Mercedes-Benz Cito

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mercedes Cito)

Mercedes-Benz Cito
O 520
Mercedes-Benz Cito
Mercedes-Benz O 520 Cito à Brive-la-Gaillarde

Marque Drapeau : Allemagne Mercedes-Benz (Evobus)
Années de production 1999 - 2003
Usine(s) d’assemblage Drapeau de l'Allemagne Mannheim
Classe Autobus urbain
Moteur et transmission
Énergie Diesel
Moteur(s) Mercedes-Benz OM 904
Position du moteur arrière
Puissance maximale 170 ch DIN
Transmission électrique
Poids et performances
Émission de CO2 Euro 2 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Midibus 2 portes
Dimensions
Longueur 8 100 à 9 600 mm
Largeur 2 350 mm
Hauteur 2 945 mm
Nombre de places 12 à 20 (assises)
40 à 60 (debout)
Chronologie des modèles

Le Mercedes-Benz Cito (de la contraction de City et Tomorrow), de son nom complet Mercedes-Benz O 520 Cito, est un modèle de midibus hybride diesel-électrique à plancher bas lancé par Mercedes-Benz en 1999 et fabriqué jusqu'en 2003.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Il possède une motorisation hybride (Siemens powerpack) diesel-électrique avec un moteur OM 904 à 4 cylindres de 170 ch entraînant par le biais d'une génératrice un moteur électrique placé sur l'essieu arrière[1].

Trois versions étaient disponibles : 8,1 m (52 places au total[2]), 8,9 m (66 places) et 9,6 m (80 places).

Ce modèle d'autobus a pour particularité d'être doté d'une transmission électrique et d'un moteur positionné verticalement, à l'arrière, ce qui supprime de fait la vitre arrière. Autre particularité, il n'y a presque pas de porte-à-faux arrière alors que le porte-à-faux avant est plus important.

Depuis 2003, ce modèle n'est plus commercialisé. Il a été remplacé en 2006 par le Mercedes-Benz Citaro K[3], plus conventionnels.

Leur conception singulière, par rapport aux autres bus, associée à plusieurs déboires techniques écourta la carrière de ces bus dans la plupart des réseaux acheteurs. Un certain nombre fut radié après une carrière qui ne dépassa pas 8 à 15 ans et seule une partie eut une carrière d'occasion.

Vue arrière.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

De Lijn (Flandre)[modifier | modifier le code]

  • De Lijn a commandé trois Mercedes Cito livrés en 2001. Numérotés 4165 à 4167, ils ont été retirés du service entre 2011 et 2012 et formellement radiés en 2013[4]. Ils étaient utilisés autour de Courtrai puis dans la région de Menin, après l'arrivée à Courtrai de trois Citaro K.
  • La firme privée De Laere, Popelier & Desmet Partners commanda 10 exemplaires, utilisés pour le compte de De Lijn aux alentours de Roulers[5]. Sept d'entre-eux ont été revendus en 2007 à l'exploitant Staca, toujours exploités par De Lijn (au départ de Kortenberg, notamment sur la ligne desservant l'aéroport de Zaventem). Ils furent cependant radiés dès 2008. Une partie a été revendue aux transports en commun de Tarnów (Pologne)[6].

TEC (Wallonie)[modifier | modifier le code]

TEC 3930 devant l'ancienne gare de Mons.
  • En 2000, TEC Hainaut a mis en service trois exemplaires neufs (9,6 m) numérotés 3916 à 3918 et utilisés dans la ville de Mons.
  • 10 autres Mercedes Cito, numéros 3921-3930, rejoignirent cette première série en 2003. Il s'agissait cette fois-ci d'autobus d'occasion achetés en Allemagne ou en Suisse (8,1 ou 8,9 m). À Mons, ils permirent de remplacer les midibus Denolf & Depla Procity (nl) (sur base Peugeot Boxer)[7] et les DAB Servicebus (en) achetés d’occasion en 2002[8] pour remplacer les Procity mais inadaptés aux rues pavées[9].
  • Entre 2015 et 2016, les Mercedes-Benz Cito montois, qui étaient alors les derniers autobus de ce modèle en Belgique, furent retirés du service et remplacés par des Van Hool NewA309.

STIB (Bruxelles)[modifier | modifier le code]

STIB 8032 à Vilvorde.
  • La STIB passa un contrat de leasing pour 12 Cito livrés en 1999-2000 et numérotés 8031-8042. Ces autobus étaient surtout utilisés sur les lignes faiblement fréquentées et partageaient certains roulements avec les Van Hool A308, mis en service la même année. Peu appréciés, les Cito cessèrent d'arpenter les rues bruxelloises en 2008[10]. Une partie a été revendue aux transports en commun de Tarnów (Pologne)[6].
  • Ces petits autobus n'eurent pas de successeur direct, toutes les lignes de la STIB pouvant être exploitées avec du matériel de largeur standard. À noter que les derniers Van Hool A308 de la STIB roulèrent quant à eux jusqu'en 2019[11] année où il n'étaient plus compatibles aux normes antipollution[réf. nécessaire].
Mercedes Cito à Nîmes.

France[modifier | modifier le code]

Mercedes Cito marseillais.

Toulouse[modifier | modifier le code]

La SEMVAT (Toulouse), actuellement Tisséo, a commandé 12 exemplaires en 2000 suivis par 6 autres en 2001[12]. En 2014, les 14 derniers exemplaires seront remplacés par des Heuliez GX 137 L. Un exemplaire fut endommagé au delà de toutes réparations par l'explosion de l'usine AZF le (il était stationné dans un dépôt qui fut soufflé par l'onde de choc). En 2014, un autobus stationné fut détruit par un incendie dû à un court-circuit causé par des infiltrations d'eau sur le tableau de bord ; le problème des infiltrations était récurrent à Toulouse sur ce modèle[13].

Marseille[modifier | modifier le code]

La Régie des transports métropolitains a commandé 18 exemplaires, livrés en 2000 pour remplacer ses seize Van Hool AU138, construits au début des années 1980. Mal adaptées aux rues étroites, les Cito furent remplacés par des Heuliez GX 127 et radiés en 2011. Les 10 exemplaires du dépôt d'Arenc étaient dotées d'un plateau permettant l'embarquement des fauteuils roulants[14].

Mantes-la-Jolie[modifier | modifier le code]

La société Transports voyageurs du mantois a réceptionné sept Mercedes Cito en 2000, utilisés à Mantes-la-Jolie[1]. Ils sont depuis réformés.

Reims[modifier | modifier le code]

À Reims.

Les Transports en commun de Reims ont utilisé huit véhicules entre et . Ils ont porté successivement la livrée « Damiers », « Champagne » et la variante « Fuchsia » de la livrée Citura. Radiés entre 2013 et 2015, ils étaient surtout utilisées pour les navettes des conducteurs en fin de carrière.

Grenoble[modifier | modifier le code]

Les Autobus de Grenoble (TAG) commandèrent six exemplaires ; livrés en 2003, ce sont les derniers Cito mis en service en France[15]. Leur carrière prit fin en 2014/2015.

Ailleurs en France[modifier | modifier le code]

Mercedes Cito à Millau.

En 2001 et 2002, les Transports en commun d'Agen (Transbus) mirent en service trois Mercedes Cito. Ils furent radiés en 2013 (deux exemplaires) ou en 2016 (pour l’autobus restant) et repris par Mercedes-Benz.

Le Réseau de bus Le Paladin (Essonne et Hauts-de-Seine) commanda huit Mercedes Cito[réf. nécessaire]. Cinq étaient encore en service fin 2008[16].

Le réseau Ginko (Besançon) possédait trois exemplaires numérotés 41-43. Ils ont été respectivement mis hors-service en 2009 (41 et 42) et 2 ans plus tard pour le 43.

À Bordeaux, le réseau Tram et bus de la Cub (TBC) a mis en service au moins 5 Cito achetés d'occasion sur la ligne Citéis 45. Ces autobus, dont plusieurs proviendraient du réseau de Millau, ont été radiés à la fin des années 2010[réf. nécessaire].

Bibus (Brest) a possédé deux exemplaires (numéros 61 et 62) radiés vers 2009[17].

Le réseau Lunéo (Lunéville) possédait trois Mercedes Cito, livrés en 1998, qui étaient ses tous premiers autobus[18]. En 2009, ils étaient toujours en service mais relégués au transport scolaire et aux remplacements[19]. Il n'en restait qu'un seul en 2011[18].

La société Transport régional de l'agglomération melunaise a été un utilisateur de Mercedes Cito[Combien ?][20].

Le Réseau Cardabelle (Millau) a commandé plusieurs Cito en 2000[21]. Ils étaient déjà radiés au moment de la création du Réseau Mio ; plusieurs se retrouvèrent à Bordeaux.

Les Transports en commun de Nîmes (TANGO) ont utilisé quatre[réf. nécessaire] Mercedes Cito sur la ligne « La Citadine » jusqu'à leur retrait du service en 2010[réf. souhaitée].

Les transports en commun de Rodez ont utilisé six Mercedes Cito entre 2001 et 2011[22]. Un exemplaire a été revendu à Tarnów en Pologne[23].

Un unique Mercedes Cito était utilisé par le réseau de bus Sqybus à Saint-Quentin-en-Yvelines. Mis en service en , il a été radié avant 2015[24].

En 2020, le n°784 du réseau SITAC de Châlons-en-Champagne était toujours en service commercial, ce qui ferait de lui, le dernier Cito de France. Il a été mis en service en avril 2000.[25]

Pologne[modifier | modifier le code]

MPK Tarnów

Les transports en commun de la ville de Tarnów (Miejskie Przedsiębiorstwo Komunikacyjne Tarnów) ont récupéré 13 Cito d'occasion[26] :

  • trois ex-De Lijn (Staca) rachetés en 2008 ;
  • neuf originaires de la STIB (Bruxelles), rachetés en 2008 ;
  • un exemplaire originaire du réseau de Rodez (France), acheté en 2015.

Quatre exemplaires ont été radiés depuis ; il en resterait neuf en service[26][Quand ?].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Luc Foucret, « Evobus France a livré les premiers Mercedes Cito », L'Argus,‎ (lire en ligne)
  2. En additionnant places assises et debout. Le nombre de places assises est de 12 à 20.
  3. « Mercedes-Benz Cito | Constructeurs | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 28 mai 2019)
  4. « De Lijn 4165-4167 : Mercedes-Benz Cito | Hercules | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 30 novembre 2019)
  5. « De Laere, Popelier & Desmet Partners - Coach Partners | Bedrijfsportret | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 30 novembre 2019)
  6. a et b « | Zoekresultaten | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 30 novembre 2019)
  7. « TEC 3921-3930 : Mercedes-Benz Cito | Hercules | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 30 novembre 2019)
  8. « TEC 3981-3990 : DAB Servicebus | Hercules | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 5 décembre 2019)
  9. tec001, « photos de bus », sur Skyrock (consulté le 5 décembre 2019)
  10. « MIVB 8031-8042 : Mercedes-Benz Cito | Hercules | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 30 novembre 2019)
  11. « MIVB 8001-8030 : Van Hool A308 | Hercules | Zone 01 », sur www.zone01.be (consulté le 30 novembre 2019)
  12. « Autobus réformés », sur www.midimobilites.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  13. « Toulouse. Des bus de Tisséo prennent l’eau », sur ladepeche.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  14. « Marseille Transports ::: Midibus », sur www.marseille-transports.com (consulté le 1er décembre 2019)
  15. « Mercedes O 520 CITO | transbus.org », sur TRANS'BUS (consulté le 2 décembre 2019)
  16. Dernière mise à jour de ce site fin 2008. http://any.draft.pagesperso-orange.fr/ipaladin/parc.htm.
  17. « TC Brest • Afficher le sujet - Etat du parc », sur www.tc-brest.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  18. a et b « Lineoz.net :: Transport & mobilité urbaine • Afficher le sujet - [Exploitation] Réseau Lunéo (Lunéville) », sur www.lineoz.net (consulté le 2 décembre 2019)
  19. « Lunéville (54) - Page 2 », sur trans-vosges.forumactif.com (consulté le 2 décembre 2019)
  20. « MERCEDES Cito | transbus.org », sur TRANS'BUS (consulté le 2 décembre 2019)
  21. « « Cito », l'autobus écologique », sur ladepeche.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  22. « Lineoz.net :: Transport & mobilité urbaine • Afficher le sujet - [Matériel] Mercedes O.520 Cito », sur www.lineoz.net (consulté le 2 décembre 2019)
  23. « Photo: Tarnów, Mercedes-Benz O520 Cito # 299 », sur busphoto.eu (consulté le 2 décembre 2019)
  24. « Parc SQYBUS - TC Infos », sur tc-infos.fr (consulté le 2 décembre 2019)
  25. Pi Eye, Mercedes Cito - SITAC 784, (lire en ligne)
  26. a et b « Tarnów, Miejskie Przedsiębiorstwo Komunikacyjne sp. z o.o. — Liste de véhicules », sur busphoto.eu (consulté le 2 décembre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]