Matteo Ripa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le christianisme image illustrant le monde chinois image illustrant une personnalité
image illustrant italien image illustrant un graveur
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant le christianisme, le monde chinois, une personnalité italienne, un graveur et un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Matteo Ripa
Matteo ripa.jpg

Portrait de Matteo Ripa

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
NaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Matteo Ripa, né à Eboli (Campanie) le et mort à Naples le , est un missionnaire italien, également peintre, graveur et cartographe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Matteo Ripa séjourna de 1710 à 1723 à la cour de l'empereur de Chine Kangxi et a laissé des Mémoires accompagnés de planches gravées qui sont un intéressant témoignage sur la civilisation chinoise de cette époque.

Après son retour, il a fondé à Naples le « Collège des Chinois » (Collegio dei Cinesi), devenu par la suite l'Institut universitaire oriental (aujourd'hui intégré dans l'Université de Naples « L'Orientale »).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christophe Comentale, Matteo Ripa, un peintre graveur missionnaire à la cour de Chine, Taipei : Ouyu chubanshe (distribution : Paris, Belles Lettres), 1983, 220 p + 36 pl. (ISBN 2-251-35210-4)
  • Christophe Comentale, « L'art missionnaire en Chine » in L'Histoire, 1979 (14), juil.-août, p. 52-61.
  • Christophe Comentale, Matteo Ripa, sources manuscrites et imprimées : de l'amateurisme à l'officiel, actes du Ve colloque international de sinologie de Chantilly, qui s'est tenu du 15 au 18 septembre 1986 ; in : Variétés sinologiques
  • Christophe Comentale, Les recueils de gravure sous la dynastie des Ch'ing : la série des eaux-fortes du Pi-shu-shan-chuang. Analyse et comparaisons avec d'autres sources contemporaines, chinoises et occidentales, actes du VIIe colloque international de sinologie de Chantilly, qui s'est tenu en septembre 1992.
  • Christophe Comentale, « Matteo Ripa et les paysages gravés à l’eau-forte » in Art et métiers du livre, 2001 (226)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]