Mitsuyo Kakuta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mitsuyo Kakuta
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
YokohamaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
角田光代Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
Distinctions
Liste détaillée
Prix Kaien du nouvel auteur (d) ()
Prix Noma du premier roman (d) ()
Prix Tsubota Jōji de littérature ()
Prix Kawabata ()
Prix Chūōkōron ()
Prix Sei Itō ()
Prix Shibata Renzaburō (d) ()
Prix Kyōka Izumi ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Mitsuyo Kakuta (角田 光代, Kakuta Mitsuyo?, née le à Yokohama) est une écrivaine japonaise, lauréate entre autres du prix Naoki en 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kakuta est étudiante à la faculté de philologie (Bungakubu) de l'université Waseda de 1985 à 1989. Au cours de ses études, elle écrit « romans de filles » (少女小説, shōjo shōsetsu). En 1990 elle reçoit le prix Kaien des jeunes auteurs pour Kōfuku na yūgi. En 1996, elle est lauréate du prix Noma de littérature (Noma Bungei Shinjin Shō) pour Madoromu yoru no UFO (まどろむ夜の. En 2002, elle publie Palais économique (エコノミカル・パレス, Ekonomikaru paresu) et Kūchū Teien (空中庭園. Pour ce dernier titre elle remporte le prix de littérature féminine. Elle est couronnée du prix Naoki pour Taigan no Kanojo (対岸の彼女 (« La Femme sur l'autre rive ») en 2004 et en 2005, du prix Kawabata pour Rock Haha (ロック母, Rokku Haha, 2006). Kakuta fait partie des écrivains du projet « Éditeur de la ville de Tokyo », qui représente la partie japonaise dans le cadre de l'année de Allemagne au Japon en 2005/2006. Elle est mariée à l'écrivain Takami Itō (* 1971) et vit à Tokyo.

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

  • Celle de l’autre rive (« Taigan no Kanojo 対岸の彼女 »), trad. d’Isabelle Sakai, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres japonaises », 2008, 288 p. (ISBN 978-2-7427-7364-0)
  • La Maison dans l’arbre (« Tsuri hausu »), trad. d’Isabelle Sakai, Arles, France, Actes Sud, coll. « Hors collection », 2014, 352 p. (ISBN 978-2-330-03070-4)
  • La Cigale du huitième jour, trad. d’Isabelle Sakai, Arles, France, Actes Sud, coll. « Hors collection », 2015, 416 p. (ISBN 978-2-330-04819-8)

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lisette Gebhardt (de) : Freeter-Literatur? Ein Blick auf Kakuta Mitsuyo. Dans Asiatische Studien, Themenheft: Japanische Schriftstellerinnen 1890-2006, Eduard Klopfenstein (Hrsg.), LXI, 2, 2007, p. 643-660.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]