Maurice Trélut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Maurice Trélut
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
(à 63 ans)
Buchenwald
Nationalité
Activités
Autres informations
Sport
Monument aux morts hommage à Maurice Trélut au stade de Tarbes.

Maurice Trélut, né le à Ossun et mort en déportation le à Buchenwald[1], est un héros de la Résistance en Bigorre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Trélut est vétérinaire de profession.

En 1919, il est élu conseiller général du canton d’Ossun.

Maire de Tarbes de 1935 à 1944, il organise un réseau de sauvetage de l’hôpital mixte de Tarbes pour sauver les personnes pourchassées par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Son action, en coordination avec Marcel Billières, le directeur de l'hôpital, ainsi que les sœurs Anne-Marie Llobet et Marie-Antoinette Ricard qui y travaillent, a permis de sauver un bon nombre de juifs de la déportation. Il est arrêté par la Gestapo en et déporté à Buchenwald où il est mort. Son action est reconnue et récompensée le lorsque lui est décernée la médaille de Juste parmi les nations son nom est gravé sur le Mur d'Honneur du mémorial de Yad Vashem.

Il est également joueur de rugby à XV au Stadoceste tarbais. Le , à l'issue de l'assemblée constitutive du comité Armagnac Bigorre, il devient le premier président de ce comité regroupant les départements du Gers et des Hautes-Pyrénées[2]. À Tarbes, le stade Maurice-Trélut a été baptisé en son souvenir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Soulet, Maurice Trélut. Un homme de paix dans la tourmente des deux guerres mondiales, éditions Cairn, 2020, 254 p. (ISBN 9782914028288)
  • Estelle Pires, Les Justes parmi les Nations dans le Sud-Ouest : départements des Landes, Basses-Pyrénées et Hautes-Pyrénées, Université de Pau et des Pays de l’Adour, UFR Lettres, Langues et Sciences Humaines, Master Identités et Patrimoine dans les espaces méridionaux, 2006 [lire en ligne]
  • Limore Yagil, Chrétiens et Juifs sous Vichy, sauvetage et désobéissance civile, Cerf, 2005.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]