Monica Charlot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charlot (homonymie).
Monica Charlot
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Chalk Farm (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
RennesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Jean Charlot (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Œuvres principales
  • La démocratie à l'anglaise (1972)
  • Le temps des incertitudes (1981)
  • L'Angleterre, cette inconnue: une société qui change (1980)

Monica Charlot, née à Londres (Chalk Farm, au nord-ouest de l'agglomération) le et morte le à Rennes, est une historienne franco-britannique, spécialisée dans l'étude de la civilisation britannique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en Angleterre d'une mère britannique et d'un père suisse, consul de ce pays en Angleterre[2], elle fait ses études secondaires à la Camden School for Girls (Londres) puis à Manchester. Elle fait des études de français au Bedford College de Londres, puis est assistante d'anglais en France où elle épouse Jean Charlot[3]. Elle obtient l'agrégation d'anglais (1959)[4] et enseigne en lycée, puis à l'université Paris-Nanterre. Elle soutient en 1971 une thèse d'État consacrée à l'étude des campagnes électorales au Royaume-Uni entre 1933 et 1970[5], publiée sous l'intitulé La démocratie à l'anglaise[6]. Elle est ensuite professeure de civilisation britannique à l'Université Sorbonne-Nouvelle, où elle contribue à la création du Centre de recherches et d'études en civilisation britannique[7],[8]. Elle travaille essentiellement sur les questions liées à la vie politique et sociale de la Grande-Bretagne au XIXe siècle et au XXe siècle, et contribue fortement à développer en France le domaine des études de la civilisation britannique, par ses nombreuses publications comme par son enseignement.

Elle dirige la Maison française d'Oxford en 1984-1991[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La vie politique dans l'Angleterre d'aujourd'hui, Armand Colin, 1967.
  • Le syndicalisme en Grande-Bretagne, Armand Colin, 1970.
  • La démocratie à l'anglaise, Les Presses de science po, 1972 448 p. (ISBN 2-7246-0229-3),
  • Naissance d'un problème racial, Armand Colin, 1972.
  • Guide de civilisation britannique, Armand Colin, 1975.
  • Les femmes dans la société britannique, Armand Colin, 1977.
  • La société victorienne, Armand Colin, 1978.
  • L'Angleterre cette inconnue : une société qui change, Armand Colin, 1980.
  • L'Angleterre, 1945-1980 : le temps des incertitudes, Imprimerie Nationale, 1981.
  • Le système politique britannique, Armand Colin, 1982.
  • Britain revisited : Anthologie de civilisation contemporaine, 1982.
  • Victoria, le pouvoir partagé, Flammarion, 1989.
  • Londres, 1851-1901 : l'ère victorienne ou le triomphe des inégalités, Autrement, 1990.
  • A divided Britain, Longman, 1991. (en)
  • Le Thatchérisme, CRECIB, 1992.
  • Le Parti travailliste britannique, Montchrestien, 1992.
  • Britain's inner cities, Ophrys, 1994. (en)
  • 19th century Britain : home affairs, key documents, 1815-1901, Ophrys, 1995. (en)
  • Institutions et forces politiques du Royaume-Uni, Masson, 1995.
  • The Wilson Years, Didier, 1998. (en)
  • Glossaire des institutions politiques du Royaume-Uni, Nathan, 1999.
  • Pauvreté et inégalités en Grande-Bretagne : de 1942 à 1990, Ophrys, 2000.
  • The Monarchy in Britain in the 20th century, Ophrys, 2000. (en)
  • Le Pouvoir politique en Grande-Bretagne, PUF, 2000.
  • Le Parti conservateur en Grande-Bretagne (dir.), Ophrys, 2003.
  • Nouvelles valeurs dans l'Angleterre d'aujourd'hui, Presses Sorbonne Nouvelle, 2003.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernard d’Hellencourt, « In Memoriam Monica Charlot (1933-2005) », Études anglaises, vol. 58,‎ , p. 255-256 (lire en ligne)
  2. a et b Anne Corbett, « Monica Charlot », The Guardian, (consulté le 24 avril 2018).
  3. notice BnF no FRBNF11896177.
  4. Nicolas Weill, « Monica Charlot, pionnière des études de civilisation britannique », Le Monde, (consulté le 24 avril 2018).
  5. Thèse d'État, notice ISNI [1]
  6. André Mathiot, « Monica Charlot, La démocratie à l'anglaise, Les campagnes électorales en Grande-Bretagne depuis 1931 », Revue française de science politique, 23e année, no 4, 1973. p. 863-869, [lire en ligne].
  7. Jean-Claude Sergeant, « Charlot [née Huber], Monica (1933–2005) », Oxford Dictionary of National Biography, 2009 DOI:10.1093/ref:odnb/96612
  8. Centre de recherches et d'études en civilisation britannique, Université Sorbonne-Nouvelle [2]
  9. Journal officiel, 14 juillet 2000 [3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]