Menen Asfaw

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Menen Asfaw
Image dans Infobox.
Fonction
Impératrice d'Éthiopie
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Famille
Conjoint
Enfants
Amha Selassie
Prince Makonnen, Duc de Harar (en)
Prince Sahle Selassie (en)
Princess Tsehai
Tenagnework
Princesse ZenebeworkVoir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Mikaél du Wello (grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Distinction
Addis abeba, chiesa della trinità, interno, sarcofagi di haile selassie e della moglie menen asfaw 02,0.jpg
Vue de la sépulture.

Menen Asfaw (amharique : መነን አስፋው (Mänän Asfaw)) est une impériatrice consort de l'empire d'Éthiopie, mariée à l'empereur Haïlé Sélassié Ier. Née le dans le Wollo, elle est décédée à Addis-Abeba le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Petite-fille du ras Mikaél du Wollo, Menen est la fille d'Asfaw, jantirar d'Ambassel, et de wäyzäro Sehin Mikaél (ስኂን ሚካኤል). Elle s'est mariée religieusement le avec le jeune dejazmach Tafari Makonnen, alors gouverneur du Hararghe[1]. Son cousin Iyasu était alors le prince héritier du trône d'Éthiopie, avant d'être déposé en 1916.

Femme à la « bonté » reconnue[2], elle affichait sa piété chrétienne en se rendant régulièrement en pèlerinage à Jérusalem[3],[4] ou en jeûnant durant de longues périodes[5]. Elle fut la première impératrice à avoir été couronnée au cours de la même cérémonie que l'empereur, le , à la cathédrale Saint-Georges d'Addis-Abeba[6]. Devenue etégé, elle s'impliqua dans des actions de charité et de secours aux victimes en patronant l'Ethiopian Red Cross, notamment dans le contexte de la seconde guerre italo-éthiopienne qui débuta en 1935 et affecta violemment les populations civiles.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Titres éthiopiens[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Order of the Seraphim - Ribbon bar.svg

Intitulés[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie
  • Grand-Croix de l'Ordre de Salomon ().
  • Grand-Croix de l'Ordre de la Reine de Saba (1928).
  • Médaille du Couronnement impérial (1930).
  • Médaille du Régugié (1944).
  • Médaille du Jubilé (1955).
Drapeau de la Suède Suède

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Harold G. Marcus, Haile Selassie I : The Formative Years (1892-1936), Berkeley, University of California Press, (réimpr. 1996, 1998 (The Red Sea Press)).
  • [Autobiographie] (en) Haile Sellassié Ier (trad. Edward Ullendorf), My Life and Ethiopia's Progress, Research Associates School Times Publication : Frontline Distribution, (réimpr. 1999).
  • Gontran de Juniac, Le dernier Roi des Rois. L'Éthiopie de Haïlé Sélassié, Paris, L'Harmattan, (1re éd. 1979) (ISBN 2-7384-2757-X)
  • Boris Monin, « Le voyage du rās Tafari en Europe (1924) : entre espoirs d’indépendance et réalités coloniales », Annales d'Éthiopie, Paris, vol. 28,‎ , p. 69-116 (ISBN 978-2-7018-0368-5, ISSN 0066-2127, présentation en ligne)
  • Estelle Sohier, « Addis-Abeba et le couronnement de Hāyla Sellāsē. Mise en scène d'une ville, réinvention d'une cérémonie », Annales d'Éthiopie, Paris, vol. 28,‎ , p. 177-202 (ISBN 978-2-7018-0368-5, ISSN 0066-2127, présentation en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marcus 1987, p. 13
  2. Autobiographie, p. 42
  3. Monin 2013, p. 76
  4. Le Courrier d'Éthiopie, « Le voyage de S.M. impériale Manen à Jérusalem » [PDF], sur Gallica, (consulté le )
  5. La Voix de l'Éthiopie, « Le jeûne de Sa Majesté l'Impératrice » [PDF], sur Gallica, (consulté le )
  6. Sohier 2013, p. 188 ; Autobiographie, p. 177

Liens externes[modifier | modifier le code]