Michele Cammarano

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michele Cammarano
Cammarano-self portrait.jpg
Autoportrait
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
NaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activité

Michele Cammarano (né à Naples le 25 février 1835 et mort dans la même ville le 15 septembre 1920) est un peintre italien qui est surtout connu pour ses scènes de bataille.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michele Cammarano est issu d'une famille d'artiste. Son grand-père Giuseppe est un peintre  et son père Salvadore  librettiste de Giuseppe Verdi. Il s'inscrit à l'Accademia di belle arti di Napoli en 1853[1]. Par la suite il a étudié avec Gabriele Smargiassi, Giuseppe Mancinelli et les frères  Palizzi  (Filippo et Giuseppe), peintres de style Naturalistes [2]. Il a eu sa première exposition en 1855 au "Real Museo Borbonico".

En 1860,  fasciné par Giuseppe Garibaldi il s'engage dans la Guardia Nazionale pour aider à éliminer le brigantaggio; une étape majeure de la réunification de l'Italie. Ses expériences a une influence décisive sur sa carrière artistique. Un bref séjour à Florence, après son service, l'a amené au contact avec les Macchiaioli. En 1863, l'une de ses peintures a été achetée par le Roi Victor-Emmanuel II[3].

En 1865, il s'installe à Rome puis, en 1867, à Venise. En 1870, son admiration pour Gustave Courbet l'a conduit à Paris et découvre les œuvres de Théodore Géricault[1].

En 1888, le gouvernement italien lui commande une toile monumentale représentant la Bataille de Dogali (1887). Il se rend  à Massaoua pour inspecter le lieu de bataille et y reste près de cinq ans pour achever la peinture. Là, il a également créé des paysages et des portraits de la population locale[1].

En 1900, il est désigné pour succéder à son ancien professeur, Filippo Palizzi, Professeur à l'Institut de Naples. Après cela, sa productivité baisse; bien qu'il ait fait quelques voyages en Sicile pour peindre des paysages. Une rue de Naples a été nommé en son honneur[1].

Une sélection des peintures[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Biography from the Encyclopédie Treccani.
  2. Brief biography @ the Galleria Recta.
  3. Brief biography @ Libero.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Franco Girosi, Michele Cammarano (#54 de la série L Arte per Tutti), Istituto Nazionale LUCE., 1934
  • (it) Michele Biancale, Michele Cammarano, Arti Grafiche Bertarelli, 1936
  • (it) Paolo Ricci, Michele Cammarano, catalogue de l'Exposition, Società Promotrice di Belle Arti, Salvator Rosa, 1959

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]