Misère et Noblesse (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Miseria e nobiltà.
Misère et Noblesse
Description de cette image, également commentée ci-après
Leo Brandi, le paysan, et Totò, l'écrivain public, dans une scène du film.

Titre original Miseria e nobiltà
Réalisation Mario Mattoli
Scénario Mario Mattoli
Ruggero Maccari
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre comédie
Durée 95 minutes
Sortie 1954

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Misère et Noblesse (Miseria e nobiltà) est un film italien réalisé par Mario Mattoli, sorti en 1954, adaptation de la pièce éponyme d'Eduardo Scarpetta.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Naples, dans les années 1880, Felice Sciosciammocca, un écrivain public sans le sou, partage l'appartement où il vit en famille, avec la famille de son ami Pasquale, un photographe de rue. Les deux familles désargentées y cohabitent tant bien que mal, bien souvent contraintes de se passer de repas. Un jeune aristocrate, Eugenio, amoureux d'une danseuse, Gemma, leur propose un marché : Felice et Pasquale, en échange d'un somptueux repas, se feront passer pour ses nobles parents afin de convaincre le père de la demoiselle, un ancien cuisinier quelque peu infatué de noblesse, de la laisser l'épouser.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Appréciation critique[modifier | modifier le code]

« Un trépidant vaudeville à la napolitaine où Totò incarne un crève-la-faim à qui l'occasion est donnée de jouer les grands seigneurs. Des sketches très drôle (Totò s'empiffrant de spaghettis ou pétrifiant de sa morgue le nouveau riche qui le reçoit) s'intègrent à une suite de quiproquos absurdes sous lesquels perce la satire sociale. On rit beaucoup, de ce rire libérateur que le comédien voulait communiquer au public, et les couleurs pastel des images apportent un charme supplémentaire à ce premier épisode de la résurrection de Totò[1]. »

— Jean de Baroncelli, Le Monde, 28 juin 1979

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Misère et Noblesse sur Le Monde.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]