Monique Corriveau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monique Corriveau
Description de l'image Monique Corriveau.jpg.
Nom de naissance Monique Chouinard
Naissance
Québec (Québec, Canada)
Décès (à 48 ans)
Nationalité Canadienne
Formation

Université de Toronto (1946-1948)

Université Laval (1948-1950; 1969-1974)
Conjoint
Bernard Corriveau, notaire
Auteur
Genres
Littérature jeunesse, romans, théâtre de marionnettes

Monique Chouinard Corriveau est une écrivaine québécoise. Elle a écrit plusieurs livres pour la jeunesse. Chacun de ses dix enfants et son mari Bernard Corriveau se sont vu dédier un de ses romans. La bibliothèque de Sainte-Foy porte son nom depuis 1986[1]. Elle est la sœur de Suzanne Martel, également auteure.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Monique Chouinard Corriveau est née à Québec le [2]. Elle est la fille de François-Xavier Chouinard[3], greffier de la Ville de Québec entre 1927 et 1961, et de Bernadette Rouillard[4].

Elle a fait ses études primaires et secondaires à l'école des Ursulines de Québec jusqu'en 1946 et ses études collégiales au Collège St-Michael de l'Université de Toronto de 1946 à 1948. Elle a obtenu son baccalauréat ès arts à l'Université Laval de Québec en 1950 et son baccalauréat en philosophie à la même université en 1950. Elle a poursuivi des études en littérature à l'Université Laval de 1969 à 1974[4].

Elle est connue pour ses romans historiques, policiers, d'aventures, de science-fiction et pour des contes, destinés à la jeunesse, ainsi qu'un roman pour les adultes[5]. Elle a écrit quelques pièces de théâtre de marionnettes qui ont été présentées par le Théâtre pour enfant de Québec (TEQ)[6] (Théâtre de l'Estoc) à la fin des années 1960[7].

Les critiques ont souligné la qualité et la diversité de son œuvre, une certaine «connivence» avec les jeunes lecteurs (par la valorisation des personnages d'enfants dans des récits où les adultes sont souvent au second plan), ce qui n'empêche pas une volonté didactique de la part de l'auteure. Ses héros (le plus souvent masculins), des solitaires qui en imposent à leur entourage par leur audace, leur détermination et leur intelligence, sont des modèles de moralité et de sobriété[8].

Elle meurt à Québec le [9] et repose au cimetière Notre-Dame-de-Belmont à Québec[10].

Le Prix Monique-Corriveau[11] de littérature jeunesse a été remis pendant quelques années en son honneur. La Bibliothèque Monique-Corriveau, de l'arrondissement Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge à Québec, porte son nom depuis 1986[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (janvier 2018). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Le Secret de Vanille (roman) , Québec, Éditions du Pélican, 1959 ; réédition, Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Brin d'herbe », 1962 ; réédition, Montréal, Éditions Jeunesse, coll. « Karim», 1972 (ISBN 0-7772-4070-X) ; réédition, Montréal, Fides, coll. « du Goéland », 1981 (ISBN 2-7621-1094-7)
  • Les Jardiniers du Hibou (roman), Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Brin d'herbe », 1963 ; réédition, Montréal, Éditions Jeunesse, coll. « Karim», 1971
  • Le Wapiti (roman), Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Plein Feu », 1966 ; The Wapiti, traduction de J.M. L'Heureux, illustration de Paul Liberovsky, Toronto, McMillan, 1968 ; réédition, Montréal, Fides, coll. « des Mille Îles », 1988 (ISBN 2-7621-0685-0), réédition, Montréal, Fides, coll. « Grandes Histoires », 1995 (ISBN 2-7621-2578-2)
  • Le Maître de Messire (roman), Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Brin d'herbe », 1965 ; réédition, Montréal, Éditions Jeunesse, coll. « Karim», 1971
  • Max (roman), Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Plein Feu », 1965 ; réédition, Toronto, The Copp Clark Publishing Ed. (vocabulary and questions by G.A. Klinck), 1966 (ISBN 0-7730-2602-9) ; réédition, Montréal, Fides, 1985
  • La Petite Fille du printemps (roman), Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Brin d'herbe », 1966 ; réédition, Montréal, Fides, coll. « des Mille Îles », 1978 (ISBN 2-7621-1218-4)
  • Cécile (contes), Québec, Éditions Jeunesse, 1968.
  • Max au rallye (roman), Québec, Éditions Jeunesse, coll. « Plein Feu », 1968 ; réédition, Scarborough, Bellhaven House (vocabulary and questions by G.A. Klinck), 1970 (ISBN 0-88774-402-8) ; réédition, Montréal, Fides, 1985 (ISBN 2-7621-1262-1)
  • Le Témoin (roman), Ottawa, Le Cercle du livre de France, coll. « Nouvelle France », 1969.
  • Le Garçon au cerf-volant (roman), Montréal, Fides, coll. « du Goéland », 1974. (ISBN 0-77-55-0515-3)[12] ; A Perfect Day for Kites, traduction anglaise de David Homel, illustration de Barbara Reid, Vancouver, Douglas & McIntyre, 1981, 116 p. (ISBN 0-88899-011-1)
  • Les Saisons de la mer (roman), Montréal, Fides, coll. « du Goéland », 1975. (ISBN 0-7755-0545-5)[13] ; Seasons of the Sea, abréviation et traduction anglaise de David Homel, illustrations de Debi Perna, Toronto, Douglas & McIntyre, 1989, 95 p. (ISBN 0-88899-086-3)
  • Patrick et Sophie en fusée (roman), Saint-Lambert, Éditions Héritage, coll. « Galaxie», 1975 (ISBN 0-7773-3400-3) (OCLC 2492581)[14]
  • Compagnon du Soleil (roman d’anticipation), Montréal, Fides, coll. « Intermondes », 1976 [15] 3 volumes, t. I : L'Oiseau de feu (ISBN 0-7755-0592-7), t. II : La Lune noire ( (ISBN 0-7755-0593-5), t. III : Le Temps des chats (ISBN 0-7755-0594-3)

Œuvres posthumes[modifier | modifier le code]

Œuvres théâtrales (non publiées) avec leurs dates de représentation[modifier | modifier le code]

  • Timothé disparaît (1965-1966)[18]
  • Au secours, Timothé (1966-1967)
  • Fichu Ben, je t'aime (1966-1967)
  • Madame Chose à l'Expo (1967)[7],[19]
  • Monsieur Nuage voyage (1967-1968) [20]

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • 1958 - Prix de l'A.C.E.L.F. (Association canadienne des éducateurs de langue française), pour Le Secret de Vanille[21]
  • 1960 - Prix de l'A.C.E.L.F., pour Les Jardiniers du hibou, présenté sous le titre Luc et ses amis[21]
  • 1964 - Prix David (Prix du Concours littéraire de la province de Québec), pour Le Wapiti
  • 1966 - Médaille de l'Association des bibliothécaires du Canada (Prix Marie-Rollet), pour Le Wapiti
  • 1966 - Prix David (Prix du Concours littéraire de la province de Québec), pour Le Maître de Messire
  • 1967 - Prix de la Commission du centenaire du Canada, pour Cécile
  • 1971 - Prix Michelle-Le Normand, de la Société des écrivains canadiens, pour l'ensemble de son œuvre
  • 1976 - Prix Alvine-Bélisle (à titre posthume)[4], de l'Association canadienne des Bibliothécaires, pour Les Saisons de la mer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hommage aux femmes / Sur la ligne du temps à Québec... 400 ans, 400 femmes », sur csf.gouv.qc.ca (consulté le 21 janvier 2018)
  2. « Corriveau, Monique Chouinard », sur grandquebec.com (consulté le 21 janvier 2018)
  3. Guindon, Ginette, « Monique Corriveau : une "superfemme" », Lurelu,‎ , p. 3 (ISSN 0705-6567, id.erudit.org/iderudit/12965ac)
  4. a, b et c Issalys, Liette, « La représentation des héros dans les romans de Monique Corriveau », Thèse de maîtrise (Université Laval),‎ , p. 128-134
  5. Corriveau, Monique, Le Témoin, Ottawa, Le Cercle du livre de France, coll. « Nouvelle France », , 148 p.
  6. « Fondation du Théâtre pour enfants de Québec », sur bilan.usherbrooke.ca (consulté le 18 avril 2018)
  7. a et b « La marionnette, préambule du théâtre pour enfant », Le Soleil,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  8. Liette Issalys, La représentation des héros dans les romans de Monique Corriveau, , 134 p., p. 121-127
  9. Boivin, Aurélien, « Hommage à Monique Corriveau (1925-1976) », Québec français,‎ , p. 36-37 (ISSN 0316-2052, id.erudit.org/iderudit/56725ac)
  10. « Cimetière-jardin Notre-Dame-de-Belmont à Québec », sur ameriquefrancaise.org (consulté le 21 janvier 2018)
  11. « PRIX LITTÉRAIRE DESJARDINS / MONIQUE-CORRIVEAU », sur lurelu.net (consulté le 21 janvier 2018)
  12. Corriveau, Monique Chouinard., Le garçon au cerf-volant, Fides, [1974] (ISBN 0775505153, OCLC 1274312, lire en ligne)
  13. Corriveau, Monique Chouinard., Les saisons de la mer, Fides, (ISBN 0775505455, OCLC 1734804, lire en ligne)
  14. Corriveau, Monique Chouinard., Patrick et Sophie en fusée, Éditions Héritage, (OCLC 2492581, lire en ligne)
  15. Corriveau, Monique Chouinard., Compagnon du soleil : [roman], Fides, (ISBN 0775505927, OCLC 3184428, lire en ligne)
  16. Corriveau, Monique, 1930-1976., Le guerrier, 1914-1915, Fides, (ISBN 2762107830, OCLC 15914189, lire en ligne)
  17. Corriveau, Monique Chouinard., La mort des autres, 1916-1918, Fides, (ISBN 2762107849, OCLC 7306320, lire en ligne)
  18. Hélène Beauchamp, Le théâtre pour enfants au Québec: 1950-1980, La Salle, Hurtubise HMH, (ISBN 2-89045-782-6), p. 69-74
  19. « Expo 67 au jour le jour : Juillet », sur http://archivesdemontreal.com (consulté le 4 mai 2018)
  20. J.G., « Le Théâtre pour Enfants de Québec connaît cette année une activité sans pareille », Le Soleil,‎ , p. 33
  21. a et b « Concours littéraire ACELF », sur lurelu.net (consulté le 21 janvier 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aurélien Boivin, « Hommage à Monique Corriveau », Québec français, no 24,‎ , p. 36–37
  • Réginald Hamel et al., «Monique Corriveau», Dictionnaire des auteurs de langue française en Amérique du Nord, Montréal, Fides, 1989, 1364 p. (à lire en ligne http://services.banq.qc.ca/sdx/dalfan/document.xsp?id=0396&qid=sdx_q1)
  • Liette Issalys, « La représentation des héros dans les romans de Monique Corriveau », Thèse présentée à l'école des gradués de l'université Laval pour l'obtention de grade de Maître ès Arts (M.A.), avril 1982, 134p.
  • Jean-Louis Trudel, « Monique Corriveau et l'arrivée de la modernité », Lurelu, vol. 25, n° 2, automne 2002, p. 72-73. (ISSN 1923-2330, id.erudit.org/iderudit/11865ac lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]