ont emporté ces dernières éditions comme Saïd Jandari en 2005, Julien Rancon en 2007 et 2010 et Manu Meyssat en 2008 tandis que Jonathan Wyatt a inscrit une seconde fois son nom au palmarès en 2009.

En 2010, c'est un doublé français avec la victoire de Julien Rancon de l'équipe de France chez les hommes et de Marie-Laure Dumergues la double championne de France et championne d'Europe.

La 31e édition de la Montée du Grand Ballon s'est déroulée le 2 juin 2011 et a servi de support pour la troisième année consécutive à une manche de la Coupe du Monde avec la venue du Grand-Prix WMRA et à la course de sélection de l'équipe de France pour les championnats d'Europe 2011 à Bursa en Turquie. En 2011, le Suisse David Schneider s'est imposé et en 2012, la course a été remportée par le coureur turc, Ahmet Arslan, quintuple champion d'Europe, devant les Italiens Abate et Baldaccini. Chez les féminines, victoire de l'Italienne Valentina Belotti.

Les championnats de France en 2013 et le nouveau record de Petro Mamu en 2014[modifier | modifier le code]

La Montée du Grand-Ballon a accueilli le dimanche 2 juin 2013 les championnats de France de course en montagne, le Grand-Prix WMRA et la sélection de l'équipe de France pour le Trophée mondial des jeunes. Derrière les vainqueurs Azaria Teklay (Érythrée) et Valentina Belotti (Italie), les titres de champion de France sont revenus à Julien Rancon et Christel Dewalle.

L'Erythréen Petro Mamu l'emporte en 2014 avec un nouveau record (57 min 19 s) et inscrit à nouveau son nom au palmarès en 2015, devançant à chaque fois son compatriote Azaria Teklay. Chez les féminines l'Italienne Belotti l'emporte en 2014 et la Britannique Sarah Tundstall en 2015 sur un parcours légèrement modifié au départ de Goldbach. En 2016, Petro Mamu inscrira une 3ème fois son nom au palmarès de la course tandis que la française Christel Dewalle l'emportait chez les féminines. Le 11 juin 2017, la Montée du Grand-Ballon en est à sa 37ème édition et fête dix ans de coupe du monde sur le plus haut sommet des Vosges avec une nouvelle victoire de Petro Mamu et celle de l'Italienne Alice Gaggi, la championne du monde 2013. La décision de ne plus organiser la coupe du monde et celle d'adjoindre un trail à la Montée du Grand-Ballon, conduiront au départ en novembre 2017 de l'organisateur de la course, Jean-Alain Haan, qui portait cette épreuve depuis 1996.

...

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]