Mia Zapata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mia Zapata
Naissance
Louisville, Kentucky, Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (à 27 ans)
Seattle, Washington, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Chanteuse, guitarise
Genre musical Punk-rock, Grunge
Années actives 1986 - 1993

Mia Zapata, née le 25 août 1965 et morte le 7 juillet 1993, était la chanteuse du groupe grunge The Gits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mia Zapata est née et a grandi à Louisville, dans le Kentucky, où elle a appris à chanter et jouer de la guitare. Elle fut d'abord grandement influencée par les chanteurs Bessie Smith, Billie Holiday, Jimmy Reed, Ray Charles, Hank Williams et Sam Cooke, les comiques télévisuels The Three Stooges, le punk hardcore, la poésie symboliste comme les Illuminations d'Arthur Rimbaud et le œuvres d'Egon Schiele et de Willem De Kooning.

Vers la fin 1986, elle contribue à la fondation de The Gits[1] à son arrivée à Antioch College, une école d'arts située à Yellow Springs en Ohio. En 1989, elle déménage à Seattle avec les autres membres du groupe. The Gits sortent une série de simples sur de petits labels locaux indépendants entre 1990 et 1991 qui sont bien accueillis. En 1992, le groupe sort son premier album Frenching the Bully, et obtient de bonnes critiques. Leur réputation s'accroît progressivement avant que le groupe n'entre en studio en 1993 pour travailler à son second album Enter: The Conquering Chicken.

Mia part pour Seattle en 1989, où la scène grunge est en pleine explosion, et y intègre un groupe de grunge nommé The Gits, qui se fait rapidement un nom. Le 7 juillet 1993, elle est violée, frappée puis étranglée en sortant de chez une amie, à l'âge de 27 ans. C'est un terrible choc pour la scène rock de Seattle. Dix ans après sa mort, les progrès de la science ont permis de trouver le coupable : Jesus Mezquia, qui fut arrêté et condamné à 36 ans d'emprisonnement pour le meurtre de Mia Zapata[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Azzedine Fall, « Violée, étranglée, oubliée : Mia Zapata, l’inconnue grunge du club des 27 », sur Les Inrocks,‎
  2. (en)Tom Breihan, « Mia Zapata's Killer Sentenced for Good, Finally », sur Pitchfork media,‎