Grand menhir de la Garde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Menhir de la Garde)
Aller à : navigation, rechercher
Grand menhir de la Garde
Cholet - Menhir de la Garde (1).jpg
Présentation
Type
Propriétaire
Propriété privée
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Le Champ de la RocheVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Maine-et-Loire
voir sur la carte de Maine-et-Loire
Red pog.svg

Le Grand menhir de la Garde, appelé aussi Grande Pierre du logis de la Garde ou La Pierre à Vinaigre[1] est un menhir situé à Cholet, dans le département français du Maine-et-Loire.

Historique[modifier | modifier le code]

Initialement le menhir se dressait au sud-ouest de Cholet, dans le fossé au bord de la route de Maulévrier, 70 m avant la ferme de la Garde[1]. Sur une gravure de Millet de la Turtaudière datée de 1865, le menhir se dresse encore à la verticale mais son affaissement progressif vers la route nécessita de l'éclairer la nuit, puis il fut décidé de le déplacer[1]. Il fut ainsi transporté dans le jardin du Mail en 1888 «sur un chariot spécial venu de Nantes et attelé de seize bœufs»[1], ce qui représenta un transport de 30 tonnes sur 5 km[1].

À environ 300 m au sud-ouest de cet emplacement original, un second menhir, le Petit menhir du Champ de la Garde, est lui demeuré en place.

Protection[modifier | modifier le code]

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1976[2].

Description[modifier | modifier le code]

Vue depuis les remparts

Le menhir «est un prisme en granit local, dit granit des Aubiers, à section presque carrée à angles et sommets arrondis»[1], d'une hauteur de 3,60 m dont 70 cm enterré[1]. Lors de sa réinstallation au pied des remparts de Cholet, son orientation initiale n'a pas été respectée[1]. La face qui comporte désormais une petite niche et une plaque était à l'origine la face nord-est. Cette petite niche fut creusée en 1851 sur les indications de l'abbé Rousselot, vicaire de Saint-Pierre qui y installa une statuette de la Vierge, tournée vers la route[1], désormais disparue.

Son nom de Pierre à Vinaigre viendrait de l'habitude qui avait été prise de faire des libations de vin sur la pierre. À cette occasion, une plaisanterie consistait à écraser le nez d'une victime sur la pierre pour lui faire sentir l'odeur du vinaigre[1]. Cette tradition est établie «en bien d'autres points de France»[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Michel Gruet, Mégalithes en Anjou, Cheminements, (1re éd. 1967, actualisation de Charles-Tanguy Le Roux), 417 p. (ISBN 284478397X), p. 72-73 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]