Matthaeus Platearius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Matthaeus Platearius
Robinet Testard07.jpg
Biographie
Naissance
Activités
Mère
Fratrie
Giovanni Plateario il Giovane (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Portrait de Matthaeus Platearius en train d'écrire le Livre des simples médecines (par Robinet Testard).

Matthaeus Platearius est un médecin de l'école de médecine de Salerne, à qui est attribuée [1] la rédaction au XIIe siècle d'un ouvrage en latin sur les plantes médicinales intitulé Liber de simplici medicina, ou Circa Instans, traduit par la suite en français sous le titre de Livre des simples médecines. C'est à la fois une liste alphabétique et un manuel de simples basés sur le Vulgaris de Dioscoride, qui décrit l'aspect, la préparation et les utilisations de divers remèdes. Largement acclamé, édité pour la première fois en 1488, ce fut l'un des premiers herbiers médiévaux publiés grâce au nouveau procédé d'impression. Le botaniste allemand, Ernst Meyer, le tient dans la même estime que les ouvrages de Pline l'Ancien et de Dioscoride, tandis que George Sarton, historien des sciences américain, pense que ce n'est qu'une version améliorée du De Materia medica de Dioscoride[2],[3].

Matthaeus et son frère Johannes étaient les fils d'une femme médecin de l'école de Salerne, mariée à Johannes Platearius I. On suppose qu'il s'agit de Trotula, qui est l'auteur de traités importants sur la gynécologie, dont « Les Maladies des femmes[4],[5] ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) H. M. Barlow, « Old English Herbals, 1525-1640 », sur National Center for Biotechnology Information (NCBI) (consulté le 11 mai 2015).
  2. (en) « Platearius,Matthaeus,physician (12th) », sur Lessingimages.com (consulté le 11 mai 2015).
  3. (en) « Historical Assessments of Dioscorides De Materia Medica », sur archive.is (consulté le 11 mai 2015).
  4. (en) George L. Hamilton, « Trotula », Modern Philology, vol. 4, no 2,‎ , p. 377-380 (lire en ligne).
  5. (en) John F. Benton, « Trotula, Women's Problems, and the Professionalization of Medicine in the Middle Ages », California Institute of Technology, (consulté le 11 mai 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]