Mio Sugita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mio Sugita
Protest demonstration against Mio Sugita 2018.jpg
Fonctions
Député à la Chambre des représentants du Japon
Région de Chūgoku
depuis le
Député à la Chambre des représentants du Japon
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
杉田水脈Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université de Tottori (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Site web
Blog officiel

Mio Sugita (杉田 水脈 Sugita Mio, née le 22 avril 1967) est une femme politique japonaise. Elle est membre du Parti Libéral Démocrate du Japon et membre de la Chambre des Représentants pour le 6e district de Hyogo[1].

Éducation et carrière[modifier | modifier le code]

Sugita est diplômée de la Faculté d'Agriculture, de l'Université de Tottori (1990)[2].

Elle a travaillé comme fonctionnaire dans une administration locale. Elle a été membre du Parti de la Restauration du Japon et du Parti pour le Kokoro japonais avant de rejoindre le Parti Libéral Démocrate du Japon[3].

Controverses politiques[modifier | modifier le code]

Jardins d'enfants[modifier | modifier le code]

En juillet 2016, Sugita a écrit un article dans le Sankei Shinbun dans lequel elle présentait son opposition à l'augmentation du nombre de crèches[4].

Femmes de réconfort[modifier | modifier le code]

En 2013 Sugita s'est associée à d'autres membre du Parti de la Restauration du Japon, Yuzuru Nishida et Hiromu Nakamaru, pour demander le retrait d'une statue à Glendale, dans le Comté de Los Angeles, en Californie. Cette statue commémore 200 000 « femmes de réconfort » de Corée et d'autres pays, « esclaves sexuelles des soldats japonais pendant la seconde Guerre Mondiale »[5]. D’après les adversaires de cette statue, dont Sugita, « les femmes ont agi volontairement » et leur nombre est artificiellement exagéré[6],[7]. Les trois personnalités politiques ont également indiqué qu'elles voulaient que le Ministère Japonais des Affaires Étrangères revienne sur les excuses officielles prononcées dans les années 1990 sur le sujet.

Commentaires sur Shiori Ito[modifier | modifier le code]

Sugita est apparue en 2018 dans le documentaire de la BBC Japan's Secret Shame[8] consacré au viol présumé de Shiori Ito. Dans une interview, Sugita a déclaré : « Dans cette affaire, il y a eu des erreurs de sa part, en tant que femme ; le fait de boire autant en face d'un homme et de perdre la mémoire. »[9] ainsi que « Avec des choses comme cela, je pense que ce sont les hommes qui subissent d'importantes conséquences. »[10].

Sugita semble se moquer d'Ito, "Makura eigyo daishippai" (Technique de vente de l'oreiller: échec total)[11].

Sollicitée pour un commentaire à propos du documentaire par le Mainichi Shimbun, Sugita a déclaré que la vidéo avait été modifiée et ses propos dénaturés, et qu'elle envisageait de montrer ses propres images de l'interview[11].

Sugita a été critiquée par Lully Miura, professeure de l'Université de Tokyo qui a écrit, « Mettre en cause les actions de la victime plutôt que l'auteur de l'infraction peut propager le malentendu selon lequel on ne sait rien faire si quelque chose arrive à une femme quand elle boit en face d'un homme. Il semble y avoir dans l'attitude de Sugita un sentiment de dégoût à l'égard des femmes fortes face aux hommes »[11].

Commentaire sur les personnes LGBT[modifier | modifier le code]

En juillet 2018, Sugita a écrit un article, dans le magazine Shincho 45, dans lequel elle décrit les couples LGBT+ comme « improductifs et donc ne méritant pas l'investissement du contribuable. »[12]. Elle y fait valoir que « ces hommes et ces femmes ne peuvent avoir d'enfants – en d'autres termes, ils sont "improductifs". »[13]. Ses commentaires controversés ont été dénoncés par diverses personnalités politiques japonaises, y compris l'ancien premier ministre japonais Yukio Hatoyama et l'ancien secrétaire parlementaire Shunsuke Takei[14].

En réponse à cet article, les 27 et 28 juillet 2018, des milliers de manifestants se sont rassemblés à Tokyo devant le siège du Parti Libéral Démocrate pour demander au parti sa démission, ainsi qu'à Osaka[15],[16]. Le 2 août 2018, le PLD a annoncé sur son site internet qu'il avait recommandé à Sugita de se renseigner sur le sujet et d’être mieux informée sur la question des différences sexuelles[17]. Après que le magazine Shincho 45 a publié un numéro complet pour prendre la défense de l'article de Sugita, la maison d’édition Shinchosha s'est publiquement excusée pour cette série d'articles et a pris la décision d’arrêter la publication du magazine[18].

Procès en diffamation[modifier | modifier le code]

En 2019, quatre professeurs du Kansai, spécialistes en théorie du genre et en féminisme, ont intenté un procès en diffamation contre Mio Sugita après qu'elle a critiqué dans des vidéos sur internet et sur son compte Twitter leur usage de subsides gouvernementaux pour faire des recherches sur l’égalité des genres et sur les femmes de confort[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 杉田 水脈 | 国会議員 | 議員情報 | 議員・役員情報 | 自由民主党 », sur www.jimin.jp (consulté le 26 juillet 2018).
  2. (ja) « 国会議員情報:杉田 水脈(すぎた みお):時事ドットコム », sur jiji.com (consulté le 26 juillet 2018).
  3. « Japan Should Aim to Create an Independent Constitution, Not Reform the Present One | Apple Town », sur en.apa-appletown.com (consulté le 26 juillet 2018).
  4. (ja) SANKEI DIGITAL INC., « 【杉田水脈のなでしこリポート(8)】「保育園落ちた、日本死ね」論争は前提が間違っています 日本を貶めたい勢力の真の狙いとは… », 産経ニュース,‎ (lire en ligne).
  5. Arin Mikailian, « Court rules in favor of memorial to comfort women », sur latimes.com (consulté le 26 juillet 2018).
  6. (en-US) Brittany Levine, « Japanese politicians want Glendale's 'comfort women' statue removed », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne).
  7. (en-US) Mark Schreiber, « U.S. towns pulled into Japanese politics », The Japan Times Online,‎ (ISSN 0447-5763, lire en ligne).
  8. (en-GB) Japan's Secret Shame (lire en ligne).
  9. (en) « Aspiring reporter, 28, claims she was drugged and raped by a TV journalist after she met him to discuss career advice - and was called a 'prostitute' by trolls when she went public », Mail Online,‎ (lire en ligne).
  10. (en) David McNeill, « Woman’s fight highlights rape taboo in Japan », The Irish Times,‎ (lire en ligne).
  11. a b et c (en) « LDP lawmaker draws fire over comment on alleged rape victim in BBC documentary », Mainichi Daily News,‎ (lire en ligne).
  12. (ja) « 「LGBTは生産性がない」自民・杉田水脈議員の寄稿文に、当事者団体が抗議 », BuzzFeed,‎ (lire en ligne).
  13. (en-GB) « Japanese politician under fire for claiming LGBT couples are 'unproductive' », The Independent,‎ (lire en ligne).
  14. (en) « Japanese politician under fire for calling LGBT community 'unproductive' », cnn,‎ (lire en ligne).
  15. (en-US) Tomohiro Osaki, « Thousands rally to protest LDP lawmaker Mio Sugita’s remark calling LGBT people ‘unproductive’ », The Japan Times Online,‎ (lire en ligne).
  16. P. Mesmer, Au Japon, la communauté LGBT se mobilise contre le « discours de haine » d’une députée, Le Monde (30 juillet 2018).
  17. LDP ‘instructs’ Sugita to educate herself after anti-gay article, The Asahi Shimbun (3 août 2018).
  18. Justin McCurry, Japanese magazine to close after Abe ally's 'homophobic' article, The Guardian (26 septembre 2018).
  19. Gender theory professors sue LDP’s Sugita for critical remarks, The Asahi Shimbun (13 février 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]